Présentation du site

Ce blog a pour but de réunir les supporters du Football Club des Girondins de Bordeaux et ceux du Stade Montois Rugby.
Deux clubs empreints d'un riche palmarès et d'une illustre histoire.
Le but est d'échanger sur les résultats et la vie des deux clubs à travers les articles, sondages et les podcasts pour lesquels vous pourrez donner votre avis et même participer.
Nous nous efforçons de faire au mieux et nous espérons que ce blog réussira à vous plaire.
Enfin, au delà de ces deux clubs, nous parlerons également de sport en général ( Podcasts, Résultats, Forum etc… ).
Pour optimiser le blog, préférez les navigateurs internet Google Chrome ou Mozilla.

Bonne visite.

Rappel

Palmarès FCGB :

□ D1 ou Ligue1 - 6 fois Champion : 1950, 1984, 1985, 1987, 1999, 2009
□ D2 - 1 fois Champion : 1992.
□ Coupe de France - 4 fois vainqueur : 1941, 1986, 1987, 2013
□ Coupe de la Ligue - 3 fois vainqueur : 2002, 2007, 2009
□ Trophée des champions - 2 fois vainqueur : 2008, 2009

Palmarès SMR :

□ Championnat de France - 1 fois champion : 1963
□ Championnat de France de Pro D2 - 1 fois champion : 2002
□ Challenge Yves du Manoir ( ancienne coupe de France ) - 3 fois vainqueur : 1960, 1961 et 1962.


FORUM DU BLOG : http://forum.marine-et-jaune.xooit.fr/index.php
MARINE ET JAUNE SUR FACEBOOK : http://www.facebook.com/marineet.jaune

dimanche 29 mai 2016

Demi-Finale ProD2 : Aurillac 28 - 13 Stade Montois

Le Stade Montois n'a pu renverser Aurillac dans son antre
Les Montois s'inclinent logiquement à Aurillac, la marche était trop haute pour une équipe fatiguée !

Déficients en touche, en défense (2nd essai d'Aurillac) dans les rucks, dans le soutien, en touche, au pied (James 0/4), les Montois ne pouvaient pas l'emporter à Aurillac qui a joué un rugby appliqué et avec une grosse envie devant son public....
Les Montois ont pourtant répondu dans le jeu en première mi-temps en inscrivant deux beaux essais par Salawa et Toukula mais Aurillac n'a jamais eu le temps de trembler....
Menant 7 - 10, les Montois se sont fait passés devant au score suite à un essai de McPhee, l'arrière Aurillacois, qui a marqué sans trop de difficulté face à une défense peu agressive (14 - 10)....
Petitjean retrouve enfin son efficacité et après une pénalité (17-10), il inscrit un drop en fin de première période qui va s'avérer décisif (20-10) .
En seconde période, Montois et Aurillacois se neutralisent, en inscrivant une pénalité chacun ( 23- 13 )....
Le tournant du match est peut-être cette pénalité non tentée par les Montois qui auraient pu revenir à 7 points, et qui ont préféré faire une pénal-touche, perdue dans la foulée.
C'est sur ce genre de détail que l'on perd un match et le Stade Montois a pêché dans beaucoup trop de détails !!!!!
L'essai litigieux en fin de rencontre pour les locaux est anecdotique, le score était déjà acquis depuis bien longtemps (28 - 13)....
Les Montois en manque de souffle à cause d'un turn-over pas assez efficient lors des dernières rencontres ( les mêmes secondes lignes et troisièmes lignes depuis 3 matches... ) ont payé leurs efforts.
Il faut quand même féliciter l'équipe qui a su se hisser en phases finales après un début de saison manqué suite à une série de matches sans défaite impressionnant ( 10 ).... 
La saison prochaine, il y aura des changements dans l'effectif avec des cadres et d'autres qui partent, ou qui prennent leur retraite....
Espérons que cette fois, ils commenceront la saison de la meilleure des manières pour ne pas regretter à la fin, des points qui leur manquent pour recevoir à domicile en cas de phases finales.....
Ah, oui.... et espérons enfin un véritable buteur !!!!!!

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Aurillac a fait respecter la hiérarchie en se qualifiant samedi sur son terrain pour la finale de ProD2 en vue de l'accession en Top 14, en s'imposant aux dépens de Mont-de-Marsan (28-13) au terme d'une d'une demi-finale très animée.
Le Stade aurillacois, qui affrontera dans une semaine à Toulouse le vainqueur de l'autre demi-finale opposant dimanche Bayonne à Colomiers, s'était classé 3e de la saison régulière à l'issue d'un parcours continu et sa qualification récompense également un travail cohérent depuis plusieurs saisons.

La panne de réussite de James

 

De son côté, Mont-de-Marsan, finaliste malheureux il y a un an face à Agen, a terminé au 4e rang et peut regretter un mauvais début de championnat.
L'équipe landaise, malgré une belle fin de saison avec une série de dix matches sans défaite, a traîné comme un boulet son mauvais début de championnat, ne parvenant à combler son retard sur la formation du Cantal qui a finalement tiré bénéfice de l'avantage du terrain.
L'essai d'Adrien Pélissié (73), à la conclusion d'un long travail collectif à proximité de la ligne d'en-but, a permis à Aurillac de mener 28-13 et d'assurer son succès.
Deux essais de Latuka Maituku (20) et Jack McPhee (33) avaient permis aux locaux de prendre l'avantage à la mi-temps (20-10).
La charnière aurillacoise composée de l'ouvreur Maxime Petitjean, qui a transformé deux essais, passé deux pénalités et un drop, et du demi de mêlée Paul Boisset, excellent animateur du jeu, a été déterminante.
De son côté, Mont-de-Marsan, qui a inscrit deux essais de Vilikisa Salawa (25) et Save Tokula (28), peut regretter la faillite de son buteur Matthew James (0/4 au pied).

Article : sudouest.fr 

Résumé en images de la rencontre entre Aurillac et le Stade Montois.


video

Source : dailymotion.com
 

30ème Journée : Bayonne 23 - 17 Stade Montois

La blessure sérieuse de Ropate Ratu est le point noir de la journée pour les Montois, qui ont rendez-vous à Aurillac samedi (18 heures) pour la demi-finale.
Les Montois n'ont pas réussi la passes de onze et se déplaceront à Aurillac pour la demie..... 

Dernière journée de ProD2 et du suspens à tous les étages. D'un côté des Dacquois et des Provençaux luttant pour le maintient et à l'opposé, une lutte pour connaître les rencontres pour les 1/2 finales entre 6 clubs.

Le Stade montois, 3ème à la fin de la 29ème journée, devait s'imposer à Bayonne pour avoir la chance de recevoir la 1/2 finale à domicile. A l'issu de la rencontre entre Basques et Landais, ce sont les anciens pensionnaires du Top14 qui s'imposent sur le score de 23 - 17.
En 1ère période, les Montois marquent dès la 5ème minutes sur un très bel essai en contre de Salawa (ruck perdu par les Bayonnais). Mais les locaux réagissent assez rapidement et commencent peu à peu à prendre le dessus sur la mêlée et la touche montoise. Les nombreux déchets en touche des Landais feront que Bayonne marque un essai sur une pénal'touche et commencent à s'installer dans le camps montois. Vers la 1/2heure de jeu, le dauphin de cette ProD2 plante un essai sur une percée de Poki, les Montois n'arrivant pas à arrêter le buldozer Fidgien. Dommage. Sur les nombreuses pénalités concédés par les Montois et le carton jaune infligé à Hugues, Montois et Bayonnais regagnent les vestiaires sur le score de 20 - 10 pour les locaux. Logique tellement les avants Bayonnais ont été meilleurs et la touche montoise défaillante.

En 2nde période, les Montois reviennent sur le terrain avec de meilleures intentions. Très vite, la 1ère ligne est remplacée et les entrées de Muzzio, Caudullo et Ormaechea feront un bien fou au pack montois. Les Montois s'installent dans le camps Bayonnais et cela durera bien 30minutes (car oui, les Bayonnais sont arrivés 1 ou 2 fois chez les montois et arriveront à marquer 1 pénalité sur une faute de S. Ormaechea dans un ruck).
Vers la 60ème minutes, le match se relance par un essai de Tutaia grâce à une relance de 40 mètres depuis ses 20 mètres de Taulanga ! Un très bel essai pour nos abeilles qui reviennent à 3 points de Bayonne. Après la pénalité infligée aux Montois, il ne reste plus que 10mintutes aux montois pour inverser le score. Malheureusement, sur les derniers instant et après un incursions d'Otazo dans les 5mètres, ce dernier lâche le ballon en avant sur un tampon Bayonnais. Rageant car il y avait largement la place de s'imposer à Bayonne.

Devant 12 000 spectateurs, Bayonnais et Montois auront animé cette rencontre de la plus belle des manières. Les Montois iront donc à Aurillac en 1/2 finale (qui s'est imposé à domicile contre Biarritz) samedi prochain.
Que penser de cette qualification ? Tout simplement cette qualification est plutôt inespérée surtout quand on sait que les Montois était encore 11ème en fin Février. Mais cette formidable série de 9 victoires, 1 nuls et 1 défaite a permis au Montois d'atteindre son objectif de début de saison et qui n'était qu'un rêve en fin Février. Et rien que pour cela, ne devons féliciter les joueurs qui ont réagi au bon moment et ont fait taire les plus pessimistes dont je faisais partie.

Bravo et rendez-vous samedi 18h au Stade Jean-Alric !!

Phoenix


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Et Clément Otazo, alors que la sirène venait de retentir dans un Jean-Dauger retenant son souffle, finit par lâcher le ballon à quelques mètres de la ligne bayonnaise… Fin du match, et des espoirs un peu fous des Montois d'arracher un neuvième succès consécutif, qui leur aurait permis de jouer une demi-finale à domicile.
« On y a cru sur la fin, admet Julien Cabannes. En plus, on était en communication avec les entraîneurs, qui nous disaient qu'il nous fallait viser la victoire, et pas seulement le bonus défensif. On a joué la victoire jusqu'au bout et on n'était pas loin de marquer. C'est dommage mais on n'a pas non plus dominé les débats », admet l'ailier montois.
Face à des Bayonnais évoluant bien, comme Lyon, un ton au-dessus des autres équipes de Pro D2, les Montois ont trop souffert en conquête (lire par ailleurs) pour nourrir des regrets après leur défaite (23-17). Leur quatrième place finale est finalement assez logique, même si le scénario de la journée d'hier aurait pu leur être plus favorable.
En menant au score pendant un quart d'heure jusqu'à l'essai de Du Plessis (7-7), puis en profitant des difficultés d'Aurillac à se défaire de Biarritz, les jaune et noir ont passé une partie de l'après-midi à la troisième place. Fidèle à sa réputation d'éternel insatisfait, Christophe Laussucq avait donc un petit goût amer dans la bouche au moment de commenter cette première défaite montoise depuis trois mois (à Tarbes, 33-13 le 19 février).
« On est heureux d'être qualifiés mais déçus parce qu'on y a cru longtemps pendant le match et jusqu'au bout. J'accuse un peu le coup, parce qu'on a vu de près cette demi-finale à Mont-de-Marsan », souffle le coentraîneur montois.

Cinquième demie depuis 2008

Il s'en est fallu de peu sur la fin en effet, mais pour ses troupes, l'essentiel était tout de même d'avoir validé une nouvelle participation aux phases finales, la cinquième depuis 2008. Peut-être la plus savoureuse, tant les Montois ont longtemps semblé avoir du mal à digérer leur finale perdue contre Agen l'an dernier, comme l'a illustré cette terrible série de dix défaites de rang à l'extérieur avant le nul à Colomiers début mars.
« Le coach est un gros compétiteur, je comprends qu'il soit déçu, mais bon, on revient quand même de loin, on était au fond du trou après ce match de Tarbes, rappelle Ximun Lucu. Vu la physionomie de la saison, on est quand même contents de revivre une semaine entre nous et d'aller chercher une demi-finale à Aurillac, ce n'était pas donné », savoure l'arrière montois, bien décidé à positiver. « Il y a beaucoup de clubs qui ont le même budget que nous, et qui n'ont pas la chance de jouer des demi-finales de Pro D2. En faire chaque année, c'est quand même très bien. »
Et même si la défaite d'hier va obliger les Montois à réaliser un exploit à Aurillac samedi pour franchir une marche de plus, elle pourrait au fond être bénéfique, comme le souligne Julien Tastet : « Elle va nous obliger à nous remettre en question, et on sera dans la peau de l'outsider à Aurillac, le statut qui nous convient le mieux. »

Article : sudouest.fr

Résumé du match en images de la rencontre entre Bayonne et le Stade Montois.

video

Source : dailymotion.com
 

mardi 17 mai 2016

29ème Journée : Stade Montois 38 - 16 Aurillac

Auteur de deux essais, l’ouvreur a été une menace constante pour la défense adverse. 
Le Stade Montois n'a pas failli et remporte un match important face à concurrent direct...........


Mont-de-Marsan a fait le travail.
Devant leur public les jaune et noir ont emballé la rencontre avec des conditions climatiques qui arrangent pour jouer (36-18).
Avec un triplé du retrouvé et désormais indispensable, Salawa, et une équipe du Stade Montois avide d'espace, la victoire ne pouvait leur échapper.
Otazo, à la baguette de l'attaque Landaise a aussi fait un joli match en inscrivant un doublé.
Six essais à deux côté Aurillaquois.... Autant dire que l'après-midi a été prolifique niveau essais.....
Il faut encore un point qu'il faudra aller chercher à Bayonne pour être sûr d'accrocher une place de demi-finaliste.
Après, il faudra sortir les calculettes....
Les Montois ont un pied et demi en demi-finale mais il faudra jouer ce match à Bayonne comme si c'était un Quart de Finale.
Le public Montois sera au rendez-vous !!!!!


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

En battant 36-18 et avec bonus offensif Aurillac ce dimanche, Mont-de-Marsan réalise une excellente opération face à un concurrent direct à la qualification. Les Landais, troisièmes du classement, dépassent leurs adversaires. Les six essais à deux de ce match, le bonus offensif, le jeu fait de prise de risques et la série en cours de 10 matches sans défaite continuent de faire de l'équipe de Laussucq et Auradou l'une des sensations du moment. 

Les Landais envoient un message à tous leurs concurrents

Tous les voyants sont au vert pour Mont-de-Marsan actuellement. Et très certainement au meilleur moment de la saison : celui de l’emballage final ! Après ce dernier succès bonifié 36-18 contre Aurillac (six essais à deux, dont un triplé de Salawa), les Landais continuent de démontrer qu’ils sont l’équipe en forme du moment. Ils enchaînent ainsi une dixième rencontre sans défaite.
En plus du capital confiance emmagasiné et du jeu debout fait de prise de risques payantes, les Montois font peur et envoient un message à tous leurs concurrents avant la prochaine et dernière journée de la phase régulière. A la lecture du classement, les finalistes malheureux de l’édition précédente ont de quoi rêver. Ils sont troisièmes et viennent de dépasser Aurillac. En l’état actuel des choses, ces jaune et noir qui ont tant souffert en début de saison recevraient en demi-finale. 

Les Montois peuvent tout perdre

Mais il y a une dernière journée à disputer. Et à Bayonne contre des voisins ennemis Basques qui voudront valider et préparer leur demie à domicile. Avec une défaite additionnée à des résultats défavorables des adversaires Aurillac, Colomiers, Perpignan et Béziers, les jaune et noir pourraient tout perdre sur le fil. Cela étant, être revenu de si loin, le tout avec un jeu solide et alerte, fait clairement des Landais un candidat sérieux à l’accession. Tout comme... Aurillac. Les Aurillacois vont devoir rapidement oublier cette fessée pour gagner largement contre Biarritz le weekend prochain et ne pas dilapider tous les acquis de la saison. 

Résumé : rugbyrama.fr 


Résumé en images de la rencontre entre  le Stade Montois et Aurillac.

video

Source : dailymotion.com



38ème Journée : Caen 1 - 0 Girondins de Bordeaux

Andy Delort, le buteur caennais, tente de s’infiltrer entre les deux Bordelais, Valentin Vada et Diego Rolan.
Bordeaux finit cette saison sur une mauvaise note en Normandie........ 

Malgré avoir tenu le ballon la plupart du temps, les Bordelais se sont heurtés à Vercoutre, le gardien de Caen, notamment.
Après avoir encaissé un but sur pénalty à la 14', Bordeaux n'a pas su réagir et finit cette saison bien terne sur une défaite anecdotique.
Bordeaux finit cette saison 9èmes ex-æquo, et 11èmes au goal-average (-7).
Une saison à oublier où Bordeaux a montré une irrégularité chronique (12 victoires, 14 nuls, 12 défaites) perdant face à des équipes jugées plus faibles et étant la seule équipe invaincue face à Paris.
Tous ces paradoxes font que Bordeaux finit dans le ventre mou du classement.
C'est certainement la fin d'un cycle où des joueurs comme Jussiê, Diabaté, Sané, Poko, Poundjé, Traoré.... qui sont depuis quelque temps au club, iront sûrement sous d'autres cieux.....
Il sera quand même nécessaire de recruter des joueurs de talent, et qui ont de l'expérience pour que Bordeaux puisse accrocher le haut du tableau la saison prochaine...........

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La petite histoire retiendra qu'Ulrich Ramé et ses adjoints Pierre Espanol et Mathieu Chalmé ont terminé leur intérim à la tête des Girondins… dans la tribune du stade d'Ornano de Caen. Expulsés sans en comprendre la raison, par Tony Chapron qui n'a pu s'empêcher de faire le show samedi soir en Normandie dans un match pourtant sans enjeu, ni grande agressivité. L'arbitre s'était déjà illustré plus tôt en accordant un pénalty litigieux à Andy Delort à la 15e minute, finalement décisif samedi soir, dans cette rencontre dans l'ensemble équilibrée.
Pour l'autre histoire, celle qui restera dans les annales de la Ligue 1, les Girondins ont fini la saison sur une défaite, la 12e de la saison pour autant de victoires. Elle les repousse à la 11e place avec 50 points, leur plus faible total depuis la saison 2004-2005 (44) quand ils avaient assuré le maintien à la toute dernière journée contre Marseille (3-3) avec Eric Bédouet et le regretté Dominique Dropsy à leur tête. Il faut remonter à cette même saison (15e) pour les voir figurer en deçà de la 7e place.
Il aurait fallu un concours de circonstance particulièrement favorable - gagner et que les trois autres devant perdent - pour accrocher une 7e place inespérée et qui aurait permis de limiter les dégâts financièrement (1).

Deux minutes décisives

Les autres résultats rapidement défavorables, les Girondins n'ont pas fini en roue libre mais il leur a manqué ce petit coup de rein, cette grinta propres aux matchs qui comptent vraiment. En première période, la rencontre a basculé en deux minutes, celles qui ont séparé la tête de Cheick Diabaté repoussée sur sa ligne par Jonathan Delaplace et le penalty, litigieux, accordé à Andy Delort (15e).
Pour le reste, les deux équipes ont fait jeu égal, dans un style différent. La possession du ballon pour Bordeaux (64 % à la pause), une équipe normande comme à son habitude bien regroupée devant sa défense et prête à exploser en contre. Avec des deux côtés, quand même des difficultés à entrer dans la surface adverse. Ce manque d'efficacité pesait surtout du côté des Bordelais qui avaient les occasions pour égaliser autour de la mi-temps (Plasil et surtout Rolan).
Dans une rencontre qui s'éteignait à petit feu, seulement réveillé par des coups de boutoir de Delaplace et surtout Delort, aussi incisif qu'à l'aller (1-4), il fallait le numéro ridicule de l'arbitre Tony Chapron pour réveiller le stade et susciter une montée en pression des Bordelais. En vain.
Après un grand « merci ! » étalé sur le tifo de la tribune de face à leur entrée sur le terrain, les Caennais recevaient l'ovation méritée de leur public au coup de sifflet final. Toujours dans la première partie du classement cette saison, ils terminent 7e, leur meilleure performance depuis 1992.
Les supporters bordelais ne peuvent pas en dire autant. Il était grand temps que cette année, débutée le 30 juillet par un tour de qualification à la Ligue Europa contre Larnaca s'achève (lire en page suivante).

(1) Les dirigeants bordelais ont budgétisé au pire la 7e place. La répartition des droits TV en fin de saison dépend en partie du classement.

Article : sudouest.fr


Conférence de presse après la rencontre entre Caen et Bordeaux. 

video

Source : dailymotion.com

 

mercredi 11 mai 2016

35ème Journée (Ret.) : Girondins de Bordeaux 1 - 1 Paris

Ligue 1 : Bordeaux tient encore tête au PSG (1-1)
Bordeaux arrache le match nul face à l'épouvantail du championnat............. 

Malgré une saison à oublier, Bordeaux est la seule équipe du championnat à n'avoir pas perdu face à Paris (Matches Aller-Retour).
Après une jolie première mi-temps, dominée par les Girondins mais sans être dangereux, la seconde a été un peu plus accrochée avec une équipe de Paris un peu plus concernée.
Ibrahimovic (59') ouvre d'ailleurs le score sur une belle tête décroisée, suite à un service de Di Maria. Prior, pris à contre-pied n'y peut rien.....
Sur un corner (66'), c'est Pallois, au second poteau, qui est à la réception d'une tête de Diabaté, et qui d'une belle repris de volée croisée fusille Trapp, le gardien Parisien....
Bordelais et Parisiens se neutralisent mais dans les arrêts de jeu, Pallois encore lui, sauve son équipe sur la ligne, sur une frappe croisée de Lucas.
Finalement, le point du match nul satisfait les deux équipes !!!!!
Paris, toujours en course pour battre des records et Bordeaux qui finit devant son public sur une bonne note et qui rappelons-le restera pour la saison 2015-2016, la seule équipe invaincue face à Paris en Championnat.
A noter qu'au classement, les Girondins retrouvent la première partie du championnat (10èmes), ce qui est plus conforme à leur statut.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Match solide des Girondins face au Paris Saint-Germain dans une rencontre sans enjeu mais animée. Seul Bordeaux n'a pas perdu contre le PSG cette saison 

 

La synthèse

Pour leur dernier match au Matmut Atlantique, les Girondins ont décroché un point mérité face au PSG (1-1). Zlatan Ibrahimovic a ouvert le score à l'heure de jeu mais Nicolas Pallois lui a répliqué peu après. Bordeaux est donc la seule équipe à ne pas avoir perdu contre Paris cette saison, qu'il terminera à Caen samedi.

Le résumé

Au coup d'envoi, Ulrich Ramé surprend sans ravir. Les hommes en forme, Vada et Malcom, sont sur le banc. Sané, le pestiféré de la fin de l'ère Sagnol, est replacé en sentinelle du milieu au côté de Chantôme et Plasil. Laurent Blanc s'arme de ses forces en présence et son trio d'attaque sent bon la Ligue des Champions : Di Maria-Lucas-Ibrahimovic.
Le premier frisson se joue devant le but de Jérome Prior. Pablo perd le ballon au milieu de terrain. Décalé par Ibrahimovic à l'entrée de la surface de réparation, Rabiot lâche un lobe surprenant, tout en rupture, qui frôle le poteau gauche (3e). Si le ballon reste dans les pieds des Parisiens, les débats du milieu ne respirent pas la justesse technique. Ce dont tirent profit les Girondins. Plasil lance Diabaté dont la frappe est déviée juste au-dessus par Marquinhos (12e). C'est au tour du Tchèque de tenter sa chance à 15 mètres, Trapp est à la parade (14e).

Le rythme épouse alors le soleil, déclinant sérieusement pour disparaître à la demi-heure de jeu. Avant 5 minutes de folie qui voient tour à tour Rolan (42e) et surtout Ounas (43e) faire vibrer le stade. Le jeune ailier récupère un ballon dans l'axe, efface Marquinhos d'un crochet saignant, puis décale Rolan seul devant Trapp. Le gardien allemand repousse du bout du pied sur Ounas qui tente de tacler dans le but vide, mais envoie le cuir à droite de la cage parisienne. A Paris, seuls Di Maria (26e) et Lucas, isolé aux six mètres mais maladroit (36e), se montrent menaçants durant le premier acte. Cinq tirs, deux cadrés : à défaut de développer véritablement du jeu, Bordeaux domine le tableau des statistiques.

Au retour des vestiaires et comme souvent, le PSG sort les griffes dans ses moments faibles. Pablo laisse « Ibra » s'échapper dans son dos. Seul, le Suédois n'a plus qu'à opposer son front à l'offrande de Di Maria (0-1, 58e). Chantôme remplacé par Poko (22e), et Ounas par Malcom (59e) voient alors débarquer Thiago Motta et Maxwell (62e). Mais les Girondins réagissent : un corner bien botté par Malcom et dévié au point de penalty par Diabaté. Seul au second poteau, Pallois ajuste une volée limpide qui file sous le bras de Trapp (65e). Le Lac s'embrase.

Le match se durcit et les occasions se font plus rares. Debuchy, solide et la charnière Pallois-Pablo tiennent la baraque et les Girondins contrôlent les débats, devant de blancs Parisiens bien pâles. En débordement devant Kurzawa, Malcom adresse un centre fuyant bien repoussé par Aurier (87e). La dernière péripétie est offerte par Lucas. Sur la gauche, le Brésilien contourne la défense marine et blanc et lâche une frappe croisée. Prior est battu mais Pallois dévie sur sa ligne en corner (90e) pour préserver le point du nul.

Les joueurs

Comment ne pas mettre en avant le nouveau très bon match de Jaroslav Plasil ? Deux belles occasions (14e, 63e), de l'activité et beaucoup de justesse dans le jeu court. Le virevoltant Adam Ounas a posé beaucoup de problèmes à la défense parisienne et s'est procuré une énorme occasion (43e) avant de céder sa place sur blessure. Nicolas Pallois, solide en défense, a inscrit son premier but de la saison (66e) et a réalisé un énorme sauvetage devant Lucas (90e+1). Son compère de charnière, Pablo, a été plus hésitant et il est pris sur le but de Zlatan (59e) mais il s'est bien repris en fin de match. Diego Rolan, très mobile, a manqué plusieurs belles situations.

Le chiffre : 0

Comme le nombre de tir cadré côté parisien avant l'ouverture du score de Zlatan (59e). Jérôme Prior n'avait pas effectué le moindre arrêt quand il est allé chercher le ballon au fond de ses filets. Le second tir cadré parisien a été l'oeuvre de Lucas, repoussé par... Pallois (90e+1).

Le fait du match : Ounas et Chantôme, même combat

Deux joueurs qui sortent en raison d'une blessure à l'épaule, ce n'est pas courant. Clément Chantôme a quitté ses partenaires à la 22e après un duel avec Nkunku. Verdict : luxation. Vraisemblablement son dernier match avec Bordeaux. Puis à l'heure de jeu, en tombant après un choc anodin avec Lucas, Adam Ounas a lui aussi été contraint de sortir, avec une entorse à l'épaule Son remplaçant, Malcom, frappe le corner de l'égalisation (66e).

Les déclarations

Ulrich Ramé : "Je suis totalement fier d'eux (les joueurs). On a eu des occasions en première période, moins en seconde. Mais je ne suis pas là pour faire un bilan. Tout le monde a répondu présent. Il faut garder cet état d'esprit. Les joueurs ont su répondre à mes attentes. Ils avaient à cœur de montrer qu'ils étaient capables d'autre chose, de représenter fièrement le maillot malgré une saison mitigée."

Laurent Blanc : "Je ne retiens pas grand chose de ce match. Ce n'était pas une bonne idée de le mettre entre les deux dernières journées de championnat. Les gens qui ont décidé ça n'ont pas dû souvent toucher le ballon. Les joueurs ont donné le maximum même si ce n'était pas spectaculaire. (Sur le nouveau stade) (A l'époque), on m'avait dit qu'il n'y en aurait jamais. Un soir de finale de coupe de la ligue finalement, on a dit oui. Il est très beau même si j'ai un bémol sur la pelouse. Elle n'est pas bonne, on glisse beaucoup, on accroche pas."

Nicolas de Tavernost : "Pour le moment, on a un entraîneur qui se débrouille bien. On prendra notre décision avant la fin du mois de mai. Beaucoup d'entraîneurs s'intéressent à Bordeaux. Il ne faut pas se tromper, on va regarder toutes les possibilités, y compris Ulrich Ramé. Le club doit s'habituer à avoir plus de pression, ça va devenir habituel à Bordeaux. Il faut que les gens reviennent au stade. On se doit de réagir et de rejouer l'Europe."

Article : sudouest.fr 

Résumé en images de la rencontre entre Bordeaux et Paris.

video

Source : dialymotion.com


Conférence de presse après le match entre Bordeaux et Paris.




Source : dailymotion.com

mardi 10 mai 2016

28ème Journée : Dax 16 - 40 Stade Montois

Fin de saison ouverte pour les Montois, qui peuvent encore finir troisièmes comme manquer les demi-finales.
Vainqueurs avec bonus du derby des Landes, les Montois font un grand pas vers les demies......

Après une première mi-temps serrée (6-6) et dominée les trente premières minutes par Dax, le Stade Montois a effectué un seconde mi-temps de grande facture.
Avec un doublé de l'indispensable Salawa, de Hugues, très en jambe et de Taulanga en joker de luxe, les Montois ont donné une leçon de vitesse et ont pris le dessus physiquement sur une équipe de Dax, dépassée et en manque d'un second souffle.
Grâce à leur banc et un physique au summum, les jaune et noir ont impressionné et continuent leur série de matches sans défaite (9).
Le prochain match face à Aurillac s'annonce comme un 1/4 de finale.
Une victoire leur assurerait quasiment une place en demi-finale d'accession.
Et si elle était bonifiée, leur permettrait même de passer devant leur adversaire du jour......
Et pourquoi pas, rêver à une demie à domicile....
Mais ce n'est qu'un rêve que les Montois peuvent transformer en réalité avec deux victoires.
Ne nous emballons pas, car les deux derniers matches sont contre les troisièmes et deuxièmes du championnat !!!!!
Une seule victoire suffirait peut-être à leur bonheur, donc ne soyons pas trop gourmands.......

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Il parait que les derbys n'ont plus leur saveur d'antan. Dacquois et Montois ont pourtant remis la notion au goût du jour hier après-midi, au bout d'un match superbe qui aura donné envie à tout un département que ces affrontements perdurent encore quelques années.
Pour cela il faudra déjà que les Dacquois sauvent leur place en Pro D2, menacée après leur défaite d'hier, puisqu'ils ne possèdent plus que deux points d'avance sur Provence Rugby. Mais aussi que le Stade Montois n'évolue pas à l'étage au-dessus la saison prochaine, tant il apparaît désormais comme un candidat crédible à la montée en Top 14. Cette victoire bonifiée sur la pelouse du voisin landais, la première depuis 2011 (la deuxième en 12 ans), est en effet une nouvelle démonstration de force des hommes du duo Laussucq-Auradou, lancés plein gaz vers les demi-finales.

Dax, domination stérile

Et pourtant, si leur succès d'hier a fini par prendre une dimension historique, il s'est joué en deux actes diamétralement opposés. Le premier a rappelé comment un derby pouvait transformer deux équipes réputées joueuses en armées engagées dans une guerre de tranchées. Pendant 40 minutes conclues sur un petit 6-6, c'est peu dire que ça a tapé fort aux quatre coins du terrain… « Il y a vraiment beaucoup de fatigue après une grosse dépense physique », soufflait ainsi Julien Tastet à l'issue de la rencontre.
Comme ses coéquipiers, le capitaine montois a d'abord été contraint de répondre au défi physique imposé par l'USD, qui aura finalement laissé passer sa chance durant un premier acte dominé territorialement, mais de façon trop stérile. « C'est dommage, on aurait pu espérer mieux à la mi-temps », regrette l'ailier Jean-Matthieu Alcalde.
Car à la reprise, le Stade Montois a su effacer la notion de derby pour ramener la confrontation d'hier à une réalité plus terre à terre : celle d'un match opposant le 15e de Pro D2 au 4e, et qui bascula peu à peu dans la folie.

Un bonus offensif inespéré

On sut alors pourquoi les Montois, auteurs notamment d'une merveille d'essai de 80 mètres, sont invaincus depuis neuf matchs désormais. Et pourquoi l'USD est imprévisible cette saison. Dans les cordes après avoir encaissé un 14-0 (6-20,50e), les Dacquois réagissaient avec un essai de Delai, avant d'être privé d'un autre qui n'aurait pas été volé. « On a la balle du 20-20, l'essai est valable mais l'arbitre siffle un petit peu vite. À partir de là, on explose », constate Raphaël Saint-André, le co-entraîneur dacquois.
Une explosion, c'est le mot, sous le double effet d'un physique un peu juste et de l'apport du banc montois, énorme, au point d'aller chercher le bonus offensif en toute fin de match. Quatrièmes avec cinq points d'avance sur Béziers et Perpignan (6e), les Montois n'ont a priori plus besoin que d'un seul succès sur les deux dernières journées pour participer aux phases finales, même si Christophe Laussucq reste prudent. « On va encore jouer le troisième et le second : Aurillac, une très belle équipe qui voudra nous poser des problèmes à Boniface ; et Bayonne, qui voudra bien finir et qui annonce partout qu'ils veulent nous éliminer. Donc la qualification est loin d'être acquise. »
Un peu comme le maintien de l'USD au fond. Après un déplacement à Tarbes vendredi, les Dacquois seront peut-être contraints à un match à la vie à la mort contre Perpignan lors de la dernière journée. « Ça se complique un peu, mais tout ne s'écroule pas. On a l'habitude de ce genre de situation », rappelle Jérôme Daret, le directeur sportif d'un club qui a eu la confirmation hier qu'il allait encore souffrir jusqu'au bout de la saison.

Article : sudouest.fr 

Résumé en images de la rencontre entre Dax et le Stade Montois.

video

Source : dailymotion.com 

37ème Journée : Girondins de Bordeaux 3 - 0 Lorient

Avec une passe décisive et deux buts, Cheick Diabaté a encore été très efficace samedi contre Lorient
Diabaté, auteur de deux buts, a contribué à la belle victoire Bordelaise face à Lorient....... 

Grâce à un but de Rolan et un doublé de Diabaté, les Girondins ont renoué avec la victoire devant leur public.
Le milieu de terrain avec le triptyque, Plasil, Chantôme, Vada, a fait le boulot et la défense a pour une fois été performante.
De bon augure avant d'affronter mercredi l'ogre du Championnat, Paris.
Espérons que le public répondra présent et que le spectacle sera agréable.
Il reste deux matches et les Girondins peuvent encore atteindre la 7ème place au classement.
Ce sera un challenge intéressant et un moindre mal après une saison en décevante.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vainqueur 3-0, Bordeaux n'a jamais tremblé contre Lorient pour retrouver le goût du succès à domicile 

 

Grâce à un but de Malcom et un doublé de Diabaté, les Girondins de Bordeaux se sont offert leur première victoire au stade Matmut Atlantique depuis le 31 janvier et la venue de Rennes (4-0) . Face à d'autres Bretons, ceux de Lorient, les hommes d'Ulrich Ramé ont joué en permanence avec le pied sur l'accélérateur et n'ont jamais été inquiétés en défense. Les voilà 11es, avec un match en retard à livrer face au PSG.


Le match : 3-0

Il ne faut pas attendre longtemps pour comprendre que Bordeaux va passer une soirée agréable. Servi dans la surface à gauche, Diabaté fixe deux défenseurs lorientais avant de délivrer un centre tendu pour Malcom, qui ajuste parfaitement Lecomte du pied gauche à bout portant (1-0, 13e).
Après une frappe puissante de Vada détournée par Lecomte, Diabaté accentue l'avance bordelaise. En embuscade au second poteau, Rolan remise de la tête un corner venu de l'aile gauche. Diabaté contrôle le ballon, parvient à se mettre sur son pied gauche malgré la présence de plusieurs défenseurs lorientais autour de lui, avant de tromper Lecomte d'une frappe sèche à bout portant (2-0, 22e).
Les Girondins se montrent aussi précis de vifs, à l'image d'un Diego Rolan dans tous les bons coups jusqu'à sa sortie anticipée sur blessure juste avant la pause.
Les Girondins reprennent la deuxième mi-temps sur un rythme toujours aussi soutenu. Et, servi par Plasil, Cheick Diabaté inscrit d'une frappe puissante au premier poteau son dixième but de la saison, son cinquantième en L1 sous le maillot marine et blanc (3-0, 49e).

Faciles, parfois trop, les Girondins essaient encore d'aller de l'avant, quitte à s'exposer à des contres bretons, mais la défense Contento - Guilbert - Pallois - Debuchy se montre intraitable.

Un homme dans le match

Arrivé des Corinthians lors du mercato hivernal, le Brésilien Malcom (19 ans) a inscrit son premier but en L1 après une phase d'adaptation assez longue, comme on pouvait s'y attendre au vu de l'âge du joueur. Libéré, Malcom s'est également fendu d'un très joli coup franc de 25 mètres, détourné par Lecomte à la demi-heure de jeu. Puis il a buté sur le gardien lorientais dans un duel un contre un (60e).
Dans le jeu, on l'avait déjà vu franchir un palier à Troyes et cette première réalisation couronne une envie de bien faire, qu'on n'a jamais décelée chez un Isaac Kiese Thelin par exemple...

Article : sudouest.fr

Résumé en images de la rencontre entre Bordeaux et Lorient.

video

Source : dailymotion.com

Conférence de presse après la rencontre entre Bordeaux et Lorient.



Source : dailymotion.com


samedi 30 avril 2016

36ème Journée : Troyes 2 - 4 Girondins de Bordeaux


Bordeaux a su se montrer réaliste et se donne l'air nécessaire pour se maintenir définitivement..... 

Bordeaux a su se montrer réaliste et pour une fois s'est montré très prolifique en attaque.
Quatre buts marqués (2, Rolan; 1, Diabaté; et 1 csc) contre deux encaissés, Bordeaux a su, pour une fois, trouver le chemin des filets.
Les Girondins se sont surtout mis à l'abri au classement, en se sauvant mathématiquement de la relégation !!!!!
Avant de recevoir Lorient samedi prochain puis l’épouvantail de cette Ligue1, Paris, mercredi 11/05, pour espérons, faire une belle fête à domicile.....
Souhaitons qu'à la fin de saison, Bordeaux se trouve dans la première moitié du classement, malgré la grande irrégularité dont ils ont fait preuve tout le long de cette saison......

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les Girondins, après la défaite concédée à domicile face à Angers, ont repris leur marche en avant en allant s'imposer à Troyes (4-2), signant leur quatrième victoire à l'extérieur, après celles conquise à Montpellier, Guingamp et Monaco. Ce succès, combiné à la défaite de Reims face à Montpellier, leur assure définitivement le maintien. Les Rémois, 18es avec 36 points et deux matches à jouer, ne peuvent plus revenir sur Bordeaux, 12e avec 46 points. Avec Ulrich Ramé à leur tête, les Bordelais ont ainsi empoché 8 points en cinq matches. Ils peuvent désormais gérer sereinement leur fin de saison.

Le match

Ce match s'est joué sur trois têtes. Celle de Diabaté, d'abord qui, à la 19e, prolongea un dégagement de Prior pour Rolan, lequel fila ouvrir le score, d'un tir du gauche, pour son sixième but de la saison. Celle de Nicolas Pallois, ensuite qui, à 1-0, repoussa sur sa ligne, un tir de Nivet, servi par Darbion. Il y eut enfin celle de Mavinga qui, à la 41e, trompa Dreyer, son propre gardien, en voulant dégager un corner de Malcom.

Certes, Troyes aurait du bénéficier d'un premier penalty, lorsque Pallois, à la 21e, bouscula Jean dans la surface. Mais M. Varela n'intervint pas, au grand désespoir des supporters aubois. En revanche, celui qu'il siffla en deuxième période, pour une faute de Poundjé sur Dabion ne parut évident à personne. Benjamin Nivet s'en moqua et trompa Prior, d'un tir décroisé (56e).
Ce but aurait pu remettre en cause la victoire qui s'esquissait. C'était sans compter sur la détermination de Cheick Diabaté qui, de l'extérieur du pied, reprit un centre de Malcom, pour marquer le 3-1 (59e). Troyes refusa d'abdiquer et parvint à recoller sur un but de Jean, reprenant un centre de Darbion (69e). Bordeaux réagit encore. Ounas lança Rolan, qui vint signer le 4-2, marquant son septième but de la saison (72e).

L'homme du match : Jérôme Prior

Les Girondins, dans cette partie, purent s'appuyer sur la solidité de leur gardien Jérôme Prior, qui signa une prestation de haute volée dans la cage bordelaise. Le gardien azuréen multiplia les parades, notamment face à Jean, permettant à son équipe de garder son avantage de 1-0. Il commença par repousser un tir de Karaboue (8e), puis un tir de Jean, servi par Darbion (9e), avant de se jeter dans les pieds de l'avant-centre troyen (25e). Prior s'illustra encore deux fois devant Jean (63e et 68e) avant de finalement s'incliner (69e). Il fut aussi sauvé par son poteau (45e) sur tir de Camus.

La phrase

Ulrich Ramé (entraîneur de Bordeaux) : "On avait deux objectifs, prendre trois points et créer du jeu. Donc dans ces deux domaines, mes joueurs ont répondu présent. Il y a eu c'est vrai certaines largesses défensives, on doit encore progresser dans ce domaine, mais l'ensemble de l'effectif a su répondre présent. Le maintien est officiel ? Oui, la mission est remplie à 100%, ce n'était pas encore certain. On va maintenant se projeter sur les 3 derniers matches, avec un effectif quasiment au complet. Diabaté ? J'espère qu'il va refaire ce qu'il a fait depuis 3 semaines à l'entraînement, et aussi sur le terrain ce soir. Prior a aussi répondu aux attentes. On marque 3 fois dans le jeu, c'est à retenir, ça montre l'envie des joueurs. Finir dans le top 10 ? Il faut d'abord continuer à se remettre en cause, et que l'équipe alignée puisse continuer à créer du jeu tout en maintenant des principes défensifs."

Article : sudouest.fr

Résumé en images de la rencontre entre Troyes et Bordeaux.

video

Source : dailymotion.com

Conférence de presse après la rencontre entre Troyes et Bordeaux.




Source : dailymotion.com

27ème Journée : Stade Montois 39 - 10 Carcassonne

Les Montois étaient clairement au-dessus de leur adversaire, vendredi soir.
Le Stade Montois signe un grand coup avec cette victoire bonifiée.....

Le Stade Montois a validé son regain de forme, en inscrivant cinq essais ( 2 en première mi-temps et 3 en seconde ) face à Carcassonne. 
Appliqués, sérieux, solides en conquête, les Montois ont effectué une partition presque parfaite, répétant leurs gammes avant, peut-être, de se retrouver en phases finales.
Conjuguée à la victoire de Dax à Béziers, les Landais se retrouvent en effet, quatrièmes ex-æquo avec Perpignan.
Ayant leur destin entre leur main, les Montois sont à trois matches d'une qualification pour les phases-finales d'accession au TOP14.
Il faudra pour cela, aller chercher des points à Dax (prochain match), l'emporter à domicile face à un concurrent direct, Aurillac, et aller se rassurer lors de la dernière journée à Bayonne (peut-être futur adversaire en phases-finales).
Cela ne sera pas chose aisée mais le Graal n'est pas loin.... 
Mais on sent que l'équipe est en forme et est en phase ascendante avant de jouer ces trois dernières rencontres.....

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cela devait être un coup pour rien. Aurillac, Perpignan, Béziers et Mont-de-Marsan jouaient tous à domicile lors de cette 27e journée. Les quatre équipes à la lutte pour les trois places restantes en demi-finales devaient donc se neutraliser. Ce scénario linéaire, une US Dax exemplaire cette saison l'a déchiré, hier, à Béziers. En s'imposant dans l'Hérault, les Dacquois ont sûrement fait un pas décisif pour le maintien (lire ci-dessous).
Mais ils ont aussi rendu un sacré service à leurs voisins de la préfecture, qui ont rempli leur part du contrat en battant Carcassonne avec le bonus offensif. Les Montois s'emparent pour la première fois de la saison d'une place de demi-finaliste, et comptent même quatre points d'avance sur Béziers, sixième avant le match Colomiers/Lyon, demain. Invaincus depuis deux mois, ils sont lancés sur la voie royale, d'autant qu'ils possèdent désormais un joker dans leur manche pour les trois dernières journées.

Doublé de Béal

Vendredi soir, les Montois ont fait ce qu'il fallait pour se rendre la partie facile, avec une pénalité de James pour prendre le score, puis un essai de Taulanga, le tout en dix minutes. Après deux nouveaux coups de pied de James et Latorre (11-3, 27e), le rythme retombait, mais les Audois allaient faire ce qu'il fallait pour relancer l'intérêt de la rencontre. Suite à une chandelle de James, Pakalani tentait une relance depuis son camp, mais offrait littéralement le ballon à Béal, qui passait opportunément par là. Le troisième ligne n'avait plus qu'à marquer sous les poteaux, et les Montois pouvaient se lancer en quête du bonus offensif.
Clairement au-dessus de leur adversaire du jour, les Montois, à l'image de Tutaia, commettaient trop de maladresses pour enfoncer le clou avant la pause. L'anomalie était réparée dès la première action de la deuxième mi-temps, sur une superbe action conclue par Agustin Ormaechea (25-3,41e). Le précieux bonus en poche, le plus dur commençait alors pour des Montois trop souvent incapables de conserver cet avantage, cette saison.
Comme redouté, ils passaient d'ailleurs dix minutes à défendre dans leurs 22 mètres. Sans dommage heureusement, alors que Tuilagi, lui, devait quitter ses coéquipiers, complètement sonné, causant une longue interruption de la partie. À la reprise, les Audois n'y étaient plus, et Liebenberg puis Béal ajoutaient deux essais en force (39-3,67e). Carcassonne avait le dernier mot dans les arrêts de jeu, avec un essai anecdotique, à l'inverse de cette soirée qui a peut-être changé le destin du Stade Montois cette saison. Le derby landais, dans deux semaines s'annonce passionnant.

Article : sudouest.fr 

Résumé en images de la rencontre entre le Stade Montois et Carcassonne.

video

Source : dailymotion.com  

mardi 19 avril 2016

34ème Journée : Girondins de Bordeaux 1 - 3 Angers


Les Bordelais sont retombés dans leurs travers et perdent encore un match devant leur public.....

Bordeaux, retombe dans ses travers et retombe dans la médiocrité face à une modeste équipe d'Angers.
Incapables de faire la différence malgré une domination stérile, les Bordelais se sont pris trois buts en contre.
La défense a été encore dépassée et l’attaque n'a pas pesé lourd pour trouver le chemin des filets.
Pire encore, les Girondins ont pris les trois buts alors qu'ils jouaient à 11 contre 10 après l'expulsion d'un Angevin, à savoir, Traoré I à la 35'.
La seconde période aura vu quatre buts mais pas dans le bon sens.
Bordeaux retrouve encore la défaite alors qu'il semblait aller mieux depuis trois matches.
La fin de saison va être encore longue, et il ne faudra pas perdre pied, notamment à domicile face à Paris....

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La synthèse

On appelle ça une rechute. Les errements défensifs et l'inefficacité girondine ont permis à Angers de faire un gros coup au Matmut Atlantique (3-1). En infériorité numérique pendant plus d'une heure, le SCO a profité des erreurs bordelaises notamment sur coups de pied arrêtés pour s'offrir une victoire de prestige et infliger à Ulrich Ramé sa première défaite sur le banc bordelais.

Le match

Prendre du plaisir, tel était le leitmotiv cette semaine dans les propos d'avant-match des joueurs bordelais. Fallait-il encore ne pas oublier les bonnes habitudes prises lors des trois derniers matchs.
Il faut attendre la demi-heure de jeu pour voir le match "s'emballer" avec d'abord un superbe mouvement entre Jussié, Thelin et Touré qui voit sa frappe enveloppée repoussée par le gardien du SCO, Letellier (32e). Puis sur l'action suivante, le match semble tourner avec le carton rouge d'Ismaël Traoré pour une semelle appuyée sur Pablo (33e). Probablement les deux seules actions et minutes à retenir dans le premier acte.

Au retour des vestiaires, les Girondins confisquent le ballon mais imposent un tempo beaucoup trop lent permettant à Angers de sortir de sa torpeur. Le SCO n'en demandait pas tant, coup sur coup, les Angevins punissent Bordeaux par le géant Cheikh N'Doye qui trompe une première fois Prior (61e) avant que Yattara fasse le break sur un contre rondement mené (64e).
Le public gronde et Ulrich Ramé tente immédiatement l'électrochoc en faisant rentrer Malcom et Crivelli. Le Brésilien se met tout de suite en évidence sur coup franc, sa frappe heurte les montants mais Rolan suit et conclut de près (70e). Les Girondins se réveillent enfin avec une nouvelle grosse occasion de Touré (73e). Mais à trop se découvrir, Bordeaux en oublie de défendre.

Sur un nouveau coup franc, les Angevins achèvent les hommes de Ramé par Bourillon étrangement seul dans la surface girondine. La goutte d'eau qui fait déborder le vase pour une partie du public qui a quitté les travées du Matmut avant le coup de sifflet final.

La déclaration

Jaroslav Plasil au micro de BeIn Sports : "On peut pas espérer plus, on a bien vu comment ils se sont battus, on a plus le droit de lâcher un match comme ça sur trois erreurs. C'est vraiment difficile ce soir. C'est une faute professionnelle. On a essayé de pousser mais ça s'est très mal passé"

Le joueur

Isaac Kiese-Thelin n'avait plus connu une seule titularisation depuis octobre 2015. Ulrich Ramé a visiblement jugé Diabaté trop juste pour faire son retour et a alors lancé le Suédois. Pris dans l'étau angevin, Thelin n'a pas beaucoup pesé sur la défense angevine et s'est montré dangereux qu'à une seule reprise en fin de première période avec une tête hors-cadre. Très peu en vue en seconde période, il sort après les deux buts du SCO, remplacé par Crivelli à l'heure de jeu.

Article : sudouest.fr 

Résumé en images de la rencontre entre Bordeaux et Angers.

video

Source : dailymotion.com


Conférence de presse après la rencontre entre Bordeaux et Angers.

A suivre.....

 



lundi 18 avril 2016

26ème Journée : Albi 19 - 27 Stade Montois

Impeccable, James a ramené les Montois à hauteur en début de seconde période.
Le Stade Montois ramène une victoire d'Albi plus qu'importante car il se replace pour les play-off..... 

Juste avant les trois dernières minutes de la fin de la première période, les Montois, avaient la tête à l'envers.
Malmenés en mêlée, imprécis en touche et maladroits, les Montois ont encaissé deux essais transformés à rien, payant notamment un carton jaune reçu à la 21', ce qui eu pour effet, le deuxième essai Albigeois.
Mais les Landais, grâce à un jeu resserré marque un essai transformé à la 37' ( Tokula), ce qui leur permet de rester dans le match avant la mi-temps.
Et c'est en début de seconde mi-temps, grâce au banc, que les Montois reviennent au score suite à un essai de James (47'), transformé par Saubusse (14-14).
Après deux pénalités de Saubusse, qui donne l'avantage aux visiteurs (50' et 57', 14-20), James très en jambe, trouve l'espace et donne une offrande à Salawa avec un coup de pied, savamment dosé pour tomber dans les bras de ce dernier, qui file à l'essai (67', 14 - 27), transformé par Saubusse, encore lui.
Les Jaune et Noir prennent un net avantage pour l'emporter et malgré la réponse des Albigeois, cinq minutes avant la fin du match (essai 75', 19-27), ils ont su garder cet avantage et privé même les locaux d'un point de bonus défensif.
Victoire importantissime pour les Landais qui reviennent plus que jamais dans la course aux phases finales.
Ils ne sont qu'à un point des quatrièmes (Béziers) et cinquièmes (Perpignan) et postulent plus que jamais pour une place dans les 5.....

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

C'était le scénario dont les Montois rêvaient avant cette journée, qui voyait tous les prétendants à la qualification jouer à l'extérieur : gagner à Albi tout en comptant sur des défaites de leurs concurrents pour se rapprocher du top 5. La défaite de Perpignan à Montauban jeudi avait donné le ton, et cette 26e journée de Pro D2 a continué à sourire aux jaune et noir hier soir.
Sixième avant son déplacement à Narbonne, Colomiers a explosé en vol dans l'Aude (34-6), ce qui permet aux Montois, qui ont fait le boulot à Albi, de grimper d'une place au classement, et surtout de revenir à un petit point de Perpignan, dernier qualifiable, mais aussi de Béziers, qui aura fort à faire demain à Lyon.
Bref malgré un début de championnat difficile, les Montois sont là au bon moment, eux qui ont aligné dans le Tarn un septième match consécutif sans défaite. Mais comme un résumé de leur saison, les partenaires de Joan Caudullo ont mis du temps à démarrer hier.

Entame catastrophique

Ils souffrent dès les premières minutes, passées près de leur ligne pour éviter de prendre un essai dès l'entame. Mais cet essai, ils l'ont encaissé dès la 8e minute, après que Salawa ait été battu dans un duel en l'air par Calas suite à une passe au pied de l'ouvreur Barthélémy. Avec la transformation albigeoise, c'est donc menés 0-7 que les Landais sont entrés pour la première fois dans le camp adverse. Mais sans parvenir à y rester très longtemps.
Dans ce premier quart d'heure de jeu, les Landais sont contraints de multiplier les phases défensives, heureusement sans se mettre à la faute. Mais à la 21e minute, l'arrière Lucu, coupable d'un mauvais geste, est sanctionné d'un carton jaune. La mission montoise se complique alors un peu plus…
D'autant plus que les Montois encaissaient un deuxième essai à la demi-heure de jeu, quand James était trompé par un rebond dans son en-but. Une fois l'infériorité numérique passée, les Landais ont enfin mis la main sur le ballon et multiplié les temps de jeu, au point de percer la défense tarnaise et d'envoyer Tokula derrière la ligne. Avec la transformation de Saubusse, le retard n'était que de sept points à la pause. Un moindre mal.

Vraiment dans le coup

Dans le vestiaire, le duo Laussucq-Auradou a sans aucun doute demandé à ses joueurs de remettre de l'ordre dans son jeu et de plus jouer chez l'adversaire. Le message est bien passé car les Montois ont dominé le début de seconde période, parvenant à revenir au score sur un essai de James (46e), et même à passer devant avec deux pénalités converties par Saubusse (50e et 56e).
Après avoir pris le score (14-20), il restait à ne pas laisser filer le match. Devenus dominateurs, ils réalisaient une seconde mi-temps parfaite, à l'image de cette action de la 66e minute, à montrer dans toutes les écoles de rugby avec un beau jeu de mouvement et un bijou de passe au pied de James pour Salawa qui file à l'essai (14-27). Le break était fait face à une formation tarnaise qui ne trouvait la force de réagir qu'en toute fin de match, avec un essai sans conséquence pour les Montois, qui s'adjugent un succès très précieux.
C'est certain, avec l'état d'esprit de la seconde période, les Montois peuvent voyager partout et de nouveau croire sérieusement aux demi-finales.

Article : sudouest.fr 


Résumé en images de la rencontre entre Albi et Mont-de-Marsan.

video

Source : dailymotion.com

vendredi 15 avril 2016

33ème Journée : Marseille 0 - 0 Girondins de Bordeaux


Bordeaux est venu chercher un match nul à Marseille, mission accomplie pour le maintien...... 

Après un match soporifique, Bordeaux est allé chercher le point du match nul face à Marseille.
Les Bordelais auraient pu même l'emporter sur deux tirs sur les barres d'Ounas (42e) ou de Poko (60e).
Mais le sort en a voulu autrement.
Les Marine et Blanc se contentent de ce point du nul qui fait leurs affaires car ce point est certainement synonyme de maintien.....
Les supporters auraient signé des deux mains pour ce point pris chez les Marseillais qui s'enfoncent encore un peu plus dans l'anonymat du championnat.
Les Girondins vont maintenant essayer de bien finir cette saison en remportant un maximum de points à la maison comme à l'extérieur.
Le renouveau avec l'arrivée de Ramé à la tête du staff peut redonner un second souffle au club.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

C''est un fait : Bordeaux ne perd plus. Les Girondins deviennent même intéressants, défensivement parlant depuis l'arrivée d'Ulrich Ramé au poste d'entraîneur. Bon, il ne faut pas leur en demander plus. Mais au moins cette équipe qui vient quasiment d'assurer son maintien, montre qu'elle a du répondant après avoir traversé une saison difficile. Incapable d'imposer son jeu, avec six maigres frappes au but en 90 minutes, l'Olympique de Marseille semble loin de cela. Et l'affrontement entre les deux équipes, lui, ne restera pas dans les mémoires des deux clubs (0-0).

Le match : 0-0

Les Girondins se montrent extrêmement prudents face à une équipe qui n'a plus gagné au Vélodrome depuis sept mois. Une frappe trop croisée d'Ounas (14e) ou un centre-tir de Poko juste au-dessus de la transversale (17e) donnent des apparences trompeuses. Les Girondins se contentent essentiellement de voir venir.
Malgré un Guilbert parfois hésitant, ils sont pourtant bien en place face à des Marseillais qui ne donnent pas l'impression de jouer le couteau entre les dents. Il faut attendre la 25e minute pour que l'OM hausse enfin le rythme, sur un une-deux Thauvin-Cabella. Mais Prior fait un sans-faute. Dans la foulée, Fletcher rate d'un cheveu sa reprise de la tête d'un coup franc de Thauvin (28e), puis Prior brille encore sur une frappe de Thauvin (31e). Le gardien bordelais est d'ailleurs l'homme le plus en vue de la rencontre, avec ses arrêts et ses sorties de grande qualité.
Mais si Marseille a clairement pris l'ascendant, Ounas se lance dans un numéro de soliste avec coup du sombrero, raid vers l'avant et frappe puissante sur le dessus de la barre. Dommage, le feu follet bordelais a oublié Crivelli, seul sur sa gauche (41e).
Alors que la musique de "Benny Hill" retentit régulièrement dans le stade, alors que des (savoureux) dessins de chèvres (!) fleurissent dans les tribunes, les joueurs olympiens multiplient les maladresses, pour le plus grand désarroi de leur coach, Michel. Et sur une action confuse, Poko trouve l'extérieur du poteau droit de Mandanda (59e).

Avec un peu d'audace, les Girondins seraient sans doute capables d'aller chercher la victoire contre des Marseillais de plus en plus effacés. Mais les hommes d'Ulrich Ramé préfèrent conserver leur schéma de jeu, sans génie mais avec sérieux.

Le joueur

En raison d'adducteurs douloureux, Adam Ounas a cédé sa place à la 55e minute, remplacé par Diego Rolan. Dommage, parce qu'on aurait bien aimé voir le jeune Girondin un peu plus longtemps sur la pelouse du Vélodrome. Chaque fois que ce garçon touche le ballon, il se passe quelque chose. Ses prises de balle, son culot (ô le sombrero sur Rekik !), sa vitesse de course et sa frappe de balle pourraient le mener loin. Dommage, il lui manque encore la vista, comme lorsqu'il choisit de tirer au but quand Enzo Crivelli, libre de tout marquage, attend la balle. Sauf que sur ce coup-là, Ounas a bien failli battre Steve Mandanda (41e). Avec un peu plus d'expérience et s'il garde sa fraîcheur, en voilà un qui peut aller loin. Le futur Ben Arfa, étincelant avec Nice cette saison ?

Article : sudouest.fr

Résumé en images de la rencontre entre Marseille et Bordeaux.

video

Source : dailymotion.com

Conférence de presse après la rencontre entre Marseille et Bordeaux. 



Source : dailymotion.com

mardi 12 avril 2016

25ème Journée : Stade Montois 17 - 11 Narbonne

Tokula a inscrit les deux essais montois.
Le Stade Montois s'est fait peur mais finalement l'emporte face à un Narbonne accrocheur..... 

La première mi-temps a été crispante pour les Montois qui se sont vus menés 11 à 0 après 26 minutes de jeu.....
Les supporters, médusés, ont vu leur équipe apathique, sans réaction et maladroite.
Mais, grâce à un essai de Tokula, à trois minutes de la fin de la première période, les Montois sont revenus dans le match au bon moment.
Et cinq minutes après le début de la seconde période, Tokula double la mise sur une incompréhension, suite à une chandelle de Saubusse. Essai transformé (47', 14 - 11).
Les Montois ont pris l'avantage pour ne plus le quitter, et ajoutent une pénalité à la 59' (Saubusse), qui scelle définitivement le score ( 17 - 11, 59').
Plus rien ne sera marqué et le public a retenu son souffle jusqu'au bout car un contre assassin dans les dernières minutes auraient pu enlever toutes les illusions Montoises.
Cependant, cela n'a pas été le cas, et les Jaune et Noir peuvent continuer à rêver......
Et pour que ce rêve devienne encore plus réalité, il sera certainement nécessaire de ramener des points d'Albi le week-end prochain, concurrent direct pour les phases finales.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le Stade Montois est donc actuellement la meilleure équipe de Pro D2. Du moins c'est ce que disent les chiffres : grâce au succès conquis hier soir face à Narbonne, il est en effet assis sur une série de six matchs sans défaite, la meilleure du championnat, puisque Lyon a été battu à Tarbes dans le même temps.

Pour l'instant, cela lui permet seulement de rester dans la course aux phases finales, puisque tous ses concurrents du haut de tableau ont gagné lors de cette journée, en attendant le match entre Béziers et Albi, aujourd'hui. Albi, qui sera d'ailleurs la destination des Montois vendredi prochain, pour un match qui s'annonce déterminant. « Ce sera quasiment un match éliminatoire, glisse Emmanuel Saubusse. On l'avait peut-être déjà en tête, ce qui peut expliquer nos fautes, mais on a assuré cette victoire contre Narbonne, donc on va pouvoir bien se préparer. Et peut-être que ce match va nous faire du bien pour repartir du bon pied. »

Ce qui est certain, c'est qu'il va éviter aux Montois de partir dans le Tarn avec un excès de confiance dans les bagages. Car loin des dernières prestations abouties à domicile face à Perpignan et Béziers, les Montois ont peiné hier. Narbonne ouvrait le score suite à une faute au sol (0-3, 6e), et si les jaune et noir cherchaient à mettre du rythme, ils étaient perturbés par une défense audoise agressive, toujours à la limite du hors-jeu, pour ne pas dire plus. Déjouant peu à peu, ils étaient poignardés par leur ancien ouvreur Pierre-Alexandre Dut, qui délivrait une merveille de passe au pied pour envoyer Plessis-Couillaud à l'essai (0-8, 19e).

Deux incursions dans le camp adverse, huit points à la clé, une entame parfaite pour des Narbonnais qui n'ont plus à rien à jouer dans ce championnat, mais qui au vu du scénario, commençaient à se dire qu'il y avait moyen de passer une bonne soirée au stade Boniface.

Le doublé de Tokula
L'impression se confirmait avec une nouvelle pénalité convertie par Dut (0-11, 26e), face à des Montois désormais fébriles. La mêlée jaune et noir, bousculée au match aller, prenait certes sa revanche (3 pénalités obtenues en première mi-temps, 5 au total), mais ça n'aidait en rien une équipe plombée par ses fautes de main. Heureusement, les jaune et noir trouvaient la solution juste avant la pause. Après une bonne charge de Liebenberg, c'est Tokula qui signait un exploit personnel dans les 22 pour aller marquer (7-11,37e). Pas de quoi sauter au plafond, d'autant que dans la foulée, la touche landaise égarait deux bons ballons qui auraient pu permettre d'inverser vraiment la tendance.

C'est finalement un petit coup de pouce du destin qui allait relancer totalement le Stade Montois. Gênés par le vent, les Narbonnais jugeaient mal une chandelle, laissant le ballon rebondir sur Bost. Tokula était ensuite le plus prompt pour le récupérer et s'offrir un doublé (14-11,46e) pour le moins précieux. Car malgré ce coup du sort, les visiteurs continuaient à s'accrocher, et il fallait un nouvel effort de la mêlée pour permettre à Saubusse de faire le break (17-11,56e).

Sur le coup, le malheureux pilier Raynaud, qui venait d'entrer, payait la note pour tout le monde avec un carton jaune. Une supériorité numérique dont les Montois n'allaient pas profiter, avec une ligne de trois-quarts remaniée après les sorties sur blessure d'Otazo puis Tokula. Le staff ayant décidé de placer six avants sur le banc, c'est donc Agustin Ormaechea qui dépannait à l'aile…

Plutôt plaisant en première période, le match virait alors à la bouillie, et les Montois se faisaient même quelques frayeurs dans les dix dernières minutes, comme ce fut parfois le cas cet hiver. Finalement sans conséquence, comme toujours ou presque cette saison à domicile, ce qui permet aux hommes de Christophe Laussucq de s'offrir un voyage dans le Tarn des plus excitants.

Article : sudouest.fr

Résumé en images de la rencontre entre le Stade Montois et Narbonne.

video

Source : dailymotion.com