Présentation du site

Ce blog a pour but de réunir les supporters du Football Club des Girondins de Bordeaux et ceux du Stade Montois Rugby.
Deux clubs empreints d'un riche palmarès et d'une illustre histoire.
Le but est d'échanger sur les résultats et la vie des deux clubs à travers les articles, sondages et les podcasts pour lesquels vous pourrez donner votre avis et même participer.
Nous nous efforçons de faire au mieux et nous espérons que ce blog réussira à vous plaire.
Enfin, au delà de ces deux clubs, nous parlerons également de sport en général ( Podcasts, Résultats, Forum etc… ).
Pour optimiser le blog, préférez les navigateurs internet Google Chrome ou Mozilla.

Bonne visite.

Rappel

Palmarès FCGB :

□ D1 ou Ligue1 - 6 fois Champion : 1950, 1984, 1985, 1987, 1999, 2009
□ D2 - 1 fois Champion : 1992.
□ Coupe de France - 4 fois vainqueur : 1941, 1986, 1987, 2013
□ Coupe de la Ligue - 3 fois vainqueur : 2002, 2007, 2009
□ Trophée des champions - 2 fois vainqueur : 2008, 2009

Palmarès SMR :

□ Championnat de France - 1 fois champion : 1963
□ Championnat de France de Pro D2 - 1 fois champion : 2002
□ Challenge Yves du Manoir ( ancienne coupe de France ) - 3 fois vainqueur : 1960, 1961 et 1962.


FORUM DU BLOG : http://forum.marine-et-jaune.xooit.fr/index.php
MARINE ET JAUNE SUR FACEBOOK : http://www.facebook.com/marineet.jaune

jeudi 31 décembre 2015

Après-match : Angers - Bordeaux



Conférence de presse après la rencontre entre Angers et Bordeaux.

Source : dailymotion.com

Angers - Bordeaux : Le résumé en images

video

Résumé en images de la rencontre entre Angers et Bordeaux.

Source : dialymotion.com

18ème Journée : Angers 1 - 1 Girondins de Bordeaux

Ligue 1 : les Girondins y étaient presque
Les Girondins ont accroché la match nul chez le deuxième mais auraient pu espérer mieux...........

Malgré l'ouverture du score en première mi-temps par Rolan (40'), les Girondins ont plié en seconde période sur un corner repris par Thomas (83').
Ayant trop reculé, les Girondins n'ont pas su tenir cette victoire qui leur tendait les bras.
Dommage, car ils avaient presque fait ce qu'il fallait pour arracher les trois points de la victoire à l'extérieur.
Face à Angers, deuxième du championnat, Bordeaux a su faire mentir le classement du championnat qui dénote un niveau assez préoccupant.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le compteur restera donc bloqué pendant au moins une semaine à 999. Les Bordelais ont pourtant longtemps cru décrocher leur 1000e victoire en Ligue 1, hier dans la froidure d'Angers, le premier en déplacement depuis le 7 mars dernier à Caen (2-1). La série de matches sans succès à l'extérieur (7 nuls, 6 défaites) court toujours. Hier, le Bordeaux de Sagnol a dépassé celui de Gillot dans ce classement particulier (1). Il ne faut pas chercher ailleurs ses difficultés à se dégager de la zone rouge. Avec toujours trois points d'avance sur le premier relégable (Bastia), les Girondins restent sous pression. De quoi leur faire encore plus regretter de n'avoir pas su garder jusqu'au bout l'avantage du but de Diego Rolan qui retrouve peu à peu son niveau de l'an dernier (lire en page suivante).
Avec ce résultat mi figue mi raisin, malgré tout conforme à l'équilibre des forces d'hier, Bordeaux peut donc se préparer à une nouvelle et dernière semaine de l'année sous pression. Contre Monaco mercredi (17 h) en Coupe de la Ligue, et contre Marseille dimanche (21 heures).

Bordeaux à l'angevine

Le record de 38 ans d'invincibilité contre l'OM sera en jeu. Le match le plus attendu de l'année par les supporters sera l'occasion de confirmer le léger redressement de cette semaine à trois matches sans défaite et d'embellir le bilan de mi-saison que Sagnol défendait hier à Angers. « Même si on a connu un gros passage à vide, nous ne sommes qu'à quatre points du 5e. Notre début de saison n'est pas aussi triste qu'indiqué partout ».
Hier à Angers, le plan mis en place par l'entraîneur bordelais a failli réussir parfaitement. Pour résumer : former deux lignes bien serrées devant Cédric Carrasso, en imprimant un faux rythme à cette rencontre et en prenant bien garde de ne pas ouvrir la porte aux contres angevins. « L'option choisie était de laisser le ballon aux deux défenseurs centraux d'Angers et à Saïss pour former un bloc solide », confirmait Sagnol. « Ils nous ont fait ce qu'on fait souvent à nos adversaires à l'extérieur », souriait Stéphane Moulin, l'entraîneur du SCO.
Avec l'ouverture du score de Rolan, le coup était déjà bon à la pause. Il aurait pu être meilleur si Enzo Crivelli avait joué son face à face avec Butelle jusqu'au bout plutôt que jouer le penalty (38e). « On leur a donné une première mi-temps tranquille », regrettait Moulin.

Manque de puissance

Disciplinés tactiquement, vaillants, les Bordelais n'ont pas été déséquilibrés jusqu'au dernier quart d'heure. C'est là que la balance a imperceptiblement basculé du mauvais côté de la force. Comment ? La sortie de Nicolas Maurice-Belay, souffrant toujours des genoux - « il a été au bout de ce qu'il pouvait », dira Sagnol - leur a fait perdre un peu de maîtrise au milieu. Et le changement tactique opéré par Stéphane Moulin (entrée de Capelle et Karanovic à la 60e) a fait peser une pression qu'ils n'ont pas su supporter jusqu'au bout, malgré l'excellent match de Frédéric Guilbert en défense centrale. « Leur jeu direct nous a mis en difficulté et a mis une puissance devant avec laquelle on ne peut pas rivaliser actuellement ».
Dans une Ligue 1 aussi homogène et serrée derrière le Paris Saint-Germain, au classement et dans le jeu, il n'en a finalement pas manqué beaucoup à des Girondins, très diminués par les blessures (dix) pour faire tomber le 2e. Dans un sens, c'est encourageant pour eux. Mais, selon un autre point de vue, quand même inquiétant pour le niveau du championnat français…

(1) 8 nuls et 4 défaites entre le 9 février et le 3 novembre 2013. Encore loin du record du club, les 23 matchs entre les 9 décembre 1989 et 16 mars 1991 avec Goethals, Rohr et Gili entraîneurs.

Article : sudouest.fr

Ligue Europa (6è J.) : Girondins de Bordeaux 2 - 2 Rubin Kazan

Les "jumeaux" Vada et Maulun ont tenu le chocBordeaux sort de l'Europe sans avoir démérité...........

Les Bordelais, avec une équipe rajeunie, finit son parcours Européen avec un match nul à domicile face aux Russes du Rubin Kazan.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une fois encore, les Girondins se sont fait reprendre, par Ustinov (76e), après avoir pourtant pris l'avantage en remontant un but de Kanunnikov (31e) grâce au jeune Gaëtan Laborde (58e) puis à Diego Rolan (63e). Ils terminent derniers derrière leur adversaire du soir, dans ce groupe B où Liverpool et Sion (0-0) ont empoché les accessits pour les 16es de finale.
Le groupe A a vu l'élimination de deux vieilles gloires du football européen, le Celtic Glasgow, déjà éliminé avant même son nul face à Fenerbahce (1-1), et surtout l'Ajax Amsterdam, qui n'a pu faire mieux que match nul contre le leader du groupe, Molde (1-1). Midjtylland s'est qualifié avec Naples dans le groupe D, grâce à son match nul contre le FC Bruges (1-1).

Source : sudouest.fr

Carcassonne - Stade Montois : Le résumé en images

video

Résumé en images de la rencontre entre Carcassonne et le Stade Montois.

Source : dailymotion.com

13ème Journée : Carcassonne 22 - 12 Stade Montois

Stade Montois : vivement l’année prochaine...
Le Stade Montois n'arrive toujours pas à s'imposer à l'extérieur et finit l'année par une défaite....... 
 
Après une première mi-temps manquée, encaissant trois essais contre un, les Montois avaient déjà dit "adieu" à la victoire.
Menés alors 22 à 7, le Stade Montois, pouvaient néanmoins penser au bonus défensif.
Commettant trop d'erreur pour y parvenir, les Landais ont quand même marqué un essai à la 73ème minute (Taelega) non transformé.
Même s'il méritait mieux, les Montois ont commis trop d'erreurs encore pour pouvoir ramener quelque chose de l'extérieur.
Espérons que la trêve fasse du bien pour recharger les accus et pour compter une infirmerie moins remplie.....


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le retour de flamme n'aura finalement été qu'un feu de paille… On aurait aimé voir dans les vingt dernières minutes du match face à Tarbes, qui avaient permis aux Montois d'arracher la victoire vendredi dernier, le vrai lancement de leur saison. Il a vite fallu déchanter hier à Carcassonne. Au bout de 18 minutes, les Audois menaient ainsi 15-0, quasiment un point à la minute donc, et on commençait déjà à parler de bonus offensif dans les travées du vieux stade Albert-Domec. Le signe que le Stade Montois ne fait malheureusement plus peur à personne en ce moment.
Sur une pelouse où ils avaient su gagner la saison dernière et en 2011-2012, lors de leurs dernières excursions en phases finales, ils ont concédé une septième défaite consécutive à l'extérieur. Cela commence à faire beaucoup quand on rêve (au moins) de la cinquième place qualificative. Bien sûr, celle-ci, occupée par Perpignan, n'est encore qu'à six points. Mais si le classement n'était pas faussé par la pénalité de 15 points infligée à Tarbes, c'est aussi vers le bas que les Montois devraient regarder…

Trop de lacunes
En tout cas, la 11e place qu'ils occuperont durant toute la trêve reflète finalement assez fidèlement leur première partie de saison. Car si l'engagement des Montois a parfois pu être sujet à caution, rien de tout ça n'est à noter à Carcassonne, où ils ont simplement affiché trop de lacunes, surtout en première période, pour espérer l'emporter.
La liste dans le désordre ? L'absence d'un buteur fiable en toutes circonstances (1 sur 3 pour Saubusse et Russell hier) ; un jeu au pied et des sorties de camp trop moyennes ; et surtout, une défense qui fût le socle du dernier parcours jusqu'en finale mais qui craque aujourd'hui trop facilement, notamment à cause de ses difficultés dans le jeu au sol.
Hier, elle fut ainsi incapable d'endiguer les trois seules vagues d'attaques de l'USC en première période. Le seconde ligne Aliouat marquait d'abord en force, avant que les locaux ne lâchent des trois-quarts parfaitement emmenés par Berchesi. L'ouvreur uruguayen est à l'origine des 2e et 3e essais, avec un service au pied parfait pour Grammatico (12-0, 12e), puis un retour intérieur millimétré pour Lima (22-7, 39e).
Frustrant pour les Montois qui ont pourtant dominé ce premier acte en terme de possession. Capables d'imprimer de longues séquences, ils péchaient malheureusement dans la finition, et il a fallu un cadeau de Bissuel (lancer en touche complètement raté) pour que Caudullo ne marque ce qui fut longtemps les seuls points montois de la soirée.

Pas de nouveau miracle
Car la deuxième période allait se montrer beaucoup plus brouillonne, entre des Landais contraints de défendre après le carton jaune de Bost (56e) et des Audois à la seule recherche du bonus offensif. Une quête qui prenait fin avec l'essai de Taelega à la 73e minute, alors que la mêlée montoise venait de mettre au supplice son adversaire. Car comme vendredi dernier, ce sont bien les partenaires d'un Chedal-Bornu omniprésent qui finissaient le plus fort, sans malheureusement reproduire le miracle tarbais ni même sauver un bonus défensif qui aurait finalement été mérité.
On peut voir dans cette nouvelle fin de match réussie un signe encourageant pour la deuxième partie de saison. Vivement l'année prochaine finalement…

Article : sudouest.fr

Stade Montois - Tarbes : Le résumé en images

video

Résumé en images de la rencontre entre le Stade Montois et Tarbes.

Sources : dailymotion.com

12ème Journée : Stade Montois 21 - 19 Tarbes

Le Stade Montois s’est vraiment fait très peur
Le Stade Montois sort miraculeusement victorieux de cette confrontation face au voisin Pyrénéen......

Nous ne retiendrons que les 4 points de la victoire.
Les Montois n'ont pas mérité de l'emporter, ne dominant leur adversaire Pyrénéen que dans les dix dernières minutes du match.
Cependant, les Montois, n'ont jamais baissé les bras et malgré un public déçu par leur prestation, ils ont su redresser la barre pour gagner.
Le Stade Montois vit actuellement un moment difficile sportivement.
Espérons une réaction lors des prochaines rencontres qui vont vite nous emmener en Janvier 2016.


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le retour en Bigorre a dû paraître bien long à des Tarbais qui ne sont décidément pas gâtés par le sort ces derniers temps. Déjà relégués en Fédérale 1 par la DNACG, ils ont été battus dans les tout derniers instants à Boniface, comme ils l'avaient été par Albi à domicile il y a une semaine. Une véritable série noire que les Montois, qui restaient sur trois défaites en quatre matchs, ont évité de très peu. Ils doivent ce matin une fière chandelle à leur mêlée, en difficulté depuis plusieurs semaines et qui leur a offert la victoire hier, grâce à un essai de pénalité à quelques secondes du coup de sifflet final. C'est d'ailleurs la seule fois de la soirée où les Montois ont mené au score. Après l'humiliation à Biarritz vendredi dernier (44-8), on a ainsi longtemps cru qu'ils avaient touché le fond face à une épatante formation tarbaise. Alors que les dirigeants et le staff montois avaient usé du bâton cette semaine pour réveiller leurs troupes, il apparaît désormais évident qu'ils vont plutôt devoir se pencher au chevet de joueurs en totale perte de confiance et qui doivent être aidés.

A l'orgueil
Car avant un dernier quart d'heure à l'orgueil qui leur a permis de renverser la tendance (de 9-19 à 21-19), ils ont longtemps étalé toutes leurs lacunes et leurs souffrances. Et si on attendait un vent de révolte après le non-match à Biarritz, ce n'est d'abord qu'une petite brise de mer que les partenaires de Julien Tastet ont été en mesure de proposer. Comme un symbole, c'est le buteur tarbais Laharrague qui lançait les débats. Saubusse égalisait dans la foulée (3-3, 6e) pour initier une bonne période montoise qui n'allait cependant pas se traduire en points. Par deux fois, les jaune et noir choisissaient la pénaltouche sans trouver la faille dans la très dense défense adverse. Un manque de concrétisation qui allait coûter cher.
Car de l'autre côté du terrain, les Bigourdans allaient se montrer d'un réalisme aussi froid que l'atmosphère d'hier soir. Après une chandelle cafouillée par l'arrière-garde montoise, le troisième ligne Garrault pointait ainsi un premier essai en coin (3-8, 20e). Le début de minutes délicates pour les Montois, dominés par un adversaire sans complexe, plus puissant pour prendre l'axe et intelligent dans sans gestion au pied. Et c'est presque logiquement que l'ailier Cocagi doublait la mise (3-13,32e).

La mêlée en action
Sonnés, comme paralysés par l'enjeu, les Montois se montraient incapables de réagir, plombés par un déficit de puissance criant devant et des attaques trop lisibles derrière. Heureusement, la mêlée entrait en action. Elle offrait une munition précieuse à Saubusse, qui ramenait son équipe à 6-13 (32e). Sous les sifflets du maigre public de Boniface (moins de 4000 personnes), les Montois regagnaient les vestiaires avec un retard acceptable de sept points, grâce au coup de pouce d'un Laharrague maladroit face aux perches (sept points oubliés).
C'est d'ailleurs le demi de mêlée Roussarie qui prenait le relais dès la reprise pour plonger un peu plus les Montois dans le doute : 6-16, puis 6-19 (52e). Face à des Tarbais toujours impeccables dans l'occupation, les hommes de Christophe Laussucq semblaient sans solution. Celle-ci est donc finalement venue de leur mêlée, à l'origine des deux essais, dans un dernier quart d'heure qui va considérablement changer le cours de leur saison. L'essentiel est assuré, mais quelle frayeur…

Article : sudouest.fr

mardi 8 décembre 2015

Après-match : Bordeaux - Guingamp



Conférence de presse après la rencontre entre Bordeaux et Guingamp.

Source : dailymotion.com

lundi 7 décembre 2015

Bordeaux - Guingamp : Le résumé en images

video

Résumé en images de la rencontre entre Bordeaux et Guingamp.

Source : youtube.com

17ème Journée : Girondins de Bordeaux 1 - 0 Guingamp

Ligue 1 : les Girondins se rassurent face à Guingamp
Sans convaincre, Bordeaux arrache une victoire importante face à un concurrent direct, Guingamp.......

Dans un match insipide, synonyme de peur, les Bordelais l'ont emporté sur un corner et un coup de tête de Yambéré.
Jouant avec la peur au ventre, et faisant encore preuve d'une extrême fragilité, Bordeaux s'est sorti d'un guêpier presque par miracle.
Le niveau de jeu est encore très faible et malgré un bon au classement, grâce aux différents résultats (de la 17ème à la 12ème place), les Girondins sont encore malades.
Le match face à Angers, dimanche prochain, qui est dauphin de cette Ligue1, s'annonce déjà comme un test pour des Girondins encore fébriles......

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dans un contexte de grève de ses Ultras, Bordeaux retrouve le chemin de la victoire grâce à un but de Cédric Yambéré (1-0). Pour le beau jeu, il faudra repasser.

Les Girondins de Bordeaux n'ont pas réalisé le match du siècle. Mais ils ont enfin interrompu la mauvaise série dans laquelle ils s'étaient embarqués. Vainqueurs de Guingamp (1-0), les hommes de Willy Sagnol se sont rassurés sur le plan comptable (ils sont désormais 12es), à défaut de retrouver un jeu digne de ce nom.

Le résumé du match

Une première banderole implore : "Soyez enfin dignes de l'institution FCGB", une autre explique :  "Joueurs sans fierté, virage Sud déserté". Pour la première fois de sa jeune histoire, le stade Matmut Atlantique est vide dans sa partie Sud, en bas du virage. Là où, habituellement, les Ultramarines donnent le "la" de l'ambiance.

C'est donc dans un silence glaçant, agrémenté de quelques sifflets, que les deux équipes entrent sur la pelouse.
À l'image d'un joli débordement d'Ounas côté droit (5e), les Girondins montrent qu'ils sont plein d'évidentes bonnes intentions, mais ils ne se créent pas de véritables occasions. Et on se dit que rien n'a véritablement changé dans cette équipe malgré l'état d'urgence.
Il y a bien quelques jolis gestes techniques de Khazri ou d'Ounas, mais c'est sous de nouveaux sifflets que Bordeaux et Guingamp rejoignent les vestiaires à la mi-temps.
Les chants du public ne reprennent évidemment pas au retour des joueurs. D'ailleurs, histoire de plomber un peu plus l'atmosphère, Pablo se blesse aussitôt aux adducteurs et doit céder sa place. Poko entre en jeu et Guilbert passe en défense centrale, un secteur décidément maudit chez les Girondins.
Il faut attendre l'heure de jeu pour assister à la première frappe cadrée de la rencontre, signée Ounas, dont la frappe aussi soudaine que puissante à l'entrée de la surface de réparation est repoussée avec difficulté par Lossl.

Cela redonne à la fois de la voix aux Ultras et des ailes aux Girondins. Khazri caresse un bijou de corner pour trouver la tête de Yambéré, qui ouvre le score (1-0, 63e).
Les Guingampais ne se désunissent pas pour autant et, sur une mésentente entre Carrasso et Yambéré, Bénézet trouve le poteau droit (74e).
Dans le dur, au bord de la rupture, les Bordelais subissent en fin de match. M. Turpin aurait même pu siffler un penalty pour une faute de Contento sur De Pauw (89e), avant six minutes d'arrêts de jeu particulièrement pénibles. Au moins les Girondins ont tenu bon.

Un homme dans le match

S'il n'en reste qu'un, c'est bien lui. Cédric Yambéré n'est pas le défenseur central de métier le plus connu de l'effectif des Girondins. Mais il est le dernier encore valide. En l'absence de Sané et de Pallois, mais aussi de Sertic et Chantôme capables de tenir le poste, Yambéré était évidemment titulaire aux côtés de Pablo. Mais le Brésilien s'est blessé à son tour dès le début de la seconde mi-temps.
Dès lors associé à Guilbert dans l'axe. Yambéré a échappé à la malédiction en tenant bien son poste, tout en marquant le seul but de la rencontre sur un corner de Khazri.

Article : sudouest.fr

samedi 5 décembre 2015

Biarritz - Stade Montois : Le résumé en images

video 

Résumé en images de la rencontre entre Biarritz et le Stade Montois.

Source : dailymotion.com

11ème Journée : Biarritz 44 - 8 Stade Montois

Stade Montois : « Un peu honteux »
Les Montois ont été vite dépassés et plus inquiétant, ont vite baissé pavillon face à Biarritz........

Pour qu'il y ait un match, il faut être deux, et les Montois ont été absents des débats, alors seul le score suffit pour en parler......
C'est dans l'attitude que les Montois ont pêché.
Menés, ils ont de suite baissé les bras et les Biarrots, qui n'en demandaient pas tant ont marqué la bagatelle de 5 essais, bien aidés par une défense "portes ouvertes".....
Sans gnac, sans envie, les Landais ne pouvaient espérer mieux.....
Au delà de cette défaite, c'est justement le fait que les joueurs ne donnent pas tout, ne mouillent pas le maillot, qui pose question......
Espérons simplement qu'ils ne trichent pas, car ils n'ont pas le droit, avec une équipe qui, on le sait a des qualités, de se comporter de la sorte....
Ne serait-ce que par respect pour leur public, qui ne les ont jamais lâchés.....

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Et ce matin, Biarritz et Mont-de-Marsan possèdent donc le même bilan, du moins en termes de victoires (4)… Le BO, moribond et bonnet d'âne de la Pro D2 il y a quelques semaines, en a remporté une troisième de rang hier soir, pour se caler tranquillement dans le ventre mou, où il pourrait d'ailleurs ne pas rester bien longtemps… Deux trajectoires se sont croisées à Aguilera et la collision a fait une victime : le Stade Montois, KO debout après cet échec aux proportions insoupçonnées. Que les hommes de Christophe Laussucq s'inclinent une nouvelle fois à l'extérieur, où ils n'ont pas gagné cette saison, n'est pas forcément une surprise.
Ce qui l'est, c'est le visage qu'ils ont affiché hier. Celui d'une équipe à bout de souffle, battue dans tous les duels, privée de ballons et incapable de réagir au moindre vent contraire.

Trois essais en dix minutes
Symbole de cette déliquescence, les trois essais encaissés en dix minutes à l'entame de la seconde période. Sur le premier, Hamdaoui s'infiltre entre deux plots pour marquer sous les poteaux, puis Otazo se fait intercepter pour un essai de 70 m, avant le bouquet final : Ngwenya esseulé sur son aile qui échappe à quatre Montois pour s'offrir un doublé. Un naufrage. Au cours duquel la défense montoise, la troisième meilleure de Pro D2 avant le match d'hier n'a même pas pu servir de refuge.
Les Montois ne sont finalement restés au contact des Basques que l'espace d'une mi-temps. Et encore…
Dès la deuxième minute, Le Bouhris claquait un drop alors que les partenaires de Chedal-Bornu n'avaient pas encore touché le ballon. Maxime Lucu ajoutait une autre pénalité, avant que Saubusse ne réduise l'écart (6-3, 13e). On ne le savait pas encore, mais il faudra attendre quasiment la dernière minute et une action aussi belle qu'inutile conclue par Ximun Lucu pour que le compteur jaune et noir n'évolue.

Des valeurs envolées
Entre les deux ? Une longue traversée du désert pour des Montois sonnés par l'essai d'Ngwenya juste avant la pause (16-3, 35e), puis achevés par leur début de seconde période. On passera sur le dernier essai de Ruffenach pour ne retenir que le résultat : 44-8, sûrement la plus lourde défaite depuis le retour en Pro D2 il y a deux ans. Lourd mais logique, quand on est autant privé de munitions derrière une mêlée méconnaissable et aussi passif en défense. « Ca fait très mal à la tête, on est complètement passés à côté, résume Vickus Liebenberg. On était venus avec l'envie de faire un coup ici, ou au moins montrer un joli visage, et là c'est un peu honteux ce qu'on vient de faire. »
Alors bien sûr, ce n'est pas encore l'état d'urgence au classement pour les Montois, toujours provisoirement à cinq points du cinquième et dernier qualifiable. Mais rêver d'une demi-finale après une telle performance n'est qu'une illusion. La priorité sera déjà de relever la tête contre Tarbes vendredi…
« J'espère que le ridicule que l'on a ressenti aujourd'hui va les marquer (les joueurs, NDLR), grince Christophe Laussucq. Et si ça ne les marque pas on ne jouera pas avec ces mecs-là, parce que moi j'ai eu honte, j'ai cru qu'on allait en prendre 50 ou 60. J'espère qu'on va réagir et montrer des valeurs qu'aujourd'hui on n'a plus. »

Article : sudouest.fr

Après-match : Bastia - Bordeaux



Conférence de presse après la rencontre entre Bastia et Bordeaux.

Source : dailymotion.com

Bastia - Bordeaux : Le résumé en images

video

Résumé en images de la rencontre entre Bastia et Bordeaux.

Source : dailymotion.com

16ème Journée : Bastia 1 - 0 Girondins de Bordeaux

Ligue 1 : Bordeaux ne s’en sort pas
Bordeaux sombre encore plus profondément à Bastia après cette défaite qui fait mal......

Bordeaux perd encore mais surtout s'enlise à la 17ème place du classement.
A nouveau un but casquette, pris dans les dernières minutes à cause d'une glissade malencontreuse du jeune Hassani, entré pour la première fois de la saison, à la place de Chantôme.
pas grand chose à dire sur le fait du match.
Concernant le jeu, on sent un Bordeaux très fébrile et en manque de confiance.
S'ajoute à cela les nombreux suspendus ou blessés qui manquent pour aligner une équipe compétitive.
Le match contre Guingamp s'annonce comme étant le tournant de la saison.....
Un défaite, et les Girondins s'enfonceraient dans un crise profonde....

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bastia a enfoncé un Bordeaux à la dérive (1-0) en s'imposant à deux minutes de la fin, au terme d'un match très pâle, mercredi à Furiani pour la 16e journée de Ligue 1.
Battus pour la troisième fois de la semaine, en comptant Liverpool (2-1), les Girondins occupent la dernière place avant la relégation (17e). Bastia sort un peu la tête de l'eau mais ne devance son voisin qu'à la différence de but.
Ce match poussif semblait déboucher sur un match nul et vierge, mais l'attaquant Florian Raspentino a profité d'un ballon mal dégagé par la défense bordelaise pour marquer des dix-huit mètres dans un but vide (88).
Pourtant Bordeaux, le cuir encore rougi du naufrage à domicile contre Caen (4-1), avait légèrement mieux commencé ce duel d'imprécisions dans la transmission de balle. Les Girondins prenaient par la suite de plus en plus l'ascendant dans ce match face à des Corses très fébriles, sans pour autant se procurer de vraies occasions faute de tranchant et de vivacité.
Côté bastiais, le nombre important de ballons perdus empêchait toute offensive sérieuse d'être construite. Après une première période d'un intérêt tout relatif, la seconde voyait des Bastiais plus en jambes, plus inspirés dans le jeu, et commençant à porter le danger de façon prégnante sur le but girondin.
Les Bordelais tenaient toutefois bien le choc. Toutefois, le peu de fond de jeu retrouvé par les Corses s'est de nouveau liquéfié après l'heure de jeu, le public bastiais réservant même une vigoureuse bronca à un Brandao inefficace à sa sortie (67).
Son remplaçant, Raspentino, a sorti le Sporting de la zone de relégation.

Artcile : sudouest.fr

mardi 1 décembre 2015

Après-match : Bordeaux - Caen



Conférence de presse après la rencontre entre Bordeaux et Caen.

Source : dailymotion.com

Bordeaux - Caen : Le résumé en images

video

Résumé en images de la rencontre entre Bordeaux et Caen.

Source : youtube.com

15ème Journée : Girondins de Bordeaux 1 - 4 Caen

Cédric Carrasso : "Pas le droit de se comporter comme ça"
Carrasso n'a pas été en verve et a plutôt été mal inspiré, en "offrant" deux buts aux Caennais.............. 


Ne blâmons pas Carrasso, qui, à l'image de son équipe a manqué de chance et d'abnégation lors de cette rencontre.
Deux ballons repoussés par Carrasso, directement dans les pieds de deux Caennais; un coup franc repris de la tête par un joueur Normand, qui tape la tranversale, touche légèrement Contento et qui butte sur le dos de Carrasso, pour finir sa course dans les buts; et enfin, ce tir de l'attaquant Delort, qui se relève, après avoir été bousculé par Maurice-Belay, et qui frappe instinctivement, contré par les jambes de ce dernier et trompant Carrasso, déjà à terre.....
Tout cela pour dire que les Bordelais ont été absents dans la surface de réparation.
Et le but anecdotique en fin de rencontre, à dix contre onze, de Crivelli sur une jolie passe de Maurice-Belay n'y fera rien, tant l'équipe a été décevante.....
La défense, encore apathique et immobile est en cause encore une fois.
Elle a laissé Carrasso seul, comme étant le dernier rempart de la maison Girondine.
Trop pour un seul homme, qui n'est pas assez suppléé par ses défenseurs.....
La paire Sané, Yambéré est un fiasco et les blessures de Pablo conjuguée à la suspension de Pallois n'aident pas à avoir de bons espoirs pour la suite.
Il faut du changement, et vite....

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Après l'élimination en Ligue Europa, le naufrage en Ligue 1. Dominés tactiquement et physiquement, battus dans les duels, maladroits et victimes des choix désastreux de Willy Sagnol, les Girondins de Bordeaux ont coulé face au Stade Malherbe de Caen au stade Matmut Atlantique (1-4).
Par son ampleur et la physionomie de la rencontre, cette défaite-là risque de laisser des traces.

Le résumé du match

Les Bordelais jouent très haut dans le camp caennais, mais sur leur premier ballon perdu, les Normands lancent une terrible contre-attaque qui déstabilise la défense girondine. Celle-ci s'en sort bien en concédant le corner. Sauf que le Stade Malherbe en profite pour ouvrir le score. Le ballon frappé par Bessat est repoussé des deux poings par Carrasso et revient sur l'ancien Nantais qui centre au point de penalty. Au deuxième poteau, Rodelin reprend instantanément d'une volée acrobatique. Carrasso repousse encore, mais dans les pieds de Ben Youssef qui conclut dans le but vide (0-1, 6e).

La partie est rythmée mais, il faut bien le reconnaître, les Caennais jouent plus juste, notamment sur des contres foudroyants qui obligent Carrasso à réaliser des prouesses. Alors Willy Sagnol ne fait pas de sentiment. Exit Frédéric Guilbert, titularisé au poste d'arrière droit, entrée en jeu de Diego Rolan après seulement 25 minutes de jeu.
Les Girondins ne deviennent pas meilleurs pour autant, même si Diabaté parvient à marquer après une jolie talonnade de Maurice-Belay. Le Malien était hélas hors-jeu (37e).
A la reprise, ce n'est pas mieux. Il faut même une nouvelle parade de Carrasso pour détourner une puissante frappe croisée de Rodelin (50e). Les Girondins sont au bord du KO.


Alors qu'il vient de mettre Vercoutre en difficulté, Khazri, le Bordelais le plus technique, est curieusement remplacé à la 53e minute. Crivelli lui succède et... Caen double la mise aussitôt. Da Silva est seul dans la surface à la réception d'un ballon dévié par Carrasso après un coup franc de Delort. Comme un remake du premier but (0-2, 57e).
Alors Bordeaux coule. Sur un nouveau corner de Bessat, Da Silva (défenseur central, on vous rappelle) échappe au marquage de Chantôme et place une tête puissante. Sur sa ligne, Contento repousse de la tête sur la transversale et le ballon retombe sur Carrasso, battu (0-3, 61e).


Chaque action normande est alors accompagnée de "Olé" lancés des tribunes d'un Matmut Atlantique à moitié vide (18 000 spectateurs). Et sur une énième contre-attaque, Malherbe enfonce le clou. L'excellent Andy Delort remonte 80 mètres tout seul, résiste aux retours des défenseurs bordelais, tombe dans la surface, se relève et ajuste Carrasso. Splendide ! (0-4, 77e).
André Poko est expulsé dans un silence de cathédrale. Le public prend alors ses cliques et ses claques. Dix minutes avant le coup de sifflet final, le virage Sud se vide. Les Ultramarines ne verront pas Crivelli sauver l'honneur (1-4, 90e).

Le fait du match

Depuis cinq minutes déjà, Diego Rolan est en train de s'échauffer. On sent que Willy Sagnol va prendre une décision énergique. On joue la 25e minute et la sanction tombe : Frédéric Guilbert, coupable d'une passe hasardeuse vers Carrasso quelques instants auparavant, est prié de rejoindre le banc de touche. Ce remplacement est extrêmement sévère pour le jeune défenseur formé... à Caen. En septembre, Milan Gajic avait subi le même sort face à Lyon. Le Serbe de 19 ans ne s'en est toujours pas remis.
Au moins, Guilbert n'est pour rien dans les trois buts encaissés par Bordeaux en deuxième mi-temps...

L'interview de Willy Sagnol

Loin d'accabler ses joueurs, qu'il juge fatigués par les efforts fournis en Ligue Europa, l'entraîneur se met "dans le même sac qu'eux" en espérant que son équipe saura "faire le dos rond" jusqu'à la trêve hivernale. Interview à lire ici.

Article : sudouest.fr

Bourgoin - Stade Montois : Le résumé en images

video

Résumé en images de la rencontre entre Bourgoin et Mont-de-Marsan.

Source : youtube.com

dimanche 29 novembre 2015

10ème Journée : Bourgoin 27 - 10 Stade Montois

CSBJ - MONT-DE-MARSAN. Mais très vite, les Ciel et Grenat resserrent les mailles de leur défense, à l'image de ce plaquage de Maxime Santoni sur le 2e ligne néo-zélandais Tutaia. Photo Le DL/ Jean-François SOUCHET
Le Stade Montois ne parvient toujours pas à ramener des points de l'extérieur et stagne toujours.........

Les Montois, malgré une bonne première période, n'ont pas su garder leur avantage et ont subi encore une grosse défaite.
Pourtant, tout avait l'air de bien commencer puisque les Montois étaient rentrés plus en jambe dans le match en inscrivant un bel essai par Ormaechea et transformé par Laousse-Azpiazu (6-10).
Une petite pénalité de James et deux du côté de Bourgoin et les Landais étaient alors en tête à la mi-temps.
Mais en seconde période, les Montois ont complètement déjoué et n'ont pas inscrit le moindre point quand les Berjalliens en ont marqué la bagatelle de 21 points (2 essais, 1 transformation, 2 pénalités, 1 drop).
Les Landais se sont montrés apathiques et n'ont pas su réagir face à la furia Iséroise......
Mont-de-Marsan fait encore une mauvaise opération à l'extérieur......
Au classement, ils ne parviennent pas à sortir du ventre mou du classement et marquent le pas sur leurs prédécesseurs......
Espérons une réaction vendredi prochain à Biarritz.......

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Surpris par l'essai rapide d'Ormaechea (13e) et menés 9-10 à la pause par des Montois en totale réussite, les Berjalliens auront dû attendre le retour des vestiaires pour renverser la tendance. Les Ciel et Grenat se sont appuyés sur une conquête clairement dominatrice et ont notamment profité du contexte tendu - en témoignent les deux bagarres et les quatre quartons jaunes distribués à l'heure de jeu - ainsi que de la très grande indiscipline adverse, symbolisée par l'exclusion temporaire de Muzzio (69e). Avec deux essais inscrits par Veratau (44e) et par l'omniprésent Lemalu (73e), le CSBJ poursuit sa bonne série du moment. Il a engrangé dix-sept points lors de ses six derniers matchs, tandis que le Stade montois court toujours après un premier succès en déplacement.

Article : rugbyrama.fr




Ligue Europa (5è.J) : Liverpool 2 - 1 Girondins de Bordeaux

Liverpool - Bordeaux : cinq minutes seulement...
Bordeaux sort la tête haute de la Ligue Europa car malgré la défaite, ils ont dominé les débats.......... 

Après avoir ouvert le score par un joli coup franc de réparation inscrit par Saivet (33'), on pensait que Bordeaux avait fait le plus dur.
Mais l'arbitre en a voulu autrement en accordant un pénalty très généreux à Liverpool qui ne s'est pas fait prier pour égaliser (Milner, 38').
Il n'en fallait pas moins pour les remettre dans le match et c'est Benteke, l'attaquant belge de Liverpool qui, quelques minutes plus tard, donne un avantage définitif à son équipe (45') juste avant la pause.
Bordeaux, essaiera de revenir, en vain..... la domination est demeuré trop stérile......
Dommage.... on sentait un Bordeaux plus à l'aise dans la compétition mais il était trop tard, la défaite à domicile contre Sion, a pesé trop lourd dans la balance......

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une défaite logique (2-1) de Bordeaux, qui avait pourtant ouvert le score jeudi à Anfield, précipite l'élimination des Girondins et la qualification de Liverpool.
Les Reds, emmenés par un énorme Benteke qui a rincé la défense, prennent même la tête de la poule avec 9 points, un de plus que Sion battu sur la pelouse du Rubin Kazan (2-0) tandis que, très loin derrière avec trois petites unités et toujours aucune victoire, les joueurs de Willy Sagnol ferment désormais la marche.

Lucarne de Saivet

Bordeaux peut sûrement s'en vouloir de ne pas être arrivé à la pause avec son but d'avance car, alors qu'il était déjà limité avant, il a ensuite dû attendre une frappe de Maurice-Belay (84e) pour finir sur une note moins négative.
Une bévue du gardien de Liverpool Mignolet, qui s'était permis de garder une vingtaine de secondes le ballon dans ses mains, avait au préalable offert un coup franc indirect dans la surface. Et Saivet, dangereux sur coup de pied arrêté, ne s'était pas gêné pour l'envoyer en lucarne, inscrivant au passage son 1er but européen (33e).

Trop d'erreurs techniques

Dominatrice mais tenue à distance, l'équipe de Jürgen Klopp a alors lâché Benteke dans la mêlée et le robuste attaquant belge a fait du dégât au milieu de Sané et Yamberé.
Après avoir provoqué le penalty de l'égalisation, transformé par Milner (38e), il a lui-même donné l'avantage en faisant place nette autour de lui avant de frapper puissamment en pivot (45e).
Globalement, le 13e de L1, logiquement tombé contre meilleur que lui, a quand même simplifié la tâche de Liverpool en jouant longtemps trop mollement. De trop nombreuses fautes techniques l'ont également empêché de conserver le ballon pour le remonter et proposer des mouvements intéressants malgré l'activité stérile de Chantôme au milieu.

Article : sudouest.fr

mercredi 25 novembre 2015

Après-match : Rennes - Bordeaux



Conférence de presse après la rencontre entre Rennes et Bordeaux.

Article : sudouest.fr

Rennes - Bordeaux : Le résumé en images

video

Résumé en images de la rencontre entre Rennes et Bordeaux.

Source : youtube.com

14ème Journée : Rennes 2 - 2 Girondins de Bordeaux

Ligue 1 : match fou à Rennes, les Girondins ramènent le nul
A l'image de Crivelli, Bordeaux a su élever son niveau de jeu pour arracher le nul à Rennes.....

Une fois n'est pas coutume mais Bordeaux, après avoir été deux fois mené au score, a su revenir à chaque fois pour finalement prendre le point du match nul à Rennes.
Tout n'a pas été simple puisque les Girondins auraient pu perdre ce match à quelques secondes de la fin, si Carrasso n'avait pas encore sauvé son équipe, en arrêtant un pénalty. 
Grâce à Crivelli, (41') en première mi-temps et Contento (78') en seconde, les Girondins ont répondu quasiment coup pour coup, aux deux buts des Rennais (32', Dembele, 75', Grosicki).
Ce point du match nul est aussi mérité par Bordeaux qui n'a jamais abdiqué et qui a su se créer les occasions pour marquer.
Ils auraient même pu remporter ce match avec des occasions manquées par Ounas notamment.
Bordeaux peut souffler et confirme le léger mieux entrevu depuis quelques semaines.....

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La synthèse

Si, ces dernières saisons, Bordeaux et Rennes ont souvent proposé des confrontations soporifiques, celle de dimanche après-midi a accouché d'un match rythmé et plaisant (2-2), avec une deuxième période complètement folle. Les Girondins, qui ont perdu Pallois, Sané et Touré sur blessure au cours de la rencontre, puis ont concédé un pénalty au bout du temps additionnel, ont su faire preuve de caractère pour revenir au score par deux fois et ramener un point de Bretagne. Ils restent 12e au classement.

 

Le résumé

Les Girondins ont mis une demi-heure à rentrer complètement dans leur match. Sans action construite digne de ce nom ni pressing des milieux malgré celui des trois attaquants, ils n'ont pas inquiété des Rennais qui avaient tout loisir de miser sur Ntep, de retour de blessure, et Dembélé titularisé pour la première fois.
Très solide jusque-là mais déstabilisée par la sortie de Pallois (voir plus bas), la défense bordelaise a craqué sur la première occasion bretonne. Dembélé reprenait à bout portant le centre au cordeau de Ntep et validait la domination de son équipe (1-0, 31e).

Secoués par ce but, les Girondins ont enfin pris le jeu à leur compte, accompagné leurs offensives et Crivelli a offert deux bons ballons à Khazri (34e) puis Chantôme (35e), qui ont chacun buté sur Costil, bien sorti à leurs devants. Le jeune attaquant a été récompensé de son activité en suivant bien une nouvelle frappe de Khazri repoussée par le portier rennais (1-1, 41e).
Pas verni, Bordeaux perdait son capitaine et deuxième défenseur central, Sané, touché aux ischio-jambiers (54e) et devait composer avec une défense centrale expérimentale Yambéré-Chantôme. Puis le nouvel entrant, Touré, devait sortir à son tour sur blessure 20 minutes plus tard ! L'infirmerie bordelaise était quasiment vide au coup d'envoi...
Comme en première période, les Marine et Blanc cédaient juste après le changement, sur une frappe enroulée de Grosicki après une touche bêtement concédée (2-1, 75e). Mais leur force de caractère ne les a pas abandonnés et Contento égalisait en surgissant sur un centre de Maurice-Belay (2-2, 78e).
Costil empêchait Crivelli (80e) puis Ounas (83e) d'inscrire un troisième but, mais ce sont bien les Rennais qui terminaient mieux la partie. Dans les arrêts de jeu, Chantôme détournait du bras le centre de Gelson Fernandez. L'arbitre jugeait le geste volontaire et désignait le point de penalty. Sio s'est élancé mais Carrasso a choisi le bon côté, le droit, et a repoussé la frappe du Rennais (90e+6). Diagne voyait ensuite sa reprise du talon frôler le poteau (90e+8), dernière action d'un match qui devenu complètement fou et très chaud sur les bancs de touche, avec notamment l'expulsion de Pallois.

Le fait du match : la blessure de Pallois


Touché au pied dès la 7e minute, Nicolas Pallois a dû céder sa place à la demi-heure de jeu. Willy Sagnol a alors choisi de le remplacer par Jaroslav Plasil, faisant glisser Cédric Yambéré en défense centrale. Alors que ce dernier avait clairement participé à la stabilisation du bloc-équipe sur les deux derniers matchs au poste de numéro 6 (à Sion et contre Monaco), il a dû descendre d'un cran tandis que Pablo, défenseur central de métier, restait sur le banc de touche. Quelques secondes après ce changement qui bouleversait l'assise défensive, Rennes ouvrait le score. Et après la blessure de Sané (54e), le Brésilien, ménagé à l'entraînement vendredi en raison d'une douleur aux adducteurs, a regardé Thomas Touré entrer en jeu...

Les joueurs

Carrasso, lent à décoller sur le but de Grosicki, a sauvé son équipe en repoussant le penalty de Sio. En défense, Sané et Pallois ont tenu bon jusqu'à leur sortie sur blessure alors que Guilbert a souffert face à Ntep. Contento, assez prudent, a néanmoins inscrit un but salvateur. Chantôme, d'abord très porté vers l'avant, a ensuite évolué dans un registre plus relayeur mais aurait pu coûter le nul à son équipe avec sa main dans les arrêts de jeu. Yambéré a connu moins de déchet technique que face à Monaco tandis que Saivet s'est surtout attelé aux tâches défensives. L'entrée de Plasil a permis à Bordeaux de remettre le pied sur le ballon. Devant, Khazri et Maurice-Belay ont tenté de percuter sur les quelques ballons qu'ils recevaient mais le second se distingue avec sa passe décisive. Enfin, Crivelli a confirmé sa bonne forme du moment et son but valide un match encore une fois plein.

La réaction : Willy Sagnol

"C'est un bilan mitigé. On est extrêmement fiers d'avoir récupéré un point dans ces conditions, mais c'est un point qui nous coûte cher puisqu'on perd Nicolas Pallois, on perd Lamine Sané, on perd Thomas Touré, on a vu Enzo Crivelli aussi avoir un problème musculaire sur la fin, donc ça fait beaucoup. La satisfaction c'est d'avoir vu une équipe qui est partie dans un système pour après basculer dans un autre, qui s'est très bien adaptée, qui, sur la première mi-temps a eu des temps de possession largement supérieurs à l'adversaire avec de belles occasions. Ensuite il y a eu une deuxième mi-temps un peu plus étrange avec beaucoup de pertes de balle de part et d'autre, et des faits de jeu."

Le chiffre : 6

Les Rennais n'ont converti aucun de leurs six derniers penaltys obtenus en championnat. Sio, qui reprenait le flambeau de tireur après les deux échecs successifs de Ntep, n'a pas eu plus de réussite face à Carrasso.

Article : sudouest.fr

Stade Montois - Dax : Le résumé en images

video

Résumé en images de la rencontre entre Mont-de-Marsan et Dax.

Source : youtube.com

9ème Journée : Stade Montois 26 - 10 Dax

Rugby (Pro D2) : un derby Mont-de-Marsan/Dax vraiment pas à la fête
Un derby rondement mené par les Montois qui prennent un bonus offensif important........

Le Stade Montois a remporté le derby des Landes qui avait commencé par l'émotion en rendant hommage aux victimes des attentats de Paris.
Les Montois ont tout de suite mis la main sur le ballon et ont mis tous les ingrédients devant pour faire plier son homologue Landais.

Dax, pris à froid, encaissait un premier essai d'avant par Béal (8'), imité peu de temps après (24') par un bel essai des 3/4 initié par Delaï et conclu Laousse-Azpiazu, les deux anciens Dacquois étaient à la fête.
En fin de première mi-temps, Caudullo, allait faire le break en inscrivant le troisième essai, synonyme de bonus offensif (42', 19-3).
La deuxième période est tombé en intensité.
Ni Montois, ni Dacquois, semblaient vouloir se livrer.
Mais les Dacquois, pouvaient encore espérer un point de bonus défensif et enlever le bonus offensif aux Montois.
Et suite à un carton jaune de Delaï, les Dacquois allaient camper dans le camp Montois qui après plusieurs mêlées mal négociées à 5 mètres de la ligne d'en but se sont fait punir d'un essai de pénalité (71').
Dax est revenu dans le match et n'est plus mené que 19-10.
Mais les Jaune et Noir, devant leur public ne pouvait finir ainsi ce match.
Les Montois, à quelques minutes de la fin de la rencontre investit les 10 mètres Dacquois et bénéficient d'une pénaltouche.
L'occasion est trop belle pour finir en apothéose et offrir cet essai du bonus.
Mais sur le lancer, les culs rouges dévient le ballon dans leur camp.
Les supporters Montois se disent alors que l'occasion est bien ratée.
Pic, ancien Montois, cafouille pourtant le ballon devant sa ligne, et tel un Zorro qui surgit de nulle part, James plonge dans les pieds du Dacquois et s'empare du ballon pour glisser dans l'en but.... ESSAI DE LA LIBÉRATION pour le public local (78', 26-10) !!!!!!!!
Les Montois ont donc offert à leurs supporters la cerise sur le gâteau qui permet ainsi de revenir dans le milieu de classement, à la huitième place.
Espérons maintenant de bonnes prestations à l'extérieur, pour que les Montois grimpent vers le haut du classement.......

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Reporté de six jours suite aux attentats parisiens de la semaine dernière, ce Mont-de-Marsan/Dax ne pouvait pas être un derby comme les autres. Précédé d'une minute de silence et d'une « Marseillaise », il ne l'a effectivement pas été. L'image la plus marquante de la journée restera d'ailleurs ce tour d'honneur effectué en commun par les joueurs des deux équipes, tous unis derrière le drapeau français. « J'en ai encore des frissons, avec les copains dacquois, le public, on était tous ensemble, c'était beau à vivre, confie le Montois Cédric Béal. On a essayé de montrer à notre façon que dans un derby, on pouvait aussi être solidaires. »
Dans ce contexte les émotions liées au match qui a suivi ont paru bien fades. Le cœur n'était pas vraiment à la fête, et ni la toute petite affluence, ni la météo maussade n'ont aidé ce derby à décoller.
Et puisqu'il faut bien finir par reparler de rugby, constatons que même joué dans un contexte singulier, ce petit match de Pro D2 a accouché de conclusions tout à fait prévisibles. L'US Dax a perdu hier son 57e match d'affilée à l'extérieur, quand le Stade Montois continue de faire le boulot à domicile, avec un quatrième succès consécutif, le deuxième agrémenté du bonus offensif.
Ce point supplémentaire, qui leur permet de revenir à seulement deux unités de Perpignan, cinquième, les hommes de Christophe Laussucq le tenait dès le repos. Face à des Dacquois qui se trompaient en multipliant les chandelles improductives, les Montois ont su se montrer efficaces, avec des essais en force (Béal, Caudullo) et un autre de Laousse-Azpiazu après un exploit de Delai. Du travail bien fait, avant que tout ce petit monde ne tombe dans une certaine léthargie au retour des vestiaires.

« Un faux rythme »

« Collectivement on a été un peu fébriles, on s'est peut-être agacés de ne pas marquer et on s'est fait un peu peur », regrette l'entraîneur montois, qui a vu ses troupes perdre le bonus à dix minutes de la fin, avant de le récupérer avec pas mal de réussite suite à une touche cafouillée à quelques mètres de l'en-but dacquois.
« On fait une première mi-temps contre le vent très positive et après on se perd un peu, souffle Cédric Béal. Sur le coup d'envoi de la deuxième mi-temps on a une occasion qu'on ne concrétise pas. Et derrière il y a dix minutes horribles. On est tombés dans un faux rythme et on n'a jamais réussi à en sortir. »
C'est cette inconstance, à l'intérieur d'un même match comme dans leur niveau de performance à domicile et à l'extérieur, que les Montois doivent maintenant corriger. À Bourgoin puis Biarritz, ils auront deux occasions de remporter ce premier succès loin de leurs bases qui leur permettrait de basculer dans le haut du tableau.
Un horizon bien lointain pour les Dacquois, qui dans l'optique du maintien joueront jeudi contre Biarritz un match beaucoup plus important que celui d'hier. « On n'a pas le temps de s'apitoyer sur notre sort. Jeudi prochain, ce sera le match de la peur », résume le troisième ligne de l'USD Olivier August.

Article : sudouest.fr

mercredi 11 novembre 2015

Après-match : Bordeaux - Monaco



Conférence de presse après la rencontre entre Bordeaux et Monaco.

Source : dailymotion.com

Bordeaux - Monaco : Le résumé en images

video

Résumé en images de la rencontre entre les Girondins de Bordeaux et Monaco.

Source : dailymotion.com

13ème Journée : Girondins de Bordeaux 3 - 1 Monaco

Ligue 1 : Bordeaux bat Monaco et se remet dans le bon sens
Bordeaux sort la tête de l'eau à domicile face à Monaco............ 

Enfin Bordeaux relève la tête !!!!!
Encore convalescents mais beaucoup plus impliqués, les Girondins ont su renverser a situation et l'emporter face à Monaco, une équipe pourtant à l'aise à l'extérieur.
Menés au score (23', Helder Costa), les Bordelais ont remis les pendules à l'heure en l'espace de quatre minutes en marquant deux buts (37'Maurice-Belay , 41' Yambéré) consécutifs juste avant la fin de la première mi-temps.
En seconde période, Plasil (49') parachève le score, et permet aux Girondins d'asseoir leur victoire.
Groggys, les Monégasques ne s'en relèveront pas.
Bordeaux, peut être content de sa semaine.
Après un résultat encourageant en Suisse (1-1 face à Sion) en Ligue Europa, les Bordelais ont confirmé en championnat cette embellie.
Mais l'habituelle irrégularité des Bordelais ne doit pas faire oublier qu'ils ne sont pas encore guéris de leurs maux........

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La synthèse

Comme d'habitude, les Girondins ont su livrer un match plein face à un cador de Ligue 1. L'AS Monaco a fait les frais du réveil des hommes de Willy Sagnol (3-1), qui se replacent (11e) à trois points de leur rivaux du soir, quatre jours après un premier sursaut à Sion (1-1). Il fallait ça pour retrouver la confiance avant la trêve internationale.

L'entraîneur bordelais doit pourtant s'habituer à voir ses joueurs hausser leur niveau face à un européen après Lyon donc, Paris (2-2) et Saint-Etienne (1-1). Ils auront surtout su réagir après l'ouverture du score de Helder. Trois buts condensés autour de la pause de Maurice-Belay, Yambéré et Plasil.
D'entrée le bon pressing bordelais gênait le jeu court de l'ASM. Yambéré, replacé en sentinelle permet à Plasil et Saivet de combiner avec leurs latéraux. Une série d'occasions nettes allait défiler dans le premier quart d'heure. Khazri, à vingt mètres mais au-dessus (4e), Crivelli en pivot (10e), et Khazri seul face à Subasic mais excentré (12e) pouvaient faire espérer une éclaircie à automne morose du public bordelais. Mais le onze monégasque allait remettre le pied sur le ballon.

La faille venait de la droite. Après un premier miracle de Carrasso, blessé, devant Helder Costa (21e), Poko, perdu dans couloir droit, allait voir partir derrière lui Echiejile. Le centre du latéral nigérian trouvait Bernardo Silva sur la gauche de la surface. Sa frappe violente est repoussée par Carrasso sur Helder dans l'axe, oublié par Contento (23e).
Après la sortie du portier avignonnais sur blessure qui précédait dix minutes de flottements et de sifflets plus conformes au début de saison des Marines et Blancs, les Girondins reprenaient le fil des opérations. D'abord par Maurice-Belay à la conclusion d'un débordement rageur de Khazri (37e), puis grâce à Yambéré, seul aux six mètres après une remise de Pallois sur un coup franc de Khazri venu de la droite (41e).

Seconde mi-temps. La parole à Enzo Crivelli. Le jeune attaquant bordelais posait sa patte sur le match en interceptant un ballon dans le rond-central. Son contre mené seul et sa remise dans le bon timing à Plasil pour un intérieur du pied tendu imparable sur la droite de Subasic (47e). Puis l'international espoir posait une tête sur la barre sur un nouveau centre de Khazri (67e).
Bordeaux retombait ensuite dans ses travers. Le rythme faiblissait sans que les visiteurs n'en profitent. Malgré les occasions de Touré sur corner (78e), El-Shaarawy (88e) et de nouveau Touré (90e), sur la barre, les Girondins maintiennent l'ASM à distance sur des interventions à l'arrachée de son arrière-garde. Trois points, l'essentiel était bien là.

Le joueur : Crivelli était partout

 

Comme d'habitude, le jeune attaquant bordelais avait de l'énergie à revendre. Il ne s'est jamais ménagé et a sans cesse pressé et proposé des solutions à ses milieux de terrain. Mais à deux reprises, c'est lui qui les a servis : un beau ballon glissé à Khazri (12e) et surtout une remise en retrait décisive à Plasil après un ballon gratté et remonté sur 25 mètres (48e). Sa superbe tête (67e) aurait mérité meilleur sort que la transversale. Au fil des matchs, il s'affirme comme un guerrier qui sait faire autre chose que courir. Très applaudi à sa sortie (86e).
Dans les buts, Carrasso a eu le temps de sortir deux arrêts (21e et 27e) avant de s'incliner suite au second et de céder sa place sur blessure à Prior, qui a fait preuve de vigilance dans ses sorties et face à El Shaarawy (88e).
Sur la ligne défensive, Poko s'est montré aussi volontaire que brouillon, Pallois et Sané ont été assez tranquilles puis bousculés en fin de match par les attaquant monégasques. Mention spéciale à Contento, qui retrouve le niveau de ses premières sorties avec Bordeaux.
Dans l'entrejeu, Yambéré a compensé ses multiples erreurs techniques par un but opportuniste (40e). Plasil a tenu le milieu de terrain et bonifié son match avec son but du gauche (48e) alors que Saivet a trop peu pesé, même s'il a toujours eu le soucis de bien se placer.
Enfin, Khazri et Maurice-Belay ont été les détonateurs de l'attaque girondine, avec une chevauchée du premier qui a amené le but du second (37e).

Le fait du match : les sifflets pour Prior

Le jeune gardien de but a remplacé Carrasso suite à la blessure de ce dernier (25e, légère entorse du genou). Il est entré sur la pelouse sous les sifflets nourris des Ultramarines, qui lui reprochent son comportement lors de l'arrivée à l'aéroport après la défaite à Ajaccio. Prior, pas déstabilisé, a réalisé un sans-faute jusqu'au coup de sifflet final. "C'est un jeune gardien, on a tous fait des erreurs dans notre jeunesse. Jérôme en a fait une, il en était touché, c'est un bon gamin qui a parfois du mal à gérer ses émotions. C'est l'apprentissage du métier", a déclaré Willy Sagnol a son sujet. Prior a présenté ses excuses après la rencontre.


Le chiffre : 21 090

C'est le nombre de spectateurs présents pour ce match. Un Matmut Atlantique à moitié plein (ou à moitié vide, c'est selon) pour la réception de l'un des poids lourds de Ligue 1, c'est à la fois prévisible et regrettable. A propos de la fréquentation, Nicolas de Tavernost parlait dimanche dans nos colonnes d'une "situation qui doit être rétablie le plus rapidement possible". C'est avec des victoires comme celle face à Monaco que les Girondins feront de nouveau venir leurs supporters au stade.

La déclaration : Willy Sagnol

"On fait une très bonne entame de match avec deux-trois situations qu'on aurait pu mieux exécuter. Monaco a repris du poil de la bête, on les a remis en confiance avec des erreurs techniques, leur ouverture du score n'était pas illogique. C'était peut-être le déclic qu'il nous fallait pour remonter la pente. Je sais pas si ça peut être un tournant. A défaut de jeu flamboyant, l'ambition était de retrouver un état d'esprit, une abnégation. Physiquement ça a été dur, à partir de la 60e les joueurs ont pioché, mais il faut aussi savoir dire que Monaco est une belle équipe avec des joueurs de grand talent."

Article : sudouest.fr

Narbonne - Stade Montois : Le résumé en images

video

Résumé en images de la rencontre entre Narbonne et le Stade Montois.

Source : dailymotion.com

8ème Journée : Narbonne 22 - 12 Stade Montois

Les Narbonnais se sont libérés en finde match. / Photo DDM J-M.G.
Les Montois ont trébuché à Narbonne en y revenant bredouilles.................

Le Stade Montois avait pourtant effectué deux matches accomplis à domicile face à Bayonne et Albi.
Dominateurs dans tous les compartiments du jeu, surtout devant, on se disait que ces Landais pouvaient enfin s'exporter et faire un résultat à l'extérieur.
On avait l'espoir que le match à Narbonne allait enfin être le réveil des Montois hors de leur base.
Mais il n'en a rien été.
Méconnaissables en conquête, maladroits, sans envie, les Jaune et Noir se sont fait châtier dans l'Aude par une équipe de Narbonne qui n'en demandait pas tant.
Jamais dangereux, les Landais ont subi la loi d'un ancien porteur des couleurs jaunes et noires,
PA. Dut, parti cette saison, justement à Narbonne et qui nous a fait rappeler qu'il était adroit au pied en inscrivant quatre pénalités pour sa nouvelle équipe. 
Dommage pour le Stade Montois qui manque encore l'occasion d'effacer la défaite à domicile face à Lyon lors de la deuxième journée.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les Narbonnais ont souffert pour venir à bout de solides Montois, qui n'ont cependant jamais été dangereux. Dans le premier quart d'heure, les Narbonnais occupent le camp Montois, pilonnent, attaquent dans les 22 adverses, mais ne marquent pas un point, Mont de Marsan défend bien et oppose une défense compacte. Il faut attendre la 18e pour voir Dut convertir une pénalité. Les points de satisfactions pour les Narbonnais sont en ce début de match, la mêlée et la défense agressive. La première mi-temps laisse un goût d'inachevé, un sentiment de frustration, Narbonne pouvait espérer mieux au regard des efforts fournis, mais un petit grain de sable viendra doucher toute initiative, comme par exemple cet en avant de Rattez sur une réception dans ses 30 mètres. A la mi-temps les visiteurs sont devant au score 6-9. A la reprise les Narbonnais poussent, Eadie déchire la défense Montoise, décale Fékitoa sur son aile, qui est repris à quelques centimètres de la ligne, par Lucu qui le plaque en position de hors jeu. Derrière les Montois se retrouvent à 14, mais Narbonne pilonne, essaie auras trois, quatre fois, en vain, écarte, mais toujours un grain de sable qui vient enrayer l'action. L'heure tourne, Narbonne ne mène que 12-9 et n'est pas à l'abris. On se met à espérer sur une pénalité rapidement jouée à la main, mais là encore les Narbonnais s'emmêlent les pinceaux et commettent un en avant sur un trois contre un qui pouvaient aller en dame, encore une fois, c'est une occasion d'essai qui passe sous le nez. Mais tous ces efforts ne seront pas vain, une dernière occasion échoue sur la ligne, mais pas pour longtemps, l'attaque part derrière, Christopher Ruiz fraîchement rentré a la lucidité de distiller une passe au pied millimétrée dans l'en but, Rattez est le premier sur le ballon et va marquer l'essai libérateur à la 70e. Le score en restera là 22-12 pour Narbonne.

Article : ladepeche.fr

dimanche 8 novembre 2015

Ligue Europa (4ème J.) : Sion 1 - 1 Girondins de Bordeaux

Ligue Europa : Sion-Bordeaux, vraiment cruel
Bordeaux manque encore de réussite en concédant le nul dans les toutes dernières secondes.....

Bordeaux avait pourtant montré un beau visage et fait le plus dur en ouvrant le score en seconde période par l'intermédiaire de Touré.
Mais dans les arrêts de jeu, un but sur corner est venu briser leur espoir de victoire.
Chantôme marque contre son camp sans pouvoir détourner une tête suisse.
Dommage car Bordeaux méritait beaucoup mieux mais c'est encore cette scoumoune qui les poursuit qui en a voulu autrement.....


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Match cruel pour Bordeaux jeudi soir, sur le terrain du FC Sion lors de la 4e journée de Ligue Europa. Grâce à un but de Touré à la 67e minute, les Girondins pensaient tenir leur premier succès dans le groupe B. Mais l'égalisation de Sion à la dernière seconde (90+4) a brisé net leurs illusions. D'autant que ce but a été attribué à Chantôme, contre son camp.

Au terme de ce match, Sion reste leader avec désormais 8 points, Liverpool suit avec 6, Bordeaux remonte en 3e position avec 3 points et le Rubin Kazan ferme la marche avec 2 points. Avec ce résultat, les Girondins ne sont pas mathématiquement éliminés mais devront s'imposer dans deux semaines à Liverpool pour encore espérer atteindre les 16e de finale.

Coup du sort

Une première "balle de match" : voilà ce que se voyaient offrir les Suisses, qui, en cas de victoire, se serait qualifiés pour les 16e de finale. Les Girondins, battus 1-0 en match aller, cherchaient eux avant tout à effacer les doutes après le camouflet subi à Ajaccio (2-0) et l'accueil musclé que leur avaient réservé leurs supporteurs au retour.

"Que les joueurs jouent plus ensemble et de façon libérée", avait demandé la veille leur entraîneur Willy Sagnol. Et en cette première période, ses joueurs allaient en partie répondre à ses attentes, se procurant une bonne demi-douzaine d'occasions ou d'actions dangereuses, notamment par Jussiê (14) ou lorsque Pallois se retrouvait seul à la réception d'un coup franc mais ne cadrait pas sa tête (25).

A cinq minutes de la pause, les Suisses auraient pu obtenir un pénalty pour une action litigieuse sur Assifuah qui, sur le côté droit, avait d'abord échappé au latéral Contento avant d'être écarté de façon peu académique et apparemment illicte par Touré. Mais l'arbitre slovaque Ivan Kruzliak ne bronchait pas.

A l'heure de jeu, encouragés par les 9 000 spectateurs lançant des "Hop Sion", les Suisses accentuaient leur pression et Assifuah, l'homme le plus dangereux, était servi en profondeur mais enlevait trop son tir (66).
Et sur l'action qui suivait, Bordeaux allait enfin se montrer réaliste : une ouverture de Chantôme trouvait Touré qui offrait enfin une victoire aux Girondins, d'une puissante demi-volée (1-0, 67). De quoi donner de l'espoir avant que tout s'effondre sur un coup du sort dans les derniers instants du match. Ce but contre son camp de Chantôme plonge un peu plus les Bordelais dans le doute.

Article : sudouest.fr

lundi 2 novembre 2015

Après-match : Ajaccio - Bordeaux

video

Conférence de presse après la rencontre entre Ajaccio et Bordeaux.

Source : youtube.com