Présentation du site

Ce blog a pour but de réunir les supporters du Football Club des Girondins de Bordeaux et ceux du Stade Montois Rugby.
Deux clubs empreints d'un riche palmarès et d'une illustre histoire.
Le but est d'échanger sur les résultats et la vie des deux clubs à travers les articles, sondages et les podcasts pour lesquels vous pourrez donner votre avis et même participer.
Nous nous efforçons de faire au mieux et nous espérons que ce blog réussira à vous plaire.
Enfin, au delà de ces deux clubs, nous parlerons également de sport en général ( Podcasts, Résultats, Forum etc… ).
Pour optimiser le blog, préférez les navigateurs internet Google Chrome ou Mozilla.

Bonne visite.

Rappel

Palmarès FCGB :

□ D1 ou Ligue1 - 6 fois Champion : 1950, 1984, 1985, 1987, 1999, 2009
□ D2 - 1 fois Champion : 1992.
□ Coupe de France - 4 fois vainqueur : 1941, 1986, 1987, 2013
□ Coupe de la Ligue - 3 fois vainqueur : 2002, 2007, 2009
□ Trophée des champions - 2 fois vainqueur : 2008, 2009

Palmarès SMR :

□ Championnat de France - 1 fois champion : 1963
□ Championnat de France de Pro D2 - 1 fois champion : 2002
□ Challenge Yves du Manoir ( ancienne coupe de France ) - 3 fois vainqueur : 1960, 1961 et 1962.


FORUM DU BLOG : http://forum.marine-et-jaune.xooit.fr/index.php
MARINE ET JAUNE SUR FACEBOOK : http://www.facebook.com/marineet.jaune

lundi 28 mars 2016

23ème Journée : Stade Montois 41 - 21 Béziers


Taulanga a montré le chemin aux Montois en marquant le premier essai.
Les Montois peuvent avoir quelques regrets mais l'essentiel est la victoire..........

Le Stade Montois remporte un quatrième match successif, mais va certainement regretter le point de bonus offensif laissé dans les arrêts de jeu. Les Montois menaient largement, en ayant inscrit quatre essais, mais ont plié une première fois avant de réagir à la 70'. Le point de bonus offensif était encore dans l'escarcelle jusqu'au coup de sifflet final, mais Béziers, voulait à tout prix enlever ce point qui pourrait les embêter en fin de saison. Aidés par un carton jaune contre les Montois, ils sont parvenus à marquer un dernier essai dans les derniers instants de la rencontre. Un essai de Suchier (81e), qui enlève ce point de bonus aux Montois, qu'ils auraient pourtant mérité.
Le Stade Montois reste dans la course mais ce point perdu pourrait coûter cher au moment de faire les comptes.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

C'est une histoire à avoir des regrets dans quelques semaines… Pour la première fois de la saison, le Stade Montois a signé un quatrième résultat positif consécutif face à Béziers (41-21). La traduction d'une vraie dynamique positive, enfin, mais aussi d'un certain savoir-faire à domicile. Les Montois ont en effet enchaîné vendredi une onzième victoire de rang devant le public de Boniface.
Dans un championnat de Pro D2 incroyablement ouvert, pour ne pas dire fou, c'est une réelle performance. Elle doit être appréciée à sa juste valeur, mais surtout, elle aurait dû permettre aux jaune et noir d'être au contact beaucoup plus rapproché des places qualificatives, sans leurs difficultés récurrentes à l'extérieur. Car le Stade est toujours huitième ce matin, à huit points de Perpignan (cinquième), vainqueur de Narbonne (28-10).

De quoi nourrir peut-être quelques regrets dans les semaines à venir donc, tant les Montois ont réussi une nouvelle partie solide face à un prétendant aux phases finales. Comme contre Perpignan avant la trêve, ils ont su refroidir rapidement les intentions adverses. Après une série de mêlées enfoncées, Taulanga trouvait la faille en force dès la 11e minute. 10-0 avec une pénalité de James, le break était fait, mais les jaune et noir allaient ensuite tomber dans un faux rythme jusqu'à la fin de cette première mi-temps. Pire, un ballon cafouillé en touche offrait une munition que les Biterrois exploitaient parfaitement par Marais en coin (13-7, 36e).

Maudites fins de match
À la pause, le scénario de ces succès étriqués à domicile après une bonne entame semblait devoir s'écrire à nouveau. Heureusement il n'en fut rien, les Montois scellant le sort du match dès la reprise grâce à deux essais coup sur coup. C'est d'abord Lionel Dargier qui était à la conclusion plein axe d'une belle action qui avait balayé toute la largeur du terrain (20-7,44e). Puis Ratu suivait parfaitement une inspiration d'Ormaechea derrière un regroupement pour creuser l'écart (27-7, 48e). Béziers était sonné, et Mirande, vite entré à la place d'un Cabannes blessé (mollet), y allait lui aussi de son essai après une magnifique succession de passes sur un pas (34-7,56e).
Béziers s'accrochait alors pour priver le Stade du bonus offensif, et un chassé-croisé s'engageait (essai de Munro à la 66e, puis de Liebenberg, 41-14,71e). Malheureusement, ce sont bien les visiteurs qui avaient le dernier mot grâce à Suchier, les Montois perdant ainsi un point précieux après la sirène, deux semaines après avoir laissé le bonus défensif à Perpignan dans les mêmes conditions. De quoi nourrir quelques regrets…

Article : sudouest.fr 

Résumé en images de la rencontre entre le Stade Montois et Béziers.

video

Source : dailymotion.com

jeudi 24 mars 2016

31ème Journée : Girondins de Bordeaux 1 - 1 Bastia

Jussiê, aux prises avec la défense bastiaise, tente de trouver Crivelli en profondeur.
Jussiê à la baguette de l'attaque Girondine n'aura pas suffi pour l'emporter............

Les matches se suivent et se ressemblent avec Bordeaux.
Ayant ouvert le score sur une belle frappe de loin de Contento (82'), les Girondins n'ont pas su tenir le score et se sont fait rejoindre deux minutes après sur un débordement sur la gauche, et un centre repris de la tête par le Bastiais N'Gando.
Les Bordelais ne parviennent toujours pas à garder un avantage au score et s'est montré fébrile défensivement, une nouvelle fois.
A noter quand même une animation offensive intéressante, avec le retour de Jussiê dans l'entre jeu qui a fait du bien, et qui a permis de se créer nombre d'occasions, néanmoins non concrétisées.
Bordeaux doit encore retrouver une assise défensive plus solide pour espérer enfin retrouver la victoire.....

Post-it

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Avec leur nouvel entraîneur sur le banc, les Bordelais ont été rejoints au score juste après avoir marqué en fin de match. Ils restent englués à la 14e place

Incorrigibles Girondins ! Alors que la victoire leur tendait les bras, ils ont laissé échapper deux nouveaux points à domicile dimanche, contre Bastia (1-1). Ce résultat n'est pas une si mauvaise opération comptable, puisqu'il leur permet de prendre un point d'avance supplémentaire sur la zone rouge, Reims, Toulouse et Ajaccio ayant perdu ce week-end.
Mais une victoire aurait permis de reprendre confiance et de lancer idéalement le mandat d'Ulrich Ramé sur le banc de touche. Et avant un mois qui les verra affronter Monaco et Marseille à l'extérieur, Angers et Paris à domicile, cela n'aurait vraiment pas été du luxe.

Ounas, le déclencheur

Les consignes du nouvel entraîneur bordelais étaient très claires : faire tourner et ne pas prendre de risques afin de se rassurer après le traumatisme des 22 buts encaissés lors des huit derniers matchs. En 4-1-4-1 avec huit changements par rapport au onze aligné à Toulouse (0-4), les Girondins ont volontairement choisi de ne pas se découvrir, et tant pis pour le spectacle.
En première période, la principale animation aura donc été le duel âpre entre Crivelli et les deux défenseurs centraux bastiais. Le Niçois d'origine, comme toujours très volontaire, a tenté un ciseau (16e) et a manqué de promptitude face à Leca sur une offrande de Jussiê (38e).

Les Girondins se sont libérés au fur et à mesure que la partie a avancé et ont pu compter sur la vitesse et les dribbles d'Ounas pour perturber l'arrière-garde corse. Mais si le jeune Franco-Tunisien est indéniablement doué pour éliminer son vis à vis et créer des brèches, il pèche encore par excès d'individualisme. Lorsqu'il a passé le ballon au bon moment, Rolan s'est retrouvé deux fois en position favorable mais n'a pas cadré (56e, 58e).

Manque de concentration

Bordeaux, qui a mis beaucoup de rythme au retour des vestiaires, a clairement baissé d'un ton après la sortie de Vada (66e). C'est d'ailleurs dans la foulée que Bastia s'est procuré sa première occasion, une tête d'Ayité boxée par Prior (67e). Alors qu'il semblait bien impuissant à se montrer dangereux, Bordeaux a débloqué la situation sur un coup de pied arrêté : après un corner de Malcom renvoyé par la défense corse, Contento a placé une demi-volée rasante que Leca, masquée, n'a pu repousser (1-0, 82e).
Mais les hommes de Ramé se sont faits punir, par manque de concentration dans la foulée de leur but, par manque de Jussiê aussi, touché au genou et qui a vu les Corses attaquer de son côté. Danic a pu centrer sans opposition pour Ngando, laissé libre dans les six mètres (1-1, 84e). Ounas a bien failli faire pencher la balance du côté bordelais, mais sa reprise s'est envolée, en même temps que les espoirs girondins de ne plus surveiller leur nombre de points d'avance sur le 18e du classement.

Le joueur : Jérôme Prior

La performance du jeune gardien allait forcément être scrutée. Réintégré au groupe pro après sa mise à l'écart, il a été choisi par Ramé au détriment de Bernardoni. Il s'est montré rassurant dans ses sorties aériennes, solide pour repousser la tête d'Ayité (67e) et prompt à plonger sur une frappe de Ngando (83e). Mais il est passif et un peu court sur l'égalisation bastiaise. "Dans le commandement, ses arrêts décisifs, il a su préserver le score. Malheureusement il ne peut pas tout faire tout seul", a déclaré son entraîneur après le match sur Bein Sports. Ramé a d'ailleurs précisé que la hiérarchie des gardiens n'était pas figée.

Le fait : le message des Ultramarines

Avant la rencontre, les supporters du virage Sud ont déployé deux banderoles destinées aux joueurs : "Vous nous faites honte" et "Puisez en Ramé les valeurs qu'ils vous manque". Pas sûr que ce match nul ait suffit à apaiser leur colère.

Article : sudouest.fr
 

Résumé en images du match entre Bordeaux et Bastia.

video

Source : dailymotion.com

Conférence de presse après la rencontre entre Bordeaux et Bastia.



Source : dailymotion.com


jeudi 17 mars 2016

22ème Journée : Stade Montois 27 - 22 Perpignan

Renaud Boyoud, ici au soutien de l'autre pilier titulaire dimanche, Joan Caudullo.
Les Montois n'ont pas flanché face à Perpignan....... 

Auteurs d'une première mi-temps de haut niveau, très intense, les Montois avaient décidé de faire plier les Catalans dès les premières minutes du match.
Prenant rapidement le large, (un peu trop ?), les Montois, après avoir inscrit deux essais, ont hélas concédé un essai dans les derniers instants, ramenant le score à 17 à 7, à la mi-temps.
En seconde période, les Catalans mettent la main sur le ballon et essayent de revenir au score.
Mais les Montois se montrent solides défensivement et parviennent à maintenir une avance confortable, notamment grâce à un bel essai de 3/4, marqué en bout de ligne par Cabannes (73'), répondant à un essai de Perpignan, inscrit vingt minutes avant (52').
Malgré tout, les Jaune et Rouge ont eu le dernier mot en fin de rencontre en marquanr un troisième essai leur offrant le point de bonus défensif.
Dommage pour les Jaune et Noir, qui perdent un point sur leur adversaire du jour dans la course aux phases finales.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bien entendu il y a cette fausse note. Ces cinq dernières minutes en roue libre qui ont permis à Perpignan de repartir de Guy-Boniface avec le bonus défensif. Un point qui n'empêche pas le Stade Montois de remonter à la 8e place et de faire la bonne affaire de la journée, au cours de laquelle tous ses concurrents (Perpignan, Colomiers, Albi, Narbonne) ont connu la défaite.
Mais un point qui pourrait coûter cher dans quelques semaines en vue d'une éventuelle qualification en demi-finale, Perpignan (5e) conservant ainsi une marge de huit points sur les jaune et noir. Cela dit, faire ce genre de calcul est déjà une petite victoire pour le Stade Montois : c'est le signe qu'il est redevenu un prétendant crédible aux phases finales.

De la fraîcheur et de l'audace

« La confiance, ça se construit à l'extérieur », rappelait Patrick Milhet (1) avant le voyage à Colomiers. Il avait raison, car visiblement, le match nul (12-12) ramené de la banlieue toulousaine il y a dix jours, premier résultat positif à l'extérieur cette saison, a fait le plus grand bien aux Montois.
Car face à une équipe catalane très solide et elle-même dans une bonne passe, les hommes du duo Laussucq/Auradou ont réussi une première mi-temps de très bon niveau. Bien en place, incisifs dans les duels, ils s'offraient notamment de nombreux ballons de récupération qu'ils n'hésitaient pas à exploiter avec gourmandise. De quoi se réconcilier avec le public de Boniface, rarement aussi gâté cette saison…

« On a tenté et ça a marché, se réjouit le pilier Rémy Hugues. Ça nous a amené de la confiance et on a retrouvé le jeu montois - que je découvre parce qu'on ne l'a pas trop vu cette année (sourire)-. Même si on a faibli après la première mi-temps, le principal est d'avoir retrouvé notre jeu et l'envie. On leur laisse le bonus mais ça ne gâche pas notre plaisir, on a quatre points, c'est positif pour nous. » L'enchaînement inédit cette saison de trois résultats positifs (succès contre Bourgoin et Perpignan entrecoupés du nul à Colomiers) a incontestablement ramené des sourires, de la fraîcheur et de l'envie dans les rangs d'un groupe qui semble attiré par la perspective des phases finales comme un prédateur par une bête blessée.

« Il faut positiver parce qu'on a vu un très bon match. On a vécu des moments difficiles cet hiver mais on est en train de remontrer un bon visage du Stade Montois », souligne Christophe Laussucq, qui refuse encore de voir plus loin. « La place je m'en fous, il faut qu'on soit bon, et aujourd'hui on a été bons », tranche l'entraîneur stadiste.
Le chemin est encore long en effet, mais au moins, le Stade Montois que l'on voit depuis deux matchs a le droit de rêver. Quand on revient quelques semaines en arrière, c'est déjà beaucoup.

Article : sudouest.fr 

Résumé de la rencontre entre le Stade Montois et Perpignan.

video

Source : dailymotion.com

samedi 12 mars 2016

30ème Journée : Toulouse 4 - 0 Girondins de Bordeaux


Bordeaux touche le fond.........

Étant déjà menés 1 à 0 après la première période et écopant d'un carton rouge en début de seconde période (Sané...) suivi d'un pénalty, permettant à Toulouse de mener 2 à 0, la messe était dite.
Bordeaux, a littéralement plongé dans la médiocrité et s'est encore montré très faible défensivement, en concédant deux autres buts, dont un autre pénalty, gonflant le score à 4 à 0 pour les locaux.
Toulouse aurait même pu marquer un ou deux buts de plus, rendant la note encore plus salée.
Mais Bordeaux buvait déjà le calice jusqu'à la lie et semblait errer sur le terrain comme une âme en peine.
Les joueurs comptant les secondes qui devaient paraître des heures....
Les Girondins ont encore encaissé un score fleuve face à l'avant dernière équipe du championnat.
Les espoirs d'Europe, s'il y en avait encore, se dissipent définitivement.
Il est question maintenant de finir la saison la tête haute en essayant de ne pas être encore ridicules comme ce soir et d'autres précédemment......

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les Girondins de Bordeaux n'existent plus dans cette saison de Ligue 1. Battus 4 à 0 sans même combattre, ou à peine, par une séduisante équipe du Téfécé en lutte pour sa survie, ils n'ont en rien tenu leurs promesses lancées en conférence de presse vendredi : "Ce qui est important, c'est de montrer un visage conquérant" (Sagnol) ; "L'Europe, tout le monde y croit, c'est l'objectif de tout le monde" (Vada) ; "On va à Toulouse dans l'optique de prendre des points" (Sané).
Des mots qui ne tromperont désormais plus personne.

Cette fois, Willy Sagnol avait aligné ses jeunes recrues d'entrée de jeu, Arambarri et Malcom étant titularisés respectivement aux côtés de Chantôme et Poko pour l'un, et Ounas et Diabaté pour l'autre. Côté défense, la charnière mise en place face à Ajaccio était reconduite (Sané-Pablo), avec Guilbert et Poundjé en guise de latéraux.
Les choix du coach bordelais, suspendu de banc de touche, sont loin d'être payants puisque Toulouse archi-domine les premières minutes et ouvre logiquement le score par Ben Yedder, servi sur la gauche de la surface par Didot. L'attaquant résiste au retour de Pablo, et glisse son tir au ras du premier poteau de Bernardoni (1-0, 5e).
Le TFC dirigé pour la première fois de la saison par Pascal Dupraz est virevoltant. Les Girondins, eux, sont apathiques et brouillons. Comme souvent, seul Ounas essaie de forcer le destin de son équipe mais ses tentatives restent infructueuses. Bref, Bordeaux déçoit une fois de plus.

Double peine pour Sané

Ses affaires ne s'arrangent pas au retour des vestiaires, lorsque Sané accroche Ben Yedder dans la surface, en position de dernier défenseur. Penalty et carton rouge. Ben Yedder inscrit son 12e but de la saison, son 2e de la soirée (2-0, 50e). Sané sort, et de match, il n'y a plus.

Bernadoni se retrouve livré à lui-même, comme à ses plus belles heures troyennes. Le jeune gardien en profite pour briller (deux beaux arrêts face à Ben Yedder et Doumbia). Des parades qui ne servent qu'à éviter une déculottée qui aura quand même lieu, avec le deuxième penalty de la soirée sifflé en faveur du TFC et transformé par Braithwaite (3-0, 86e), puis le but de Trejo dans une défense désertée (4-0, 90e).

Article : sudouest.fr 

Résumé en images du match entre Toulouse et Bordeaux.

video

Source : dailymotion.com

Conférence de presse après la rencontre entre Toulouse et Bordeaux.



Source : dailymotion.com

dimanche 6 mars 2016

29ème Journée : Girondins de Bordeaux 1 - 1 GFC Ajaccio

Valentin Vada, l’un des rares bordelais à avoir accéléré le jeu de son équipe. Sa sortie aura été préjudiciable.
Les Bordelais se sont encore sabordés tout seuls et disent sûrement Adieu à l'Europe.....

Bordeaux rate encore une occasion de remonter au classement en concédant le nul à domicile face à une modeste équipe d'Ajaccio....
Pourtant après avoir ouvert le score, sur un pénalty inscrit par Diabaté, les Girondins ont eu l'occasion de se mettre à l'abri mais ils ont vendangé les actions franches.
Et ce qu'il devait arriver, arriva, sur une action presque anodine, à la dernière minute du temps règlementaire, Larbi parvient à reprendre un centre à ras de terre et frappe, le ballon est contré par les jambes de Guilbert, qui trompe Bernardoni, pris à contre pied.
Bordeaux peut s'en vouloir, au lieu de remonter un peu au classement, il se retrouve toujours dans le ventre mou du championnat et font le statu-quo, semblant impuissant face à la situation de crise qui est prégnante......

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mohamed Larbi est décidément un diable de joueur. Il aura cette saison créé mille tourments aux Girondins et pénalisé leurs ambitions. Déjà auteur des deux buts de son équipe au match aller, l'attaquant corse a surgi sur ce centre de Coeff, à une minute de la fin, pour arracher le nul, sur le seul tir cadré du Gazélec... Les égalisations en fin de match ressemblent à ces buts en or sur lesquels vous perdez tout. Et, quand vous n'avez jamais été en danger de la soirée, elles vous inspirent un sentiment d'injustice.
Mais, comme ce fut le cas hier soir, elles traduisent surtout votre incapacité à prendre le large, dans une partie que vous avez maîtrisée. Les Bordelais le savaient, pour avoir galvaudé, après avoir le score sur un penalty de Diabaté, une poignée d'occasions incroyables en bonne position, que ce fût Rolan (49e), Vada (73e) et surtout Arambarri, dont le tir du gauche, frôla le poteau…

Jussiê en meneur

« C'est une énorme frustration » glissa un Willy Sagnol très déçu après la partie. « Quand vous jouez Ajaccio à la maison, vous vous dedez de prendre les trois points, surtout dans notre situation. Mais quand vous ne faites pas le break, il vous arrive ce qu'il nous est arrivé aujourd'hui…
Pour l'ancien joueur du Bayern, avec ce nul, le deuxième en trois matches non gagnés, Bordeaux a tiré un trait définitif sur ce qu'il lui restait d'ambitions européennes. Il a sans doute raison. Quand vous abandonnez cinq points contre le 18e, après en avoir perdu six contre le 17e (Reims), vous ne pouvez pas espérer vous immiscer parmi les meilleures équipes du championnat.
Le club du Haillan traîne à la 12e place ce matin, à cinq longueurs de la 4e place et compte tenu de ce qu'il montre depuis quelque temps, on doute qu'il puisse retrouver assez de constance pour remonter. Le seul avantage de ce petit point est qu'il permet de rien concéder à Ajaccio, le premier relégable…
On comprend bien sûr la frustration de Sagnol, qui avait mis en place une équipe ambitieuse, technique et offensive, organisée en losange, avec Jussiê en meneur de jeu derrière le duo Rolan-Diabaté et Traoré en sentinelle. Elle souffrit pendant vingt minutes face à la densité physique d'Ajaccio, venant chercher les ballons très haut.
« On avait le projet de livrer un match solide, avec l'ambition de concéder peu d'occasions à l'adversaire, d'avoir une équipe beaucoup plus en bloc, beaucoup plus hermétique. Ce fut le cas mais pas assez longtemps… »

Se contenter du 1-0

Fatalement, il regretta que ses hommes n'aient eu la maturité nécessaire pour gérer une deuxième période, où, accusant un peu de fatigue et d'empressement, ils gâchèrent beaucoup de situations de contre. « On est un peu retombé dans nos travers de Reims où l'on perdait trop vite le ballon », observa-t-il.
Il tenta d'y remédier en sortant, à la 83e, un Valentin Vada, qui n'en pouvait plus, au profit de Malcom. « On n'arrivait plus à gérer les côtés. Valentin était dans le rouge depuis un moment. Il fallait donc rééquilibrer ces côtés. On a voulu fermer un peu plus le jeu. »
Ce fut malheureusement pour son équipe sur le côté gauche de la défense bordelaise que vint l'égalisation, sur un centre de Coeff que personne ne put contrer… Parce que les jeunes Bordelais voulaient trop aller chercher la victoire ? « Nos erreurs, cette saison, nous les payons cash », regrettait le coach des Girondins. « Et quand vous menez 1-0, il faut parfois savoir s'en contenter. »

Source : sudouest.fr

Résumé en images de la rencontre entre Bordeaux et Ajaccio.

video

Source : dailymotion.com

Conférence de presse après le match entre Bordeaux et Ajaccio.




Source : dailymotion.com

vendredi 4 mars 2016

21ème Journée : Colomiers 12 - 12 Stade Montois

 Les Montois ont ramené deux points mérités de Colomiers
Les Montois ont arraché un match nul encourageant de Colomiers......

Au jeu du chat et de la soirée, principalement dû à des conditions climatiques dantesques avec des bourrasques de pluie et de vent à décoiffer un chauve, Colomiers et Mont-de-Marsan n'ont pu se départager.
Les Montois avaient pourtant une occasion de remporter leur premier succès de l'extérieur mais Colomiers n'a pas cédé.
Avec une équipe remaniée mais composée de bons guerriers, les avants Montois ont fait le boulot pour mettre les locaux à la faute et pouvoir rester dans le match.
Il manque encore ce petit plus pour enfin gagner hors de ses bases, mais les Jaune et Noir ont peut-être trouvé les ingrédients.
Nous le verrons lors du prochain déplacement ultra-important à Aix-en-Provence.
Il faudra auparavant effectuer un sans faute face à Perpignan et Béziers à domicile......

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Difficile de tirer une conclusion définitive du match nul ramené de Colomiers par les Montois, hier soir. Comptablement, ce n'est pas franchement une bonne affaire, puisque les jaune et noir n'ont pas repris de points sur un concurrent direct et pourraient se retrouver à onze longueurs du cinquième en cas de succès d'Aurillac demain.

Mais dans l'esprit, ce premier résultat positif récolté après dix défaites en déplacement cette saison entretient une lueur d'espoir, même faible. Et surtout, dans le contenu, dans leur envie de combattre et de ne rien lâcher malgré une équipe décimée par les blessures (Taulanga, Tutaia, Ormaechea, Rameau, Chedal-Bornu ou en encore James, forfait de dernière minute), les Montois ont prouvé qu'il faudrait encore compter avec eux cette saison. Au moins pour quelques semaines de plus…

Guerre de tranchée
On a vite compris hier soir que ce match serait une guerre de tranchée. En cause, l'enjeu pour les deux équipes bien entendu, entre des Montois au pied du mur et des locaux mis sous pression par la victoire bonifiée de Perpignan la veille, mais aussi des conditions de jeu homériques (bourrasques et pluie continue).

Dans ce contexte, il fallait attendre vingt minutes pour voir le compteur commencer à tourner. Skrela ouvrait le score sur pénalité, bientôt imité par Saubusse suite à une mêlée. Ce scénario se répétait quelques instants plus tard, et les deux équipes regagnaient les vestiaires dos à dos (6-6). Plutôt une bonne opération pour des Montois déterminés, mais parfois à l'excès : trop indisciplinés, ils étaient cantonnés dans leur camp par le pied de Skrela.

Heureusement, après un quart d'heure convaincant, les Columérins avaient perdu peu à peu le fil de leur jeu, perturbés en touche par la sortie de leur talonneur Acosta. À la pause donc, on sentait le Stade Montois capable d'emporter la décision.
La tendance se confirmait à la reprise, Colomiers étant totalement privé de munitions par la faillite de sa touche et de Rioux, son lanceur remplaçant. Le Stade campait ainsi dix minutes dans le camp adverse, sans toutefois pouvoir offrir la moindre munition à Emmanuel Saubusse.

A pile ou face
À l'inverse, un maul écroulé permettait à Skrela de tenter sa chance, sans succès. Un signe de plus dans une soirée qui ne demandait au fond qu'à sourire aux Montois. À condition de savoir saisir l'offrande, ce qu'ils n'avaient pas su faire à Montauban ou Perpignan notamment. Ce scénario du pire se matérialisait à l'heure de jeu, quand Saubusse avait la possibilité de faire prendre le score à son équipe, à 25m légèrement à droite des poteaux. Malheureusement, le buteur manquait la cible. Un échec lourd de conséquences, puisqu'il galvanisait les Columérins, qui investissaient le camp montois et obtenaient une pénalité sur mêlée. Dans une position similaire, l'ancien international David Skrela lui, était sans pitié (9-6,65e).

Les Montois réagissaient immédiatement et poussaient les locaux à la faute dans un ruck : Saubusse ne tremblait pas cette fois et égalisait (9-9,70e). Ce match allait se jouer à pile ou face, et la pièce semblait vouloir tomber du mauvais côté pour les jaune et noir. Sur un ballon porté dévastateur, les Columérins ajoutaient trois points et provoquaient la sortie de Terblanche. Mais à 14 contre 15, les Montois trouvaient la force d'obtenir une dernière pénalité et le match nul. Une juste récompense, qui entretient une lueur d'espoir.

Article : sudouest.fr

Commentaire du match en direct (2ème mi-temps).


Résumé en images de la rencontre entre Colomiers et le Stade Montois.

video

Source : dailymotion.com

Direct Radio Colomiers - Stade Montois

DIFFUSION DU MATCH COLOMIERS - STADE MONTOIS EN DIRECT CE SOIR A 19H30 SUR RADIO M&J.
(CERTIFIE SANS PUB ET SANS COUPURE AVEC UN AUTRE MATCH....).

Cliquez sur ce lien : https://www.youtube.com/user/fox7801