Présentation du site

Ce blog a pour but de réunir les supporters du Football Club des Girondins de Bordeaux et ceux du Stade Montois Rugby.
Deux clubs empreints d'un riche palmarès et d'une illustre histoire.
Le but est d'échanger sur les résultats et la vie des deux clubs à travers les articles, sondages et les podcasts pour lesquels vous pourrez donner votre avis et même participer.
Nous nous efforçons de faire au mieux et nous espérons que ce blog réussira à vous plaire.
Enfin, au delà de ces deux clubs, nous parlerons également de sport en général ( Podcasts, Résultats, Forum etc… ).
Pour optimiser le blog, préférez les navigateurs internet Google Chrome ou Mozilla.

Bonne visite.

Rappel

Palmarès FCGB :

□ D1 ou Ligue1 - 6 fois Champion : 1950, 1984, 1985, 1987, 1999, 2009
□ D2 - 1 fois Champion : 1992.
□ Coupe de France - 4 fois vainqueur : 1941, 1986, 1987, 2013
□ Coupe de la Ligue - 3 fois vainqueur : 2002, 2007, 2009
□ Trophée des champions - 2 fois vainqueur : 2008, 2009

Palmarès SMR :

□ Championnat de France - 1 fois champion : 1963
□ Championnat de France de Pro D2 - 1 fois champion : 2002
□ Challenge Yves du Manoir ( ancienne coupe de France ) - 3 fois vainqueur : 1960, 1961 et 1962.


FORUM DU BLOG : http://forum.marine-et-jaune.xooit.fr/index.php
MARINE ET JAUNE SUR FACEBOOK : http://www.facebook.com/marineet.jaune

mardi 29 avril 2014

Après-match : Lille - Bordeaux



Conférence de presse après la rencontre entre Lille et Bordeaux.

Source : dailymotion.com

Lille - Bordeaux : Le résumé en images

video

Résumé en images de la rencontre entre Lille et Bordeaux.

Source : dailymotion.com

35ème Journée : Lille 2 - 1 Girondins de Bordeaux

Ligue 1 : les Girondins oublient de jouer et tombent à Lille
Les Lillois ont été supérieurs à Bordeaux dimanche soir.......

Les Lillois, on le savait ont une classe de plus que les Girondins.
Dominés dans tous les secteurs du jeu mais surtout inoffensifs en attaque Bordeaux a essayé de surnager mais n'a pas longtemps fait illusion à Lille.
Faibles défensivement et avec un milieu pas au niveau ( Sertic, Traoré ), Bordeaux s'est fait manger par le dogue Lillois.
Le score ne reflète certes pas la domination Lilloise, et Bordeaux, aura une ou deux occasions franches dont celle du pénalty inscrit par Jussiê qui semble bien seul dans cette équipe fantomatique.
Le visage n'a pas été le mêm qu'à domicile face à Guingamp.
Et même avec une équipe très offensive, les Bordelais n'ont jamais pu trouver les attaquants et être dangereux.
Diabaté, si à l'aise à Chaban-Delams, a été inexistant à Lille.
Ce Bordeaux était en mode Mister Hyde, et contre cela, on ne peut pas faire grand chose sinon de subir une prestation indigente......
Attention à ne pas se mobiliser car la rencontre contre Marseille est quelque chose d'importants pour les supporters.
Ils espèrent que Bordeaux sera encore invaincu sur sa pelouse depuis 37 ans sur sa pelouse face à ces Marseillais......

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une défaite 2-1, c'est ce qu'on appelle un moindre mal. Parce qu'il n'y a vraiment pas eu photo entre le troisième et le septième du championnat. Surtout en première mi-temps. Mangés en milieu de terrain, incapables d'aligner trois passes correctes, contraints de courir après le ballon, les Girondins sont retombés dans leurs travers d'avant leur festival de Guingamp (5-1).

Jamais les attaquants bordelais n'ont bénéficié de la moindre occasion de se mettre en évidence, comme si le changement de tactique de dernière minute du Losc avait suffi à couper leur motivation. Organisée en 4-3-3, l'équipe de René Girard s'est promenée et aurait pu arriver à la pause sur un score plus conséquent. A 1-0 contre eux, effectivement, les Girondins s'en sortaient bien.
Le but lillois ? Un joli centre instantané de Balmont dans le dos de la défense visiteuse, qui était repris de la tête par Kalou, à bout portant (23e). Imparable.

Une frappe puissante de Mendes détournée par Sané et un centre-tir d'Origi ont ensuite permis à Carrasso de briller. Mais c'est surtout le manque d'envie de l'ensemble des joueurs de champ bordelais qui a sauté aux yeux. "On ne fait rien du tout. On balance devant, on se fait chier", a maugréé Francis Gillot à la mi-temps au micro de Canal+.

Au retour des vestiaires, on a pris les mêmes et on a recommencé. Certes, Souaré aurait pu être expulsé pour une grosse faute sur Traoré. Mais la domination du Losc ne s'est pas démentie. Alors Bordeaux s'en est encore remis à son gardien, comme sur ce duel avec Kalou (50e). Puis Carrasso s'en est remis à son poteau droit, sur une nouvelle frappe de l'Ivoirien (62e).

Mais le portier bordelais n'a pu que détourner le missile expédié par Kjaer sur coup franc. Et Mendes, sans doute en position de hors-jeu, n'avait plus qu'à pousser le ballon dans le but vide (2-0, 67e).
Un penalty généreux accordé aux Girondins par M. Turpin et transformé avec maîtrise par Jussiê a vaguement entretenu le suspense (2-1, 71e), en instillant un peu de doute dans les têtes nordistes. Quelques corners bien tirés par Sertic ont entretenu le mince espoir. Le penalty de Kalou arrêté par Carrasso (son troisième stoppé cette saison) aussi. Mais jouer un total de vingt minutes dans une rencontre qui en compte 90, cela fait tout de même un peu court...

Article : sudouest.fr

Stade Montois - Albi : Le résumé en images



Résumé en images du match entre le Stade Montois et Albi.

Source : stademontoisrugby.fr

28ème Journée : Stade Montois 31 - 18 Albi

Julien Tastet et les Montois se sont lâchés
Les Montois ont gâté leur public face à une équipe d'Albi qui n'a pas fermé le jeu...........

Un bonus offensif à Guy Boniface est assez rare pour ne pas mettre en avant cette performance.
Face à une équipe d'Albi joueuse et qui était venue chercher son maintien, les Montois se sont montrés appliqués.
Dominateurs devant, les Landais ont imprimé un rythme soutenu et ont fait plié les Albigeois dès la première mi-temps (14-3).
La seconde mi-temps a été plus enlevé avec des Albigeois inscrivant deux essais et un peu aidé par un arbitrage complaisant.
Cela n'a pas empêché les Montois d'inscrire trois autres essais pour asseoir un peu plus leur succès sans conteste.
Une victoire permettant aux Montois de prendre une septième place plus en phase avec leurs ambitions du début de saison.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

« On a une équipe qui dispose de toutes les qualités pour marquer beaucoup d'essais. Il faut simplement que les joueurs se lâchent. »

Cette déclaration de Christophe Laussucq ne date pas de samedi soir, après la belle victoire bonifiée des siens face à Albi (31-18), mais d'il y a cinq mois, quand au cœur d'un début de saison raté, le Stade Montois flirtait avec le ridicule. Et à cette époque, c'était à se demander si l'ancien coach du Stade Français n'avait confondu rêves et réalité.
Mais alors que la fin du championnat pointe le bout de son nez, force est de reconnaître que l'entraîneur en chef des jaune et noir avait raison : Mont-de-Marsan n'a finalement pas grand-chose à envier à des formations comme La Rochelle, Tarbes ou Narbonne sur le plan offensif. Son seul tord aura été de mettre six mois, le temps de perdre la qualification, pour atteindre le rendement qui aurait toujours dû être le sien.

« L'équipe croit en elle »

Entre la première et la 18e journée, les jaune et noir avaient ainsi marqué 21 essais (1,16 en moyenne par match). Depuis début février, c'est 27 (en 10 matchs, soit 2,7 de moyenne) qu'ils en ont inscrits. Une statistique qui les place aujourd'hui au niveau des meilleures formations offensives de la division (loin derrière le LOU, certes). « Il y a des choses que l'on travaille qui commencent à fonctionner, commentait samedi soir Christophe Laussucq. L'équipe croit de plus en plus en elle en attaque. »
« On se rend compte qu'on a un groupe qui a beaucoup de qualités, expliquait, quant à lui, Vickus Liebenberg. J'ai l'impression qu'on manquait de confiance en nous. On a mis beaucoup de temps à mettre les choses en place mais j'espère que maintenant, on va continuer comme ça et qu'on fera une bonne saison l'an prochain. »
La confiance n'est toutefois pas la seule explication de cette augmentation radicale du ratio landais. Dans le désordre des ballons de récupération, ce Stade 2013-2014 a toujours montré des qualités au-dessus de la moyenne. En revanche, les progrès affichés sur les fondamentaux sont à coup sûr l'élément déterminant dans le renouveau de l'attaque. « Samedi soir, tout le monde a été vaillant, analysait Vickus Liebenberg. On a voulu produire du jeu, mais sans oublier les bases. » Une assise solide qui permet à Mont-de-Marsan d'enfin disposer d'un nombre convenable de munitions pour concrétiser en attaque.

Des regrets ?

Du coup, au sein d'une fin d'exercice sans grand intérêt, on se délecte toutefois du prochain rendez-vous des Montois à Pau. L'occasion de voir si la préfecture landaise avait réellement l'étoffe d'un demi-finaliste, ou pas. Et qui sait si les jaune et noir n'auront pas encore un peu plus de regrets samedi prochain.


Article : sudouest.fr

Stade Montois - Albi : La compo

                                                VS                                                                                                                                    
Le Stade Montois pour évoluer au classement devra battre Albi.
Devant leurs publics, les Montois essaieront de continuer à produire du jeu comme ils le font depuis quelques matches.
Ce nouveau visage, qui, hélas est arrivé un peu tard, plait aux supporters car les Landais ont enfin trouvé l'efficacité qui leur faisait défaut cette saison.
Une victoire permettrait aux Montois de tutoyer la sixième place.

ALLEZ LE STADE MONTOIS !!!!!!!!!!!!!!! 

La compo :

Les avants :
1. Tevita MAILAU
2. Joan CAUDULLO
3. Sébastien ORMAECHEA
4. Mark FLANAGAN
5. Vickus LIEBENBERG
6. Julien TASTET
7. Yann BRETHOUS
8. Haisini TAULANGA

Les arrières :
9. Agustin ORMAECHEA
10. Pierre Alexandre DUT
11. Sionasa VUNISA
12. Sylvain MIRANDE
13. Baptiste CHEDAL BORNU (Cap)
14. Julien CABANNES
15. Ximun LUCU

Les remplaçants :
16. Julian FIORINI
17. Régis RAMEAU
18. Berend BOTHA
19. Vassili BOST
20. Arnaud PIC
21. Jean Baptiste CLAVERIE
22. Yohann DURQUET
23. Mathieu GIUDICELLI

Source : stademontoisrugby.com 

mercredi 23 avril 2014

Après-match : Bordeaux - Guingamp



 Conférence de presse après le match entre Bordeaux et Guingamp.

Source : dailymotion.com

Bordeaux - Guingamp : Le résumé en images

video

Résumé en images de la rencontre entre Bordeaux et Guingamp.

Source : l'Equipe.fr

34ème Journée : Girondins de Bordeaux 5 - 1 Guingamp

Les réactions après Bordeaux-Guingamp : Diabaté "va essayer de mettre plus de triplés"
Le retour de Diabaté a fait du bien aux Girondins......

Souvent décrié, raillé, critiqué, Diabaté a pourtant été l'homme du match face à Guingamp.
Auteur d'un triplé, Diabaté a été le détonateur Bordelais, permettant enfin de décrocher un succès après sept matches sans victoire.
Visiblement fatigués de leur demi-finale de Coupe de France, les Bretons n'ont pas existé pendant cette rencontre.
Bordeaux renoue enfin avec la victoire et coïncide  avec le retour de Diabaté.
En concurrence avec Hoarau, le Malien a marqué des buts mais surtout des points....

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les Ultramarines ont sans doute la satisfaction d'être droits dans leurs bottes et leurs convictions, mais ils doivent aussi regretter de ne pas avoir assisté à ce Bordeaux-Guingamp : leur équipe a inscrit la bagatelle de cinq buts, ce qui ne leur était plus arrivé à domicile depuis le début de la saison 2004/2005 (5-1 déjà, contre Nice) ! Mais ce large succès vaut aussi par son timing, car il vient mettre fin à une série de sept matchs sans victoire, dont une défaite et trois nuls à domicile. Pour un réveil, ce fut donc un sacré réveil.

Dommage, toutefois, qu'il intervienne à un moment de la saison où le calendrier joue contre les Bordelais. Même si le souvenir de la "remontada" de 2011/2012 n'est pas si lointain (ils avaient remporté leurs six derniers matchs et obtenu une sixième place qualificative pour l'Europa League), on a franchement du mal à croire que cet authentique miracle puisse se reproduire, d'autant que Lyon et Saint-Etienne paraissent intrinsèquement supérieurs. Mais ils prennent trois points d'avance sur Reims (battu par Sochaux) et en grattent deux sur Marseille (nul contre Lille).

Cette fin de saison 2013/2014 revêt donc deux enjeux pour Bordeaux : préserver l'invincibilité à domicile contre l'OM, et sortir avec les honneurs. S'il faudra attendre le 10 ou le 11 mai pour voir si la première mission est remplie, ce match face à Guingamp a contribué à la réussite de la seconde.

Car les Girondins, quasiment au complet pour la première fois depuis très longtemps, ont offert un festival offensif dans un stade vidé de son virage Sud mais plutôt bien rempli par ailleurs. S'il est difficile de distinguer un joueur plutôt qu'un autre les soirs de larges victoires, il faut admettre que Cheick Diabaté a marqué la rencontre de son empreinte. Il a inscrit un triplé en 18 minutes !

L'attaquant malien a converti en buts les trois seules occasions de son équipe en première période. Il a d'abord déployé ses grand compas pour pousser du pointu un centre au cordeau de Sertic (1-0, 8e) ; il a ensuite profité d'un service involontaire de Maurice-Belay pour battre Samassa de l'intérieur du droit (2-0, 20e) ; il a enfin repris de l'épaule un corner de Sertic (3-0, 28e). Guingamp, tout jeune qualifié pour la finale de la Coupe de France, était sonné, mais réagissait dans la foulée en réduisant l'écart par Diallo, de la tête (29e, 3-1).

Si Bordeaux avait pris la très fâcheuse habitude de se faire rejoindre au score ces derniers temps, il n'a pas laissé la moindre chance aux Bretons au retour des vestiaires. Juste après la reprise, Jussiê profitait d'une intervention manquée de Cerdan pour tromper Samassa de près (4-1, 48e). Le défenseur guingampais était ensuite sévèrement sanctionné d'une main dans la surface, ce qui permettait à Rolan d'inscrire sur pénalty son deuxième but en championnat (68e, 5-1).

Libérés de la pression qui pesait sur leurs épaules, face à des Guingampais qui savaient le match déjà perdu, les Girondins ont tranquillement déroulé, dans un match qui prenait parfois l'aspect d'un jubilé tant le jeu était débridé et sans réelle intensité. Carrasso, toujours délesté du brassard de capitaine, n'a eu qu'à assurer quelques sorties aériennes en seconde période. Un après-midi comme lui et ses partenaires auraient aimé en passer plus souvent cette saison. Certainement pas leurs ultras.
Publicité

Déjà cinq buts il y a deux ans

Pour retrouver trace d'un match au cours duquel les Girondins avaient marqué cinq buts, il ne faut pas remonter si loin dans le temps. Le 12 février 2012, ils s'étaient imposés 5-4 sur le terrain de Lille à l'issue d'un match complètement fou.
Au cours de l'actuel exercice, cette euphorie offensive s'est déjà emparée d'eux à deux reprises, dans des proportions moindres certes, face à Sochaux (4-0, 9e journée) et Ajaccio (4-1, 15e). Avec 45 buts marqués, Bordeaux est la 6e attaque de Ligue 1.

Article : sudouest.fr

Après-match : Ajaccio - Bordeaux



Conférence de presse après le match entre Ajaccio et Bordeaux.

Source : dailymotion.com

Ajaccio - Bordeaux : Le résumé en images

video

Résumé en images de la rencontre entre Ajaccio et le Stade Montois.

Source :l'Equipe.fr

33ème Journée : Ajaccio 1 - 1 Girondins de Bordeaux

Football - Ligue 1 : accrochés par Ajaccio, les Girondins sont abonnés aux nuls
Les Bordelais ont encore fait un match nul, cette fois face au dernier du classement......

Septième match sans victoire pour Bordeaux.
Face au dernier du classement, on pouvait attendre autre chose des Girondins, quoique....
Abonnés aux matches nuls, les Bordelais sont encore retombés dans leurs travers, puisqu'après avoir ouvert le score, il se sont faits rejoindre en fin de rencontre.
Après ce matche nul, il n'est plus question, à part un miracle, de parler d'Europe.....
Bordeaux va finir en roue libre avec des joueurs plus ou moins concernés......
Une saison à oublier mais cette 7ème place au classement n'est-elle pas trop belle au final ?
Au vu du niveau affiché et des mauvais résultats, une place dans les 10 premiers du classement est pour le moins, heureuse....

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Rien de neuf sous le soleil, fut-il de Corse. Les Girondins de Bordeaux ne savent plus gagner et surtout pas à l'extérieur. Pire encore, ils sont incapables de tenir un résultat.
Publicité
Comme la semaine dernière, lorsque Rennes était revenu au score après avoir effacé un retard de deux buts, l'AC Ajaccio a réussi à égaliser en fin de rencontre (1-1) face à des Bordelais décidément incorrigibles.

Alors certes, la reprise du gauche du capitaine corse Mehdi Mostefa était magnifique. Mais à cinq minutes d'un premier succès hors de leurs bases en 2014, les Girondins ne devaient absolument pas se mettre en danger face à une formation condamnée à la relégation en Ligue 2 en cas de défaite. Or, ils ont reculé, baissé de rythme, déjoué. Comme de coutume.

La première mi-temps avait été équilibrée, avec notamment des occasions tranchantes pour Guillaume Hoarau et Diego Rolan, que le gardien ajaccien Javier Ochoa avait brillamment endiguées. Au début du deuxième acte, c'est Sertic qui avait mis le portier corse à contribution, avant que Jussiê, entré en jeu à la pause, ne trouve enfin le chemin des filets (61e). Au second poteau, libre de tout marquage, le Brésilien s'est placé à point nommé pour reprendre un joli coup-franc de Sertic.  

Septième but pour Jussiê et septième passe décisive pour Sertic, le capitaine surprise, Cédric Carrasso ayant décidé de rendre son brassard "pour donner de la responsabilité aux autres"..
Mais voilà, Bordeaux ne serait pas tout à fait Bordeaux cette saison s'il parvenait à concrétiser sa domination par un succès. Un douzième match nul, qui l'oblige quasiment à faire une croix sur la cinquième place, lui correspondait mieux.

Nicolas Maurice-Belay ne se fait plus aucune illusion. "Je continue à dire que c'est fini pour l'Europe car nous avons trop de problèmes. Nous avons un manque de confiance, nous ne respirons pas la joie dans notre façon de jouer." La saison serait-elle dékà terminée en Gironde ? "Il reste des matches importants, comme Marseille. Il n'y aura pas de fin de saison en roue libre, nous sommes professionnels", a tenté d'expliquer l'ailier bordelais. Sans trop y croire.

Article : sudouest.fr

Tarbes - Stade Montois : Le résumé en images



Résumé en images de la rencontre entre Trabes et le Stade Montois.

Source : stademontoisrugby.fr

27ème Journée : Tarbes 29 - 28 Stade Montois

Stade Montois : money-time fatal
Salawa a inscrit son premier essai en équipe première.....

Les Montois auraient pu l'emporter à Tarbes mais en toute fin de rencontre, une petite erreur les prive d'une victoire méritée malgré tout.
Encore un peu trop indisciplinés, les Montois auraient pu subir une grosse défaite face à Tarbes.
Menés 26 à 13, après un peu plus d'une heure de jeu, on ne pensait pas que les Landais pouvaient revenir.
Mais c'était sans compter deux essais ravageurs et une pénalité pour voir les Montois passer devant les locaux ( 26 - 28 ).
La suite, on la connait, les Jaune et Noir peuvent nourrir des regrets car une victoire à Maurice Trelut n'aurait pas été un hold-up, loin de là.
Il reste encore trois matches pour que le Stade Montois finissent de la plus belle des façons cette saison qui a été très irrégulière et remplie de regrets......

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Après six premiers mois de compétition pour le moins compliqués, la rédemption n'est désormais plus bien loin pour Mont-de-Marsan. Ainsi, samedi soir à Tarbes, les jaune et noir ont prouvé que motivation et enjeux sportifs n'étaient pas forcément toujours aussi intimement liés qu'on pourrait le croire. Et si le TPR s'est imposé au final (29-28), la formation de Pierre-Henry Broncan, toujours en course pour la qualification et qui n'a cette saison connu qu'un seul revers à domicile (Pau), a eu très chaud.
Il s'en est fallu d'une petite minute, le temps pour Mont-de-Marsan de mal négocier une sortie de mêlée et de se faire prendre au sol, pour que la partie soit en effet remportée par le Stade. « Vouloir jouer chez nous plutôt que de taper long était une terrible erreur tactique, regrettait le capitaine Baptiste Chedal-Bornu. Cela nous fait perdre trois points au classement. »

Travail sur les fondamentaux

Une faute aux allures de détail qui coûte très cher à l'arrivée, et qui s'ajoute à la longue liste des points égarés par le Stade dans le money-time cette saison. « C'est dommage de faire une faute à ce moment-là, convenait, lui aussi, Sébastien Ormaechea. Mais on a réalisé le même type d'erreurs en première mi-temps. On en a commis trop. Quelque part, on est un peu retombé dans nos travers au niveau de la discipline. » Et si effectivement, Mont-de-Marsan peut s'en vouloir sur cette dernière action, il aurait également pu se mettre à l'abri plus tôt et s'éviter pareille mésaventure.
Reste qu'avec une discipline moyenne et une conquête branchée sur courant alternatif - constat à relativiser face à l'un des tout meilleurs packs de Pro D2 - le Stade Montois a néanmoins manqué de peu de s'imposer à Maurice-Trélut. S'il y était parvenu en étant à ce point sanctionné par M. Noirot, la performance aurait été énorme. D'où ce cri du cœur, tout jaune et noir, de Yannick Agrech : « Qu'on ne dise pas que rien ne peut naître de ça ! »

En progrès - lents mais constants - depuis début février, notamment dans le secteur offensif, et ce malgré quelques sautes d'humeur sur les fondamentaux, le groupe, toujours en apprentissage, semble toutefois en train de construire sur du solide. « Tout ça nous servira de leçons en vue de la saison prochaine », confirmait Ormaechea, fier de la réaction des siens lorsque ceux-ci sont revenus de 26-13 à 26-28. « On a tous envie de montrer qu'on n'est pas à notre place. Je discutais avec d'anciens joueurs de Tarbes après le match, et tous me demandaient ce qu'on fait à la 9e position… » Un discours qui fait écho à celui d'Agrech : « On veut montrer qu'on n'est pas en vacances. »
Dans trois matches (1), Mont-de-Marsan pourra souffler. Mais dans trois matches seulement.

(1) Dans l'ordre réception d'Albi, déplacement à Pau, puis le derby des Landes à domicile.


Article : sudouest.fr

vendredi 11 avril 2014

Tarbes - Stade Montois : La compo

                                                                                                     

 


                                              VS


Le Stade Montois se déplace à Tarbes sans pression de résultat.
Tarbes a encore une chance de se qualifier et essaiera de faire plier les Montois à Maurice Trelut.
Un match où les Landais essaieront de créer la surprise et de montrer qu'ils n'ont rien à envier aux Tarbais.
Match demain, samedi à 18h30.

ALLEZ LE STADE MONTOIS !!!!!!!!!

La compo

Les avants :
1. Tevita MAILAU
2. Joan CAUDULLO
3. Régis RAMEAU 
4. Mark FLANAGAN
5. Berend BOTHA
6. Julien TASTET
7. Yann BRETHOUS
8. Haisini TAULANGA 

Les arrières :
9. Agustin ORMAECHEA
10. Pierre Alexandre DUT
11. Sionasa VUNISA
12. Baptiste CHEDAL BORNU (Cap)
13. Iese LEOTA
14. Vilikisa SALAWA
15. Yohann DURQUET

Les remplaçants :
16. Julian FIORINI
17. Pierre CORREIA
18. Vickus LIEBENBERG 
19. Genesis MAMEA
20. Arnaud PIC 
21. Sylvain MIRANDE 
22. Jean Baptiste CLAVERIE
23. Sébastien ORMAECHEA  

Source : stademontoisrugby.fr

Après-match : Bordeaux - Rennes



Conférence de presse après la rencontre entre Bordeaux et Rennes.

Source : dailymotion.com

jeudi 10 avril 2014

Bordeaux - Rennes : Le résumé en images

video

Résumé en images de la rencontre entre Bordeaux et Rennes.

Source : l'Equipe.fr

lundi 7 avril 2014

32ème Journée : Girondins de Bordeaux 2 - 2 Rennes

Ligue 1 : Bordeaux a encore tout gâché face à Rennes (2-2)                                                       Des regrets, encore des regrets

Samedi dernier à Nantes, c'était vraiment nul à ch.... mais hier soir à Chaban contre Rennes, ça ne l'était vraiment pas. Malheureusement pour les Girondins, tout est possible. En concédant leur quatrième résultat… nul consécutif, le sixième sans victoire depuis le 25 février (Lorient, 3-2), ils continuent d'avancer à pas de tortue. Mais gagnent cependant deux places au classement (7e), en profitant des défaites de Reims et Toulouse dans le surplace général pour la cinquième place éventuellement européenne.

Jeudi, le président Triaud s'était invité dans le vestiaire pour demander à ses joueurs « de se lâcher, quitte à prendre des buts ». Cette fois au moins, la consigne a été respectée à la lettre… dans les deux sens.
Alors qu'ils avaient largement ce match en main à l'heure de jeu, grâce à un Diego Rolan épatant, auteur de son premier but sous le maillot bordelais quinze mois après son arrivée d'Uruguay et décisif sur celui de Guillaume Hoarau, ils ont gâché ce petit plaisir retrouvé en quatre minutes chrono. Le temps de laisser Doucouré, alors que l'arbitre assistant empêchait Sertic touché au flanc droit de revenir sur le terrain, et Alessandrini relancer une équipe bretonne à l'agonie.
Deux buts miroir sur les deux seuls tirs cadrés bretons de la soirée, dus selon Francis Gillot à « un manque d'agressivité, de concentration et à une ou deux erreurs de placement. On n'empêche pas de centrer et on ne ferme pas à l'opposé ». « Je ne me l'explique pas. On ne peut pas dire qu'on a reculé ou qu'on a été mis sous pression mais ça suffit pour ne pas gagner », constatait l'entraîneur bordelais « déçu pour (ses) joueurs. Je n'ai rien à leur reprocher C'est vraiment dommage de ne pas avoir pris les trois points alors qu'on avait fait ce qu'il fallait offensivement et dans le jeu ». Cela doit être inscrit dans l'ADN de cette équipe : quand ça fonctionne d'un côté du terrain, ça craque de l'autre.

Bien sûr, c'est encore râlant de ne pas avoir su profiter de l'occasion pour mettre la pression sur Lyon. Mais au moins les Girondins ont-ils été dans le ton d'une 32e journée de Ligue 1 ouverte et offensive. Cela ne suffira sûrement pas pour accrocher l'Europe mais par les temps qui courent, c'est déjà un progrès…dans le jeu.

dimanche 6 avril 2014

Stade Montois - Aurillac : Le résumé en images



Résumé en images de la rencontre entre le Stade Montois et Aurillac.

Source : stademontoisrugby.fr

26ème Journée : Stade Montois 26 - 19 Aurillac

 Pro D2 : les Montois l'emportent mais n’ont pas su se lâcher
 Les Montois ont eu fort à faire pour l'emporter face à Aurillac.....

Après une 1ère mi-temps morne et insipide atteinte sur le score de parité de 9 à 9 avec 3 pénalités
de notre buteur patenté PAD et 3 de l'adversaire, les choses se sont arrangées en seconde période.
Les jaune et noir plus impliqués prirent l'ascendant malgré de sempiternelles mauvaises touches
et un "manque d'agressivité dans les zones de rucks" comme le soulignait Sébastien Ormaechea à
l'issue de cette rencontre.
Ils marquèrent 2 essais par Mirande et Botha qui fit à nouveau une entrée très remarquée par son
omniprésence et son incontestable puissance physique. De beaux mouvements de nos lignes arrières
avec un Vunisa vif et percutant, et un Dubié performant en 15, nous firent mieux digérer cette fin de
partie.
Tout ne fut pas encore parfait mais les progrés sont là malgré encore certains relâchements coupables
comme celui sur l'essai aurillacois à la 70ème minute.
Cette victoire acquise dans la douleur permet cependant aux montois d'occuper provisoirement la
9ème place avant un Colomiers-Agen très attendu. L'objectif au classement est la 7ème place à laquelle songent les montois même si de rudes joutes les attendent à Tarbes dès la semaine prochaine et Pau un peu plus tard.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Humiliés devant les caméras de télévision lors du match aller, qu'ils avaient perdu 42 à 12, les Montois s'étaient promis de prendre leur revanche. Sur ce point, la soirée d'hier est un succès. Mais sur ce point seulement. Car la petite victoire (26-19), malgré deux beaux essais, décrochée face à une formation cantalienne accrocheuse, n'aura réellement contenté personne dans le camp landais. Surtout pas Christophe Laussucq. « On s'est ennuyé, commençait-il, mâchoire serrée. On n'a pas eu un ballon à jouer, c'est frustrant. »

La raison de cette pénurie de munition est simple : une touche très largement contrariée et « un manque d'agressivité dans les zones de rucks », comme l'analysait Sébastien Ormaechea. L'ancien coach du Stade Français, lui, était plus sévère avec son équipe. « Il ne faut pas se cacher, la conquête (l'alignement, NDLR) a été nulle. C'est dommage car on sentait vraiment qu'on pouvait prendre le dessus. Mais ça n'a jamais été possible car on leur a laissé le ballon et qu'on les a regardés jouer tout le match. »

D'autant plus difficile à vivre pour l'entraîneur en chef des jaune et noir que dès que les siens ont eu la possession de l'ovale, ils l'ont plutôt bien exploité.
Dos à dos à la pause (9-9) au terme d'un premier acte terne, où seuls les ouvreurs Pierre-Alexandre Dut et Jack Mc Phee se sont illustrés dans l'exercice des tirs au but, les deux équipes sont revenues sur le pré dans de meilleures dispositions. Notamment les Montois, toujours aussi dominateurs en mêlée, et qui parviennent à inscrire deux essais par Mirande (49e, 16-9) et Botha (60e, 23-12), confirmant ainsi que des repères offensifs existent désormais bel et bien au sein de leur effectif.

Malheureusement pour Guy-Boniface, une percée assassine de Renaud (23-19, 70e) et une touche redevenue hésitante, à l'image de ses limites hivernales, ne leur a jamais permis de se détacher au score. « Malgré tout, c'est gagné », finissait par relativiser Laussucq, conscient qu'il y a quelques mois, le Stade Montois se serait largement satisfait de ce genre de victoire.
Assuré du maintien mais très largement distancé par le Top 6, Mont-de-Marsan s'est fixé comme objectif de terminer son exercice à la septième place. Une ambition qui semblait irréalisable il y a quelques semaines encore, mais qui commence à prendre tournure à la faveur de leurs cinq derniers succès en huit matches. « On veut bien finir la saison pour montrer à tout le monde qu'on n'est pas là où on devrait être, commente Sébastien Ormaechea. Avec l'effectif qu'on a, on vaut mieux que la 12e place. »

Neuvième ce matin, à deux points seulement de Bourgoin (7e), Mont-de-Marsan aura toutefois fort à faire la semaine prochaine à Tarbes s'il veut poursuivre son ascension. « Les Tarbais jouent encore la qualification, c'est dire leur qualité », soufflait Christophe Laussucq. Le Stade Montois va devoir hausser d'un ton.

Article : sudouest.fr

vendredi 4 avril 2014

Stade Montois - Aurillac : La compo

                                              VS                                                  

Match du rachat pour le Stade Montois qui avait subi une lourde défaite au match aller face à Aurillac ( 42 - 12).
Aurillac qui ne court plus pour la qualification se rend à Mont de Marsan sans ambition sinon d'essayer de prendre au moins un point dans les Landes.
Les Stade Montois devra lui se montrer plus discipliné et devra laver l'affront du match aller.
Les supporters Montois veulent également voir un beau match et des essais sur la pelouse de Boniface.
L'objectif pour cette journée sera peut-être de revenir sur l'hôte du jour et de lui ravir pourquoi pas cette 8ème place au classement ?!

ALLEZ LE STADE MONTOIS !!!!!!!!!!

La compo :

Les avants :
1. Tevita MAILAU
2. Joan CAUDULLO
3. Sébastien ORMAECHEA
4. Mark FLANAGAN
5. Vickus LIEBENBERG
6. Yann BRETHOUS
7. Vassili BOST
8. Haisini TAULANGA 

Les arrières :
9. Arnaud PIC
10. Pierre Alexandre DUT
11. Sionasa VUNISA
12. Sylvain MIRANDE
13. Baptiste CHEDAL BORNU (Cap)
14. Martin JAGR
15. Jean Baptiste DUBIE 

Les remplaçants :
16. Cyriel BLANCHARD
17. Régis RAMEAU
18. Berend BOTHA
19. Julien TASTET
20. Agustin ORMAECHEA
21. Julien CABANNES
22. Jean Baptiste CLAVERIE
23. Julian FIORINI 

Source : stademontoisrugby.fr