Présentation du site

Ce blog a pour but de réunir les supporters du Football Club des Girondins de Bordeaux et ceux du Stade Montois Rugby.
Deux clubs empreints d'un riche palmarès et d'une illustre histoire.
Le but est d'échanger sur les résultats et la vie des deux clubs à travers les articles, sondages et les podcasts pour lesquels vous pourrez donner votre avis et même participer.
Nous nous efforçons de faire au mieux et nous espérons que ce blog réussira à vous plaire.
Enfin, au delà de ces deux clubs, nous parlerons également de sport en général ( Podcasts, Résultats, Forum etc… ).
Pour optimiser le blog, préférez les navigateurs internet Google Chrome ou Mozilla.

Bonne visite.

Rappel

Palmarès FCGB :

□ D1 ou Ligue1 - 6 fois Champion : 1950, 1984, 1985, 1987, 1999, 2009
□ D2 - 1 fois Champion : 1992.
□ Coupe de France - 4 fois vainqueur : 1941, 1986, 1987, 2013
□ Coupe de la Ligue - 3 fois vainqueur : 2002, 2007, 2009
□ Trophée des champions - 2 fois vainqueur : 2008, 2009

Palmarès SMR :

□ Championnat de France - 1 fois champion : 1963
□ Championnat de France de Pro D2 - 1 fois champion : 2002
□ Challenge Yves du Manoir ( ancienne coupe de France ) - 3 fois vainqueur : 1960, 1961 et 1962.


FORUM DU BLOG : http://forum.marine-et-jaune.xooit.fr/index.php
MARINE ET JAUNE SUR FACEBOOK : http://www.facebook.com/marineet.jaune

vendredi 17 février 2017

Girondins de Bordeaux 0 - 3 Paris

Au Matmut, les Girondins de Bordeaux n’assurent pas
Bordeaux n'a pas pu offrir une victoire de prestige à ses supporters, Paris était au dessus........ 

Très vite mené au score, (Cavani, 6'), Bordeaux va vite sombrer et encaisser un deuxième but en première période (Di Maria, 41'). En seconde période, Bordeaux va entièrement couler en concédant le troisième et dernier but marqué par Cavani (48'), auteur ce soir d'un doublé.
Paris va ensuite gérer sereinement son avance.
Bordeaux essaiera d'égaliser dans le dernier quart d'heure mais en vain.
Maladroits et empruntés, les Bordelais n'ont pas pu sauver l'honneur sur leur pelouse, dans un stade plus garni qu'à l'accoutumée.
Les Girondins stagnent au classement et manquent une occasion de prendre seuls la 5ème place.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bordeaux s’est logiquement incliné au Matmut Atlantique face à un PSG sérieux et efficace (0–3)


Tout simplement trop fort. Après le 4–1 infligé aux Bordelais en Coupe de la Ligue, le PSG s’est à nouveau imposé au Matmut Atlantique avec un but de Di Maria et un doublé de Cavani. Avant un match charnière face à Barcelone, Paris s’est rapidement mis sur de bons rails avant de se mettre à l’abri avant la mi-temps. Les Girondins n’ont jamais trouvé la clé dans la défense francilienne.

Le match

Un stade quasi plein, un match de gala face à une équipe de haut de tableau et… un but dès la 6e minute avec une superbe volée de Cavani sur un dégagement dans l’axe de Jovanovic (0–1). Les vieux fantômes du match face à Monaco et le cinglant 4–0 resurgissent d’entrée de match.
Quatre jours avant un match crucial face à Barcelone, le PSG est sérieux, appliqué, inspiré avec notamment le retour de Verratti en chef d’orchestre. C’est lui qui lance l’offensive de Di Maria qui voit son tir repoussé par Carrasso (16e). Bordeaux ne veut pas courber l’échine et tente avec une tête de Sankharé (17e) et une frappe de Rolan (23e), bien stoppées par Trapp. Les Girondins ne restent pas groggys après le premier but parisien contrairement au match face à Monaco mais se heurtent systématiquement au verrou parisien.

Le jeu bordelais manque clairement de spontanéité et le PSG en profite. Sur un contre éclair, Verratti sert Di Maria sur un plateau dans le dos de la défense, l’Argentin ajuste Carrasso d’un ballon piqué impeccable. Le break est fait (40e, 0–2) avant la pause. Le PSG est en contrôle et Bordeaux ne trouve pas les solutions dans l’arrière-garde francilienne.

Le début du second acte se calque sur l’entame de match. Di Maria, encore lui, centre sur l’inévitable Cavani qui claque une nouvelle volée gagnante dans le petit filet de Carrasso (0–3, 48e). Cette fois-ci, Bordeaux a pris un vrai coup sur la tête. Décevant et peu inspiré, Ménez sort sous les sifflets et cède sa place à Kamano. Emery fait souffler ses cadres en sortant notamment Verratti et Di Maria.
En confiance après son doublé à Caen, Kamano s’illustre rapidement en servant Vada, lui aussi entré en jeu, dans la surface, mais l’Argentin bute sur Trapp (66e). Le PSG ronronne mais Bordeaux reste trop timoré. Rolan passe à son tour tout près de l’ouverture du score en contrant un dégagement de Kimpembé (77e).

Comme en Coupe de la Ligue, le PSG termine le match sans forcer, se contentant de gérer son avantage qui lui permet de recoller provisoirement au leader monégasque. Bordeaux devra lui immédiatement rebondir à domicile face à Guingamp le 19 février pour rester coller au wagon européen.

La déclaration

Jérémy Toulalan au micro de Canal : "On a essayé d’aller les chercher haut mais dès qu’ils récupéraient, ils allaient très vite vers l’avant. Le plus important c’est de tenir face à une équipe comme ça mais on prend un but rapide et après c’est difficile. Il faut pas tout mettre à la poubelle. Ce soir, on avait des intentions de jouer mais on tombe sur une grosse équipe de Paris".

Article : sudouest.fr

Résumé en images de la rencontre entre Bordeaux et Paris.

video

Source : dailymotion.com 

20ème Journée : Carcassonne 25 - 22 Stade Montois

Antoine Lescalmel, le demi d’ouverture de l’USC, a réalisé un 100 % au pied, inscrivant 20 des 25 points de Carcassonne.
Les Montois perdent le match et le bonus offensif en toute fin de match.... Cruel..... 

Malgré 3 essais à 1, les Montois ont été trop sanctionnés et moins adroits au pied (Lescalmel 100% et les Montois ont manqué une transformation et une pénalité) pour pouvoir l'emporter.
Menant encore 18-22 à trois minutes de la fin du match, les Landais vont encaisser un essai rédhibitoire qui a scellé le score.
Pourtant, c'est bien le Stade Montois qui a montré un beau visage et qui a joué un meilleur rugby.
Hélas, encore trop de fautes sifflées contre les Montois qui ne méritaient pas de perdre un match, qui était pourtant largement à leur portée.
Le point de bonus défensif semble bien amer, tant les efforts ont été déployés pour l'emporter.
C'est clairement trois point de perdus au classement.
Les Montois devront donc se refaire la cerise et gagner la prochaine rencontre face à un concurrent direct à domicile, Colomiers.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mené jusqu’à la 76e minute par une équipe de Mont-de-Marsan qui avait en main le bonus offensif, Carcassonne a arraché la victoire hier, vendredi soir, au stade Albert-Domec. Un succès de prestige qui lui offre le droit de rêver à une fin de saison palpitante.

A quatre minutes près, Mont-de-Marsan avait réalisé le «coup parfait». Joël Koffi, le 3e ligne de l’USC le reconnaissait lui-même, quelques minutes après cette victoire arrachée par les Carcassonnais dans les derniers instants, comme ils l’ont déjà fait tant de fois cette saison. Avec ce succès de prestige conquis contre un candidat déclaré aux demi-finales d’accession, les Carcassonnais n’ont certes pas changé de place au classement. Ils sont toujours, au soir de cette 20e journée, en 7e position. Mais cette victoire, la 11e de la saison, leur garantit, sauf cataclysmique fin d’exercice, une saison de plus, la prochaine, en Pro D2. Et leur offre sans doute aussi l’occasion de se mêler à la lutte pour le Top 5. Pour gagner ce droit, les Carcassonnais ont d’abord pu compter sur M. 100 %.

Dans une première mi-temps jouée avec l’appui du vent, Antoine Lescalmel a enchaîné sans trembler. Face aux poteaux, à 15 m. Mais aussi à gauche ou à droite des perches, à 40 m et plus. De quoi mener l’USC devant à la mi-temps, tout en ayant largement laissé à Mont-de-Marsan l’usage du ballon, avec un gain minimal: celui de l’essai à la 18e minute par Malafosse, née d’une touche à 20 m de l’en-but audois, avec un petit relais avant que Malafosse ne marque.

  • Le terrible essai en contre de la 62e
L’USC avait même été tout près, contre le cours du jeu, de s’offrir une avance encore plus conséquente que le 15-8 sifflé à la mi-temps: mais Marrou, servi par Lescalmel, commettait un en-avant dans l’en-but. Pas de quoi enlever aux Montois leurs envies de grand large, et surtout de bonus offensif. Pari tenu lorsque Brethous inscrivait le 2e essai landais dès la 52e. Pari gagné à la 62e avec un terrible 3e essai, sur un contre de 80 m de Salawa, auteur d’une offrande pour son arrière Gerber. Mont-de-Marsan, en souffrance en mêlée fermée depuis quelques minutes, venait pourtant de subir un terrible maul sur plus de 20 mètres. Jusqu’à ce qu’une croisée de Lescalmel ne trouve les bras de Salawa. Mont-de-Marsan basculait alors devant, 18-22, au pire des moments. Mont-de-Marsan, avec ses cinq points au compteur, faisait alors une des belles affaires de cette 20e journée où les gros étaient invités à s’expliquer. C’était sans compter sur la folle envie carcassonnaise. A la 73e, Brana, servi par Roidot, commettait un en-avant à 5 mètres de la ligne. Partie seulement remise. Une première pénaltouche, à la 75e, valait répétition. Une minute plus tard, Paiva était emmené par le pack de l’USC derrière la ligne. Une transformation de M. 100 % pour la forme, et Carcassonne ramenait le compteur de Mont-de-Marsan de cinq à un point.

Article : l'independant.fr 

Résumé en images de la rencontre entre Carcassonne et le Stade Montois.

video

Source : dailymotion.com

24ème Journée : Caen 0 - 4 Girondins de Bordeaux

Girondins de Bordeaux : Jovanovic a séduit
Jovanovic, nouvelle jeune recrue de Bordeaux au mercato, a fait le job........

Bordeaux a été très réaliste à Caen. Face à une équipe peu mobilisée, Bordeaux a été sérieux et sur les 4 tirs cadrés, 4 buts ont été marqués.
Kamano a été l'homme du match avec 2 buts et 1 passe décisive...
De bon augure avant la réception de Paris vendredi.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Belle opération de Bordeaux qui s’impose grâce à des buts de Rolan, Plasil et Kamano (doublé) et remonte provisoirement à la hauteur de la cinquième place.


La synthèse

Décevants face à Rennes samedi, les Bordelais ont rendu une copie très propre à Caen, où ils se sont sereinement imposés (4–0) face à des Caennais sans grande volonté et qui leur ont offert les deux premiers buts en début de match. Ils restent invaincus en championnat en 2017 et reviennent à hauteur de Saint-Étienne, cinquième.

Le résumé

Un cadeau, puis un autre : voici comment s’est dessinée la victoire des Girondins ce mardi à Caen. Il y a d’abord eu cette remise complètement manquée de Leborgne vers Vercoutre dont Rolan a impeccablement profité (0–1, 10e), puis cette erreur incompréhensible du portier normand sur une frappe anodine de Kamano (0–2, 21e).

Les Bordelais, qui ont failli concéder l’ouverture du score en tout début de match sur une tête de Karamoh de peu à côté (4e), n’ont donc vraiment pas eu à forcer leur talent pour faire la différence, simplement à saisir les opportunités offertes par un adversaire fébrile (17e défense du championnat). Et lorsqu’ils ont patiemment construit une attaque placée de droite à gauche, Kamano, servi par Plasil, est passé tout près du doublé (39e).

La seconde période n’a pas bouleversé l’ordre établi. Les Girondins, supérieurs techniquement et sérieux derrière, à l’image d’un Jovanovic convaincant pour sa première, se sont appliqués à dérouler leur jeu jusqu’à trouver des failles, souvent ouvertes par le jeu très vertical de Sankharé ou les dribbles de Malcom.

D’autant que Caen ne s’est quasiment jamais embarrassé à exercer un pressing, y compris dans sa moitié de terrain. Et c’est dans une défense apathique que Kamano s’est baladé pour inscrire le troisième but (0–3, 63e). Laborde n’a pas réussi à aggraver la note (80e), contrairement à Plasil dont la frappe sèche a trouvé le petit filet (0–4, 90e).

Les notes de la rédaction :

7/10 : Kamano
6/10 : Carrasso, Gajic, Jovanovic, Pallois, Sabaly, Plasil, Toulalan, Malcom, Sankharé, Rolan


L’homme du match : François Kamano

Titulaire à gauche de l’attaque bordelaise, François Kamano a fait preuve d’une belle efficacité en marquant deux des quatre buts bordelais. L’ancien Bastiais profita à chaque fois des largesses de la défense caennaise, pour montrer la qualité de ses dribbles et de son tir enveloppé du pied droit. Sur le premier de ses buts, il surgit à gauche sur une passe de Sankharé, enrhuma Leborgne d’un passement de jambes et décocha un tir, dont le rebond obligea Vercoutre à tenter un arrêt du pied droit, en pure perte. Sur le second, il emmena encore Leborgne, le crocheta sur l’intérieur et parvint à marquer son deuxième but, en dépit de la présence de Yahia. Ainsi, le Guinéen a-t-il porté son total buts à cinq unités, devenant, avec Diego Rolan, auteur de l’ouverture du score, le co-meilleur buteur des Girondins.

Le chiffre : 1

Preuve du match totalement raté par les Caennais : ils n’ont cadré qu’un seul tir (sur quatre tentatives) durant la rencontre. Il a fallu attendre la 92e minute pour voir Bazile obliger Carrasso à se détendre sur sa gauche pour repousser le ballon.

La réaction : Cédric Carrasso

"On a fait un match du standing des Girondins, un match plein. Quand on a l’occasion de marquer des buts on les met, on est sérieux jusqu’au bout. Quand tu prétends jouer le haut du tableau, il faut sanctionner quand tu en as la possibilité et ce soir on l’a fait. Ce n’est qu’un début mais ce soir on ressemble à une vraie équipe." (au micro de Bein Sports)

Article : sudouest.fr 

Résumé en images de la rencontre entre Caen et Bordeaux.

video

Source : dailymotion.com

lundi 6 février 2017

23ème Journée : Girondins de Bordeaux 1 - 1 Rennes

Ligue 1 : les Girondins de Bordeaux accrochés par Rennes (1–1)
Gourcuff a égalisé pour les Bretons qui ont dominé ce match contre un Bordeaux endormi...... 

Les Bordelais peuvent se contenter du point du match nul qui au final n'est pas une mauvaise opération.
Les Rennais ont dominé dans la plupart des compartiments du jeu.
Bordeaux a eu la chance sur la seule action digne de ce nom d'ouvrir le score par Ménez qui reprend bien un ballon au second poteau (1-0, 56'). Mais Rennes n'abdique pas et égalise par l'intermédiaire de l'ancien enfant chéri du club, Yohan Gourcuff d'une tête croisée (1-1, 69'). Se réveillant enfin, Bordeaux va tout faire dans les cinq dernières minutes pour marquer le but de la victoire mais Ménez, par deux fois, échoue de peu.
Finalement, Bordelais et Rennais se quittent avec le partage des points, bien heureux pour les premiers....


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Un but de Yoann Gourcuff a répondu à l’ouverture du score de Jérémy Ménez.

Trop lymphatiques pendant les 45 premières minutes, les Girondins de Bordeaux ne s’en sortent pas si mal en concédant le nul sur leur pelouse face au Stade Rennais. Certes, Jérémy Ménez, déjà auteur de l’ouverture du score, a été privé du doublé en toute fin de match par un incroyable réflexe de Benoît Costil, mais les Bretons ne méritaient pas de perdre cette rencontre. Dominateurs mais peu efficaces, ils ont pu compter sur la vista de Yoann Gourcuff, auteur du premier but de sa carrière contre Bordeaux.

Le match : 1–1

Les Girondins sont en souffrance, sans rythme et incapables d’aligner trois passes correctement. Ils offrent même des balles de contres aux Rennais qui n’en profitent pas, à l’image d’une frappe croisée d’Amalfitano déviée du bout des doigts par Carrasso (23e).
Maîtres du ballon (58% de possession en première mi-temps !), les Bretons sont omniprésents, à l’image de Gourcuff, constamment en recherche du geste précis et efficace. Et nul Bordelais ne l’inquiète jamais, tant le pressing girondin est absent en milieu de terrain.

Carrasso voit affluer les occasions rennaises et Sio parvient à le crocheter, mais Lewczuk sauve les siens en se jetant… et en se blessant. Et voilà la recrue du mercato, Younousse Sankharé déjà appelé en renfort avant même la pause (44e).

Alors qu’on ne voit pas comment les Girondins vont se sortir la tête de l’eau, Jocelyn Gourvennec décide de remplacer Ounas par Malcom. Et aussitôt, comme par magie, Bordeaux se découvre un nouvel allant offensif. Les transmissions se font plus nettes, l’attaque du ballon plus agressive, et l’ouverture du score survient.

Gajic centre à ras de terre au deuxième poteau, où Ménez reprend du gauche dans un angle peu évident sous les jambes de Costil (56e). Bordeaux mène 1–0, une hypothèse qui semblait pourtant relever du fantasme quelques minutes auparavant.

Mais même si les Girondins vont mieux, ils n’offrent pas encore toutes les garanties d’un succès, bien au contraire. Sur un centre en première intention de Baal, côté gauche, Gourcuff échappe au marquage de Sankharé au premier poteau pour exécuter une tête plongeant décroisée qui vient tromper Carrasso (1–1, 69e).

Du coup, et même si le score n’évoluera plus, le match devient vraiment plaisant. Sur un contre, Laborde hérite du ballon en position idéale mais choisit de frapper au premier poteau, ce qui lui fait rater le cadre (76e). Les Bretons se créent eux aussi quelques jolies mais vaines occasions, de même que Ménez, dont la frappe puissante et à bout portant est détournée par Costil jusque sur sa barre transversale. La détermination et la technique de l’ancien joueur du Milan AC a fait merveille sur cette action. Le genre de choses que le public du Matmut Atlantique aimerait voir un peu plus souvent. Et pas qu’en fin de match !

L’homme du match

Jérémy Ménez vécut un drôle de match. Invisible et anonyme en première période où il ne fit rien des ballons qui lui passèrent par les pieds, il fut le Bordelais le plus dangereux de la deuxième période et seule, la malchance l’empêcha d’offrir la victoire à ses couleurs. L’ex-Milanais se trouvait au bon endroit pour reprendre le centre de Gajic, manqué par Laborde, ouvrant le score sur un tir en force pour son troisième but de la saison (56e). Il signa encore un rush percutant à la 76e, conclu par un centre gaspillé par Laborde. Puis Costil repoussa sur la transversale son tir de la 88e alors qu’il semblait filer au fond des filets. Enfin, sur cette balle de Malcom, il décocha un tir croisé qui, cette fois, rebondit sur le montant gauche mais ne put être repris par Rolan, à contrepied.

Les notes de "Sud Ouest"

 

6/10 Carrasso, Lewczuk, Ménez
5/10 Gajic, Pallois, Pellenard, Toulalan, Vada, Sankharé
4/10 Plasil, Laborde, Ounas

Résumé en images de la rencontre entre Bordeaux et Rennes.

video

Article : sudouest.fr

16ème de Finale CDF : Girondins de Bordeaux 2 - 1 Dijon

Coupe de France : les Girondins ont de la réserve
Les Bordelais ont joué à se faire peur face à Dijon mais se qualifient finalement en 8ème......... 

Les jeunes Montois ont été à l'honneur pour ce 16ème de finale de coupe de France. D'abord Loïs Diony qui a égalisé à dix minutes de la fin du match pour Dijon (1-1, 83') puis Gaëtan Laborde qui a donné le but de la victoire aux Girondins dans les arrêts de jeu (2-1, 91'). Les Girondins ont dominé ce match globalement et grâce à Malcom, avaient ouvert le score (1-0, 52'), de la tête sur un ballon qui trainait dans la surface....
Puis, Bordeaux s'est fait peur suite à l'égalisation Dijonnaise avant de reprendre définitivement l'avantage en fin de match.
Une victoire qui fait du bien et qui permet aux Marine et Blanc de passer en 8ème de finale où ils affronteront Lorient à domicile.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Maîtrisant le match face à Dijon pendant 80 minutes, les Bordelais ont été rejoints avant de décrocher leur billet pour les 8es de finale.

Il est donc écrit que les Bordeaux – Dijon doivent se décider dans les arrêts de jeu cette saison. Après leur succès au bout du temps réglementaire fin novembre en championnat (3–2), les Girondins ont récidivé ce mardi (2–1). Mais autant ils étaient revenus de nulle part il y a deux mois, autant ils auront maîtrisé longtemps le match ce mardi avant d’être rejoints à huit minutes de la fin et de se faire peur. Ils se qualifient finalement logiquement pour les 8es de finale, qui se disputeront les 28 février et 1er mars.

Le match

Reconduits en 4–3–3 malgré l’absence de Jérémy Toulalan, les Girondins ont vite posé leur emprise sur le match avec un bloc compact à la récupération. Après dix premières minutes intéressantes, il aura manqué du rythme offensif et de la profondeur dans une première période dominée avec peu de danger. Les premières réelles occasions surgissaient coup sur coup en cinq minutes : une percussion de Vada conclue d’une frappe déviée à côté (35e), une seconde à ras de terre de l’Argentin cette fois détournée par Leroy (36e) et surtout un face à face pour Rolan. Seul après un joli une-deux avec Plasil, l’attaquant uruguayen a placé son plat du pied au ras du poteau (41e).

Ne lâchant pas l’emprise en début de seconde période, Jaroslav Plasil et ses coéquipiers ont vite été récompensés. Sur un ballon récupéré par Vada, Malcom accélérait et décalait le Tchèque. Le centre repoussé de la tête, revenait sur le Brésilien, qui ne laissait pas passer sa chance, seul à l’entrée de la surface (1–0, 54e). Face à des Dijonnais remaniés et bien contenus (lire ci-dessous), les Bordelais n’auront toutefois pas réussi à se mettre à l’abri. Plasil, bien servi en retrait par Kamano, a trop levé son tir (79e). Résultat : le Montois du DFCO Loïs Diony, sorti du banc, est venu les punir d’une frappe parfaite au ras du poteau (1–1, 83e). Leur mérite aura été de réaccélérer. Et après un coup de rein et un centre parfait de de Menez, Laborde, de la tête dans le but vide, qualifiait son équipe par son huitième but cette saison (2–1, 92e).

Un homme dans le match

Un an tout juste après son arrivée, Mauro Arambarri a vécu sa troisième titularisation sous le maillot girondin, la première cette saison après deux entrées en jeu. En sentinelle à la place de Jérémy Toulalan, le jeune Uruguayen a cherché à orienter en jouant simple et propre, hormis deux pertes de balle dangereuse (15e, 73e). Défensivement concentré, il est à créditer d’un bon retour (44e) dans sa surface. Offensivement prudent, il aurait pu marquer sur un corner et un cafouillage (22e). A revoir face à une adversité plus élevée.

Le chiffre : 3

Arrêts pour Cédric Carrasso, de retour après trois mois d’absence : sur une demi-volée de Marié à 20 mètres suite à un coup-franc repoussé par la défense (38e) ; la seconde écrasée de Bahamboula de la même distance (69e) ; la troisième de Sammaritano (73e). Sur le quatrième, de Loïs Diony, au ras du poteau, il était trop court.

Le fait du match

Comme attendu à cet horaire, le stade a sonné creux avec la plus faible affluence (5738 spectateurs) depuis l’inauguration du stade en mai 2015. Les quelque 300 ultras présents s’en sont amusés, arpentant le virage Sud. Saluant ostensiblement le retour de Cédric Carrasso au début du match et à son premier arrêt, ils ont commenté l’actualité des transferts d’un « Sertic, entends-tu » en première période. Et passer à autre chose. Sifflant brièvement après l’égalisation de Diony, ils ont aussi su pousser leur équipe à aller chercher la qualification dans le final.

Les notes

7/10 Vada, Plasil, Malcom
6/10 Arambarri, Kamano
5/10 Lewczuk, Carrasso, Gajic, Pallois, Pellenard
4/10 Rolan, Poundjé

Article : sudouest.fr

Résumé en images de la rencontre entre Bordeaux et Dijon.

video

Source : youtube.com

mardi 31 janvier 2017

19ème Journée : Stade Montois 34 - 16 Montauban

"Une belle victoire" pour les Montois
Belle victoire bonifiée face à un concurrent direct aux phases finales...... 

Si ce n'avait été le déficit de ballons en touche surtout sur la seconde période, le match auquel on a assisté cet après-midi a été pour moi, le plus abouti depuis le début de saison. Une domination constante en 1ère mi-temps permit aux montois d'atteindre la pause avec un score large de 24 à 9 avec 3 essais transformés contre 3 pénalités à l'adversaire Tarn et Garonnais : le bonus offensif acquis dès les 45 premières minutes!
La 2ème phase fut plus équilibrée dans l'ensemble, nos montois très solidaires en défense encaissèrent cependant un bel essai durant une bonne phase montalbanaise. Entre-temps pourtant, nos jaune et noir avaient marqué le plus bel essai de la partie sur un superbe mouvement amorcé par Laousse-Azpiazu, poursuivi par Wakaya et Mirande et conclu par un plongeon spectaculaire de James dans l'en-but.
L'équipe la plus complète, la plus joueuse, la plus solidaire, était récompensée par un score édifiant de 34 à 16 et par l'obtention du fameux bonus offensif.
Notre capitaine valeureux qui fêtait ses 30 ans a félicité en fin de match au micro tous ses coéquipiers qui réalisèrent un véritable exploit face au 1er de la Prod2...
Il faut englober tous les joueurs dans les mêmes éloges, pourtant j'accorderais un "crédit particulier" à David, Astle, Négrotto et Gorgadze devant et à Wakaya, Salawa et surtout Laousse-Azpiazu derrière.


John Decoeur

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mont-de-Marsan s’est imposé avec le bonus offensif face à Montauban (34–16). Les Landais remontent dans le top 5.


Le Stade Montois, vainqueur bonifié de Montauban (34–16) en clôture de la 19e journée de Pro D2, a montré qu’il faudra compter sur lui pour l’accession cette saison, face à un des principaux candidats à la montée.

C’est un coup double que viennent de réussir les Landais à Guy-Boniface: en réalisant un carton plein face à un autre candidat au Top 14, ils reprennent à Biarritz la 5e place, synonyme de dernier billet pour la phase finale, et se rapprochent grandement du vaincu, 3e avec seulement deux points de plus.

Une victoire qui profite à Agen

 

Si l’on regarde le classement de plus près, les Montois ont même conforté cette précieuse position grâce aux défaites de leurs poursuivants Carcasonne (7e), battu vendredi à Perpignan (17–13), Aurillac (8e), surclassé à Béziers (25–9) et Angoulême (9e), dépassé (12–19) par le BO. Ils ont désormais 4 points d’avance sur ce dernier, 6e. 

La défaite de Montauban profite aussi à Oyonnax, vainqueur facile d’Albi (54–16) et toujours leader avec deux points d’avance sur Agen, qui a fait de même contre l’autre relégable, Bourgoin (34–0). Dans ce wagon de tête figure également Colomiers (4e), qui a réalisé une belle performance en s’imposant à Narbonne (10–16).

La dernière victoire à l’extérieur, celle de Dax à Vannes (16–22), a permis au club landais (11e) d’assurer quasiment son maintien face à un concurrent direct.

En échouant à un point du bonus défensif, les Bretons sont toujours à égalité avec Albi à l’entrée de la zone de relégation. Un match à deux a débuté pour ne pas accompagner Bourgoin en Fédérale.

Article : sudouest.f

Résumé en images de la rencontre entre le Stade Montois et Montauban.

video

Source : dailymotion.com

22ème Journée : Nancy 0 - 2 Girondins de Bordeaux

Ligue 1 : Bordeaux se relance en s’imposant à Nancy
Les Girondins remportent enfin un succès à l'extérieur et se relancent au classement......

Après une première mi-temps insipide, Bordeaux a trouvé le chemin des buts grâce à un but csc de Cuffaut (67'), le latéral Nancéien.
Bordeaux a su préserver son avantage et même pu l'accroitre grâce à un superbe coup-franc de Malcom (88'), qui a scellé l'issue de la rencontre à cinq minutes du coup de sifflet final.
Une victoire qui concrétise le succès à domicile face à Toulouse.
Deux victoires consécutives qui font du bien....
Les Girondins remontent à la 7ème place !!!!!


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les Girondins ramènent la victoire de leur déplacement à Nancy (0–2) et restent dans le coup dans la course à l’Europe.


Après sa victoire dans le derby de la Garonne, Bordeaux a enchaîné une seconde victoire consécutive en allant s’imposer à Nancy. Un but contre-son-camp d’un défenseur lorrain et un superbe coup franc de Malcom ont permis aux Bordelais de sortir vainqueurs de ce déplacement compliqué. Les Girondins restent dans le coup pour accrocher une place européenne.

Le match

Ce déplacement à Nancy avait tout pour être un match délicat pour les Girondins. Les équipes de bas de tableau ne réussissent pas aux Bordelais, une seule victoire en dix déplacements en Lorraine et une équipe en confiance – 5 victoires de rang à domicile- sur son terrain synthétique difficile à apprécier.

Avec une défense totalement inédite et un trio d’attaque remanié par rapport au précédent match face au PSG, Bordeaux peine en première période.

La première alerte est d’ailleurs nancéienne mais il manque quelques centimètres à Marchetti pour pousser le ballon au fond des filets (13e). Bordeaux répond à son tour mais Laborde est lui aussi trop court sur le centre fort de Ménez (22e). Les deux équipes mettent du rythme mais pèchent techniquement à l’approche de la surface de réparation adverse.

Les Girondins subissent et restent cantonnés dans leur camp, tentant de placer quelques banderilles en contre mais manquent de justesse. L’occasion la plus franche du premier acte, côté Marine et Blanc, viendra d’un centre de Laborde, repris par Plasil qui n’appuie pas suffisamment sa tête pour inquiéter Chernik, le portier lorrain (44e).

Au retour des vestiaires, la prudence bordelaise laisse place à de bien meilleures intentions. A la réception d’une offrande de Ménez, Laborde vendange face à Chernik (50e) avant que Vada ne vienne solliciter à nouveau le gardien nancéien sur une lourde frappe mais trop axial (52e).
C’est finalement sur un coup du sort que la situation se débloque. Le centre fort de Laborde est catapulté en lucarne par… Cuffaut, le défenseur lorrain (67e ; 0–1). Le plus dur semble fait pour les Girondins. Gourvennec lance Malcom pour insuffler de la fraîcheur.

Nancy pousse mais bute sur la défense bordelaise et les Marine et Blanc en profitent. Malcom vient enrouler un bijou de coup franc sous la barre de Chernik (87e ; 0–2) et assurer trois points précieux dans la course à l’Europe.

Les notes

Lewczuk : 7
Prior, Gajic, Pellenard, Toulalan, Laborde, Vada :  6
Poundjé, Ounas, Plasil : 5
Ménez : 4

La déclaration

Jocelyn Gourvennec au micro de BeinSports :
"Ca faisait longtemps qu’on avait pas gagné à l’extérieur. On a eu une bonne réaction en seconde période. Le terrain est particulier, c’est un avantage pour eux. Je me suis fâché à la mi-temps, on a mis plus d’intensité. Les dix premières minutes étaient bonnes puis on a subi. La deuxième mi-temps était plus maîtrisée. On avance, on est là. Le match contre Rennes sera important"

Le chiffre : 2

C’est seulement la deuxième fois de la saison que les Girondins enchaînent deux victoires consécutives cette saison. Après leur succès face à Toulouse, cette victoire à l’extérieur est précieuse pour les Bordelais qui peuvent enchaîner la semaine prochaine face à Rennes. Par ailleurs, Bordeaux ne s’était plus imposé à Nancy depuis 2009.

Résumé en images de la rencontre entre Nancy et Bordeaux.

video

Source : dailymotion.com      

samedi 28 janvier 2017

1/2 Finale Coupe de la Ligue : Girondins de Bordeaux 1 - 4 Paris

 

Séduisants en première période, les Girondins n'ont fait que subir après la pause.

 

Pendant la première période, les Bordelais ont fait ce qu'on n'attend pas forcément d'une équipe qui affronte le Paris-SG. À l'aise techniquement, les Girondins ont d'abord fait jeu égal. On les a vus enchaîner les redoublements de passes alors que Malcom confirmait sur chaque prise de balle qu'il venait du Brésil et Rolan qu'il était international uruguayen. Mais, ensuite, le souffle est retombé.Paris a refait du Paris et Bordeaux est redevenu l'équipe trop ordinaire du championnat de L1. Le club parisien a montré qu'il tenait à son trophée dont il est le triple tenant du titre. Très en jambes, Lucas et Angel Di Maria ont beaucoup animé les côtés, et l'Argentin a même  marqué un superbe coup franc (19e). Mais à la 32e, les Bordelais profite d'un hors jeu de Kamano pour égaliser sur une remise de ce dernier pour Rolan qui marque d'un tir croisé. A la mi-temps, les 2 équipes sont à égalité 1-1.

Mais la 2ème mi-temps sera totalement différente, les Parisiens , ont joué sur leurs points forts : les coups de pied arrêtés et l'efficacité d'Edinson Cavani, encore auteur d'un doublé (60e et 73e). Di Maria enfoncera le clou à la 81e sur une frappe lointaine, et Prior confirmant son statut de gardien remplaçant en mettant trois plombe à plonger.

Malgré ce score sans appel, le résultat est plutôt lourd pour des Girondins éliminés de cette coupe, mais les Parisiens ont confirmé leur supériorité.

 

----------------------------------------------------------------------------------

 

Dos à dos pendant plus d’une heure, Bordeaux a craqué dans la dernière demi-heure face au PSG et voit ses rêves de finale s’envoler (1–4).


La synthèse

L’envie n’aura pas suffi aux Girondins de Bordeaux qui se sont inclinés face au PSG en demi-finale de Coupe de la Ligue (1–4). Les Bordelais ont tenu tête aux Parisiens pendant plus d’une heure avant que Cavani et Di Maria ne viennent doucher les espoirs girondins. Le parcours des Marine et Blanc s’achève aux portes de la finale. Ils devront se remobiliser en championnat pour espérer décrocher un ticket européen en fin de saison.

Le match

"Il faut tout donner, qu’on ait un peu de réussite et ne pas regarder Paris". Les consignes de Jocelyn Gourvennec, au micro de Canal, avant le match, ont été entendues par ses hommes. Les Girondins rentrent dans le match tambour battant, acculant les Parisiens dans leur moitié de terrain. Le premier quart d’heure est en faveur de Girondins, appliqués, concentrés et agressifs. Il manquera juste un brin de réussite à Malcom pour ajuster Trapp à bout portant sur un centre de Sertic, pour faire fructifier cette bonne entame (4e).

Mais face au PSG, le manque de réalisme se paie cash. Sur un coup franc aux 25 mètres, Di Maria éteint le Matmut Atlantique et les ardeurs
bordelaises d’une frappe sublime sous la barre (1–0, 19e). Paris retrouve des couleurs et passe tout près de doubler la mise mais Matuidi perd son duel face à Prior (28e) avant que Cavani ne manque le cadre sur une reprise dans la surface (29e).

Le rythme ne retombe pas, au plus grand plaisir du public. Pas refroidi par les occasions parisiennes, Bordeaux, sans complexe, repart à l’assaut du but de Trapp. Sur une louche léchée de Malcom, Kamano – en position de hors-jeu – contrôle parfaitement mais bute sur le portier allemand. Rolan rôde et pousse le ballon dans les filets (1–1, 32e). La volonté de jeu girondine est finalement récompensée, à l’image de Rolan omniprésent à la pointe de l’attaque.

A la reprise, le rythme retombe légèrement. Paris peine dans la construction mais quand le collectif du PSG pêche, les individualités font la différence. Cavani s’échappe dans le dos de Pallois et vient fusiller Prior d’un missile barre rentrante (1–2, 61e).

Sans briller, les hommes d’Unai Emery reprennent les commandes. Gourvennec fait des choix offensifs avec les entrées conjuguées de Menez et Plasil. Mais c’est le PSG qui enfonce le clou sur corner avec l’inévitable Cavani, en renard des surfaces (1–3, 74e). Di Maria viendra finalement parachever le succès parisien avec un Prior pas exempt de tout reproche sur ce dernier but (1–4, 81e).

Le chiffre : 4

Les montants n’ont pas souri aux Bordelais mardi soir. Sur les quatre buts parisiens, Di Maria et Cavani se sont à chaque fois appuyés sur les montants pour marquer. Sur les trois premiers, l’Argentin puis l’Uruguayen ont violemment heurté la barre transversale par trois frappes lourdes. Le tir d’Angel Di Maria sur le dernier but est lui aussi venu taper le poteau gauche de Prior avant de rentrer.

Article : sudouest.fr

Résumé en images de la rencontre entre Bordeaux et Paris.

video

Source : dailymotion.com
  
Conférence de presse d'après-match.

video

Source : dailymotion.com

samedi 21 janvier 2017

21ème Journée : Girondins de Bordeaux 1 - 0 Toulouse

Girondins - Toulouse : Valentin Vada et le quart d’heure bordelais
Grâce à un Vada très en réussite, Bordeaux s'adjuge le derby de la Garonne.......... 

Dans ce derby de la Garonne, Bordeaux a enfin su renouer avec la victoire grâce à un Valentin Vada des grands soirs. Auteur du but de la victoire dès la première minute, il aurait même pu doubler la mise en fin de match pour se mettre à l'abris. Mais ce dernier a buté sur le gardien Toulousain, privant les Girondins de doubler la mise. A défaut de cela, ils se sont fait peur jusqu'à la fin, restant à protée de fusil. Toulouse a notamment échoué à cause d'un double arrêt de Prior en fin de match (83'). Pour une fois, la chance a souri aux Bordelais qui restent dans la première partie du classement suite à cette victoire étriquée (10èmes).
Prochaine rencontre samedi prochain 20h, à Nancy.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Après une rapide ouverture du score, les Girondins de Bordeaux n’ont jamais réussi à se mettre à l’abri. Mais ils préservent l’essentiel à domicile (1–0).


Après avoir ouvert le score dès la première minute de jeu, les Girondins ont joué à se faire peur jusqu’au bout du match, manquant de nombreuses occasions, dont un penalty généreusement offert par l’arbitre. Pourtant, les Toulousains ont joué toute la deuxième mi-temps à dix. Quoiqu’il en soit, ce derby de la Garonne victorieux met fin à presque deux mois sans victoire bordelaise en Ligue 1.

Le match : 1–0

On joue depuis 16 secondes quand les Girondins ouvrent le score. Servi aux 25 mètres, Kamano écrase sa frappe, qui se transforme en passe pour Vada. Le jeune argentin contrôle et croise sa demi-volée, trompant Lafont au ras du poteau gauche.

C’est le but le plus rapide de la saison, qui a cependant pris deux fois plus de temps que celui -record- de Michel Rio en 1992 avec Caen (8 secondes). C’est aussi le premier but de Valentin Vada en L1.

La première occasion toulousaine, une frappe puissante de Braithwaite qui oblige Prior à se détendre (22e), n’empêche pas l’ennui.

Les Girondins sont toujours aussi limités dans la construction du jeu et il ne se passe pas grand-chose jusqu’à la 43e minute, lorsque M. Letexier expulse Bodiger pour un tacle glissé sur Toulalan. Un carton rouge direct assez sévère, il faut bien le reconnaître. De quoi faire sortir Pascal Dupraz de ses gonds à la pause.

À l’heure de jeu, Bordeaux appuie enfin sur l’accélérateur. Les occasions s’enchaînent mais, par manque de précision ou de spontanéité, elles échouent les unes après les autres. C’est d’abord Lewczuk, en position d’arrière droit qui adresse un centre en retrait parfait pour Vada, lequel rate le doublé de quelques centimètres.

Dans la foulée, Laborde gâche une belle situation de contre en choisissant le centre à ras de terre (complètement raté). Puis c’est Kamano qui tergiverse à l’entrée de la surface et écrase trop sa frappe, avant que Malcom la joue un peu "perso" sur un quatre contre trois. L’action la plus évidente voit Kamano, isolé au deuxième poteau, reprendre du coup de pied un centre venu de la gauche. Le ballon frôle le poteau de Lafont (68e).

Les Girondins vont bénéficier d’un nouveau coup de pouce de l’arbitre lorsque Kamano (qui contrôle le ballon du bras !) est légèrement bousculé par Moubandjé dans la surface de réparation. Alban Lafont, le portier toulousain repousse le penalty de Malcom (74e) !

Un double arrêt de Prior (82e) maintient la courte avance bordelaise, que Vada ne parvient pas à faire fructifier. Sa reprise à bout portant déviée par Lafont échouant sur le poteau (86e). C’est dans la souffrance que Bordeaux finit par s’imposer. Maladroits et offensivement empruntés, les Toulousains n’avaient pourtant pas beaucoup d’armes à faire valoir au stade Matmut Atlantique.

La statistique

Avec l’échec de Malcom à la 74e minute, Bordeaux a confirmé sa difficulté dans l’exercice des pénaltys cette saison. En 21 journées, les Girondins ont obtenu 7 pénaltys et n’en ont transformé que deux. 

Les notes "Sud Ouest"

6/10 : Sabaly, Lewczuk
5/10 : Prior, Pellenard, Toulalan, Plasil, Vada
4/10 : Pallois, Kamano, Laborde
2/10 : Malcom

Article : sudouest.fr

Résumé en images de la rencontre entre Bordeaux et Toulouse.

video

Source : dailymotion.com

lundi 16 janvier 2017

20ème Journée : Angers 1 - 1 Girondins de Bordeaux

Angers – Bordeaux : les Girondins patinent toujours
Bordeaux a su réagir après l'ouverture du score d'Angers et repart avec le point du match nul...... 

Bordeaux n'a pas su vaincre le signe indien en battant enfin Angers.
Face à l'une de ses bêtes noires, Bordeaux n'arrive toujours pas à gagner contre Angers.
Mais les Girondins sont pour une fois revenus au score après avoir été menés (1-1).
Encore un match décevant et une équipe qui souffre encore de trop d'approximations pour dominer pleinement un match.

Dommage, car Pallois et Laborde ont eu l'occasion de donner la victoire en fin de match, en vain.....
Il reste encore 15 jours de mercato, deux ou trois joueurs ne seraient pas de trop pour renforcer l'effectif Bordelais !!!!!


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les Girondins n’ont pas fait mieux que match nul à Angers (1–1) pour le compte de la 20e journée de championnat.


Les Girondins de Bordeaux ont décroché un match nul, samedi soir sur la pelouse d’Angers. Un but contre son camp des Angevins a permis aux visiteurs d’égaliser après une ouverture du score concédée une nouvelle fois dans le premier quart d’heure. Les Bordelais restent 10e du championnat avec 26 points, à 4 points de la 5e place. 

Le résumé

Face à une équipe d’Angers en difficulté (sans victoire en championnat depuis sept rencontres), Jocelyn Gourvennec avait choisi de reconduire 8 des 11 joueurs qui avaient dominé Guingamp (3–2) en Coupe de la Ligue mercredi. Seuls Rolan (à la place de Kamano), Sertic (pour Plasil) et Pellenard (pour Poundjé) faisaient leur entrée dans l’équipe de départ.

Un peu de fraîcheur qui n’a pas permis à Bordeaux de gommer l’une de ses mauvaises habitudes de cette saison, à savoir encaisser un but dans le premier quart d’heure. Après une entame plutôt convaincante, avec de jolis centres inexploités venus de la droite, les Girondins encaissaient l’ouverture du score à la 14e minute sur une tête de Traoré, laissé bien seul face à Prior, après un corner.

Une nouvelle fois condamnés à réagir, les Bordelais parvenait à égaliser douze minutes plus tard sur un but gag des Angevins contre leur camp, Santamaria poussant le ballon dans son propre but après un corner, sous la pression de Rolan (26e).

Dans les intentions, les Girondins prenaient les commandes du jeu (56% de possession) dans cette première période, parvenant parfois à bien combiner, notamment grâce à un Malcom très actif à droite comme à gauche. Insuffisant cependant pour prendre l’avantage avant la pause.

Dans une seconde période assez médiocre des deux côtés, où les longs ballons dans le vide se multipliaient, il a fallu attendre la 64e minute pour voir une vraie occasion girondine, Sertic frappant de peu à côté après une belle remise de Laborde, Angers a eu chaud.

Un quart d’heure plus tard, Nicolas Pallois manquait de peu le but de l’année, sa reprise limpide trouvant la barre transversale après un coup franc lointain (79e), alors que le portier angevin était battu. A trois minutes de la fin du match, Laborde avait la frappe de la victoire au bout du pied, mais il enlevait trop son tir après un bon raid de Kamano.

Ce fut la dernière étincelle d’une triste rencontre, où les Bordelais, bien qu’ayant pris un point à l’extérieur, ne sont pas parvenus à hisser leur niveau de jeu pour espérer mieux.

L’homme du match : Nicolas Pallois

Drôle de match de la part de Nicolas Pallois, qui aurait pu être à la fois l’homme de la défaite et de la victoire. Ce fut lui en effet qui perdit, trop facilement, sur un départ au pied aléatoire, le ballon qui amena le corner à l’issue duquel les Angevins égalisèrent.

Il aurait pu ensuite faire gagner son équipe, en reprenant d’une volée d’attaquant, un coup franc de Sertic, qui heurta la transversale (80e). Vexé d’avoir favorisé l’ouverture du score, l’ex-Niortais haussa le ton mais alternant le bon et le moins bon, se montra parfois trop brouillon, avec des pertes de balle inopportunes et des dégagements à l’emporte-pièce.

Les notes des envoyés spéciaux

6 étoiles : Prior, Sabaly, Vada, Malcom
5 étoiles : Lewczuk, Toulalan, Laborde, Pallois, Rolan
4 étoiles : Pellenard, Sertic

Article : sudouest.fr

Résumé en images de la rencontre entre Angers et Bordeaux.

video

Source : dailymotion.com

17ème Journée : Agen 29 - 15 Stade Montois

SUA – Stade Montois : Agen, patron fragile
Les Montois sont tombés dans le piège tendu par les Agenais et ont subi des contres décisifs.....

Le pragmatisme et le sérieux des agenais ont prévalu sur nos jaune et noir pourtant décidés d'entrée à faire le jeu et à ne pas s'en laisser compter. Les changements effectués pour cette rencontre me semblaient intelligents et fort à propos, seulement certains "revenants" ont semblé manquer de rythme à l'image d'un Ratu hésitant et d'un Castinel encore tendre à ce niveau.
Je remercie l'arbitre qui nous a sanctionné de manière récurrente et qui a rarement sifflé les fautes adverses pourtant visibles comme les passages à vide, les protections illicites (spécialité agenaise) et maints plaquages hauts...
Cependant, il faut reconnaître qu'une fois de plus nos fautes de maladresse persistent, notre jeu derrière n'est toujours pas au top et que nous pêchons toujours sur certains fondamentaux dont la touche et les tenues en mêlée.
Il est fort dommageable que nous ayons subi cette défaite sans prendre un bonus car un résultat positif me semblait possible face à cette équipe certainement solide mais sans grand génie...
Souhaitons que le prochain déplacement en terre albigeoise ne se solde pas de la même manière, cela ferait désordre quant à notre ambition de qualification; je maintiens cependant toute ma confiance en nos joueurs pour les joutes futures que ce soit à l'extérieur ou à GB.

John Decoeur

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

En recevant Mont-de-Marsan, Agen voyait l’occasion idéale de reprendre la première place. Seulement attention aux Landais qui étaient sur une belle série de 3 victoires consécutives et qui se déplaçaient à Armandie avec la volonté de poursuivre leur bonne dynamique. Cependant à l’issue d’un match de haut vol, avec 6 essais inscrits, ce sont les joueurs du SU Agen qui ont gagné 29-15. Tau, Barthomeuf et Sadie ont franchi la ligne d’en but en première période avant que Tilsley ne les imite au retour des vestiaires. Pour Mont-de-Marsan, Gorgadze et Caudullo ont marqué en seconde période. Pour la prochaine journée, Agen se rendra à Aguiléra pour défier le BO et Mont-de-Marsan ira à Albi.

Article : lnr.fr

Résumé en images de la rencontre entre Agen et le Stade Montois.

video

Source : dailymotion.com

vendredi 13 janvier 2017

32ème de Finale CDF : Clermont 0 - 1 Girondins de Bordeaux

Coupe de France : les Girondins ont su être patients à Clermont
Malcom a inscrit le but libérateur et qualifie Bordeaux pour les 16èmes de Finale...... 

Bordeaux, sans grand génie, mais sérieux, a marqué le but qui les qualifie pour les 16èmes de Finale de la Coupe de France.
Malcom a été le sauveur en reprenant un centre en retrait de Laborde à trois minutes de la fin du match évitant ainsi une prolongation.
Les Bordelais affronteront Dijon en 16èmes de Finale à domicile.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Un but de Malcom en toute fin de match permet à Bordeaux de se qualifier pour les seizièmes de finale de la Coupe de France (1–0)


Le résumé

Les Girondins ont décroché dimanche à Clermont (1–0) leur ticket pour les seizièmes de finales, mais que ce fut dur ! Ils ont dû attendre la 87e minute et un but de Malcom pour débloquer la situation. Car jusque-là, ils avaient largement tenu le ballon mais n’avaient quasiment pas mis en danger le gardien adverse.

Sur une pelouse pourtant impeccable et face à un adversaire pensionnaire de Ligue 2, ils ont manqué de tranchant, de justesse technique et de présence dans la surface dès qu’ils arrivaient dans les 30 derniers mètres, à l’image de Kamano, très actif mais qui a accumulé les mauvais choix à l’approche des buts auvergnats.

Vada a eu beau multiplier les déplacements entre les lignes et Laborde les courses pour peser sur la défense, les Bordelais ont longtemps été laborieux. Lewczuk aurait pu leur simplifier la tâche mais il n’a pas assez appuyé sa tête après une remise de Pallois (37e). Juste avant, Prior avait sorti l’arrêt qu’il fallait (son unique intervention du match) sur une belle frappe d’Ekobo (32e).


Ils ont finalement trouvé la faille après une belle montée de Sertic, un débordement de Laborde et un but de renard de Malcom, plus prompt à couper le centre de l’ancien Clermontois. Pour son premier match de l’année 2017, Bordeaux n’a pas convaincu dans le jeu mais a assuré l’essentiel : la qualification.

Le joueur : Gaëtan Laborde, forcément

Il attendait ce retour sur les terres d’un premier semestre 2016 où il a passé un cap. Fidèle à lui-même, Gaëtan Laborde a beaucoup couru, pesant énormément par son engagement et ses déplacements. Le Montois a été à l’origine des principales occasions, en servant Malcom (25e), Sertic (29e) ou en décalant ce dernier pour un centre sur Kamano (72e).
Et au moment où il semblait s’émousser avec quelques mauvais choix, c’est donc lui a qui a fait la différence : éliminant Laporte en force sur le côté gauche de la surface, il a servi parfaitement Malcom en retrait pour le but de la délivrance. Sa troisième passe décisive cette saison.

Les notes de la rédaction

7/10 : Toulalan, Laborde
6/10 : Vada, Sertic, Pellenard, Gajic, Prior
5/10 : Malcom
4/10 : Kamano

La réaction : Jérémy Toulalan

"Les matchs de Coupe, c’est toujours comme ça, ce n’est jamais évident contre des divisions inférieures. C’est important de passer. On a été plutôt bons même s’il nous a manqué de percussion et de présence devant le but. Mais dans l’ensemble, la victoire est méritée." (au micro de France 3)

Article : sudouest.fr 


Résumé en images de la rencontre entre Clermont et Bordeaux.

video

Source : dailymotion.com

16ème Journée : Stade Montois 21 - 10 Perpignan

Rugby : au Stade Montois, la chasse au gaspi est ouverte
Les Montois ont alterné le bon et le moins bon en vendangeant de nombreuses occasions d'essai..... 

Ce match de reprise contre Perpignan était un match test de ce début d'année.
Perpignan qui croit encore aux phases finales venait dans les Landes avec des ambitions.
Mais les Montois, solides défensivement, et mobiles ont fait la différence pendant une heure (18-3) et ont eu un gros passage à vide dans les 20 dernières minutes du match en concédant un essai alors qu'ils ont raté à plusieurs reprises d'inscrire l'essai du bonus offensif (18-10).
Après une dernière pénalité de Gerber (21-10), qui avait remplacé Mirande, les Montois remportent un match qu'ils auraient dû bonifier mais qui ne leur rapporte au final que 4 points.
Ne faisons pas la fine bouche cependant, car Perpignan reste encore un grand club, avec un riche effectif et des ambitions encore réalisables.
Prochaines rencontre à Agen qui sera un match très difficile chez un prétendant à la montée directe.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mont-de-Marsan s’est imposé à domicile face à Perpignan (21–10).

Mont-de-Marsan, vainqueur samedi de Perpignan 21–10 en clôture de la 16e journée de Pro D2, s’est rapproché des 5 premières places, qualificatives pour la phase finale.
Devant leur public du stade Guy-Boniface, les Landais ont un peu plus écarté l’USAP de la course au Top 14 en inscrivant deux essais par Christophe Loustalot (25e) et Yoann Laousse-Azpiazu (45e). Les Catalans ont réagi après l’heure de jeu par le Samoan Genesis Pelepele Lemalu (64e), mais il était trop tard.

Le Stade Montois reprend ainsi la 6e place à Soyaux-Angoulême, qui a coulé vendredi à Béziers (41–9), et ne compte plus que 2 points de retard sur le trio de qualifiés virtuels Oyonnax (3e)-Colomiers (4e)-Aurillac (5e). Mais un déplacement compliqué l’attend la semaine prochain à Agen.

Article : sudouest.fr 

Résumé en images de la rencontre entre le Stade Montois et Perpignan.

video

Source : dailymotion.com

19ème Journée : Girondins de Bordeaux 0 - 0 Nice

Ligue 1 : Bordeaux récolte un nul contre Nice
Bordeaux arrache un joli match nul face à Nice et aurait même pu l'emporter......

Face au leader du championnat, Bordeaux a montré un joli visage et aurait même pu l'emporter. Hélas un poteau, une mauvaise passe ou un mauvais contrôle ont contrarié les velléités des Girondins. Manquant de réalisme Bordeaux peut avoir des regrets mais ce nul face à Nice, même à domicile, est quand même un résultat positif au vu des derniers résultats catastrophiques. Espérons que la trêve soit salutaire pour les Bordelais....

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Après trois revers consécutifs en championnat, les Girondins de Bordeaux ont glané un point ce mercredi soir au Matmut Atlantique après un match nul et vierge (0–0) face à Nice.

Encore raté ! Après deux gifles reçues face à Monaco (0–4) puis Montpellier (4–0), Bordeaux n’est pas parvenu à se racheter ce mercredi soir devant ses supporters, enchaînant par un décevant 0–0 contre Nice.

A mi-saison, les Girondins restent englués en milieu de classement (10e) avec 25 points. Ils sont désormais distancés par des concurrents directs pour l’Europe, à l’image de l’OM (6e, 30 points, vainqueur 2–1 à Bastia) ou de Lyon (4e, 34 points, 2–0 face à Angers).

Le match

En première période, c’est Nice qui a dominé les débats en se créant les meilleures occasions, avec notamment un duo Pléa – Balotelli à la manoeuvre. A la 22e, Pléa ne parvenait pas à profiter d’un beau slalom de Belhanda, et ratait totalement sa frappe croisée seul face à Prior quinze minutes plus tard. L’attaquant italien Mario Balotelli multipliait quant à lui les frappes lourdes en direction de la cage bordelaise (26e, 42e) sans trouver les filets.

Muets depuis trois rencontres consécutives en Ligue 1, les Girondins répondaient par des contre-attaques approximatives, Laborde frappant juste au-dessus du but de Cardinale (33e), alors que Rolan ne parvenait pas à conclure après une belle tête de Lewczuk repoussé par le portier azuréen (34e).

Dans le second acte, les locaux tentaient de reprendre le match en main sur une accélération de Malcom (48e) et une "Madjer" de Rolan, bien servi par Toulalan qui finissait sa course sur le poteau… Mais c’est bien Nice qui confirmait sa domination (64% de possession) sur la rencontre, Prior devant s’employer sur des frappes de Belhanda (72e) puis l’inévitable Balotelli ( 76e). Dans les dix dernières minutes, le leader confirmait sa solidité à l’extérieur (une seule défaite des Niçois lors des 9 derniers déplacements) en résistant aux derniers assauts bordelais.

Sur deux corners consécutifs, Laborde a d’abord cru trouvé la faille d’une frappe en pivot, puis l’arbitre n’a pas bronché sur une main niçoise dans la surface. Largement insuffisant pour faire sauter le verrou du leader. Le match se terminait sur la double expulsion des niçois Balotelli et Belhanda, coupables d’avoir perdu leurs nerfs.

Les notes des joueurs

7/10 Lewczuk
6/10 Toulalan, Vada, Gajic, Prior, Laborde
5/10 Plasil, Pellenard, Rolan, Sertic
4/10 Malcom

Article : sudouest.fr

Résumé en images de la rencontre entre Bordeaux et Nice.

video

Source : dailymotion.com

jeudi 12 janvier 2017

18ème Journée : Montpellier 4 - 0 Girondins de Bordeaux

Girondins de Bordeaux : et encore une claque !
Encore une belle raclée, mais cette fois à Montpellier, où Bordeaux a encore sombré............ 

Bordeaux continue dans son déclin et perd encore lourdement à Montpellier. Le tarif est le même que face à Monaco, 4 buts encaissés. Ménez a eu la bonne idée de se faire expulser en début de seconde période alors qu'ils étaient déjà menés 2 - 0.
Montpellier, jouant à 11 contre 10 ne s'est pas fait prier et a rajouter deux buts, coulant Bordeaux corps et âme...
Les Girondins viennent de prendre deux raclées retentissantes.
Contre Nice, dernier match aller, il faudra partir en vacances avec un autre visage.


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les Girondins, réduits à 10 et menés de deux buts à la pause, subissent une nouvelle défaite cuisante en championnat (0–4).


Le résumé

Séduisants contre Nice mercredi, les Girondins n’ont pas réussi à enchaîner ce samedi à Montpellier (0–4) et subissent une nouvelle humiliation, une semaine après celle de Monaco. Trop irréguliers dans le jeu et leurs résultats au fil des semaines (deux matchs gagnés sur les douze derniers disputés en championnat), ils stagnent dans le ventre mou et voient les places européennes s’éloigner peu à peu : Guingamp, quatrième, est désormais cinq points devant.

Leur sort a été scellé lors d’une première période où des Montpelliérains réalistes les ont punis pour leur attentisme en phase défensive. Lasne a d’abord profité du marquage trop lâche des milieux de terrain et d’un plongeon suspect de Prior pour ouvrir le score (1–0, 13e). Puis Sessegnon, abandonné par Contento, a doublé la mise après une remise de Mounié (2–0, 20e). Lasne aurait même pu réussir le doublé si la transversale n’avait pas repoussé sa superbe frappe (37e).

Bordeaux, patient et appliqué, était pourtant bien rentré dans son match, à l’image de Plasil (2e), Ménez (10e) et Malcom (12e). Le Tchèque s’est même créé la meilleure occasion de son équipe mais Pionnier a détourné le ballon sur son poteau droit (32e). Ils ont en réalité abandonné tout espoir de victoire lorsque Ménez s’est fait expulser, visiblement pour avoir insulté l’arbitre (39e). Le quatrième carton rouge pour l’équipe de Gourvennec en 18 matchs de championnat.

Une infériorité numérique vraiment regrettable car les Girondins ont continué à tenir le ballon après le repos. Mais ni Laborde, encore une fois très actif, ni Rolan et Kamano, entrés à l’heure de jeu, ne sont parvenus à trouver la faille, faute de solutions, de lucidité ou de justesse technique. Montpellier, profitant de la fatigue qui gagnait les corps bordelais, a même pu aggraver la marque grâce à Mounié (3–0, 85e) puis Sylla (4–0, 90e+2) après un raté de Pallois.

Les notes de la rédaction

5/10 : Sertic, Vada, Laborde
4/10 : Prior, Lewczuk, Gajic, Plasil, Malcom, Contento
3/10 : Pallois, Ménez

L’homme du match : Paul Lasne

Il est toujours motivé lorsqu’il affronte les Girondins, son club formateur. A l’évidence, il avait envie de briller ce samedi soir. Positionné au poste d’ailier gauche, il fut le bourreau des Bordelais, signant un but et une passe décisive. Ce fut lui qui ouvrit le score, en reprenant un centre de Sanson, dès la 11e. Sans opposition, il put ajuster Prior d’une bombe qui se logea au ras du montant gauche. Par deux fois encore ses tirs trouèrent la défense bordelaise, trouvant une fois la transversale (38e). Enfin, ce fut lui qui offrit à Mounié le but du 3–0, après avoir pris le meilleur sur Gajic.

Le chiffre : 270

En championnat, les Girondins n’ont plus marqué depuis trois matchs. Dans le même temps, ils ont encaissé 9 buts.

Article : sudouest.fr 

Résumé en images de la rencontre entre Montpellier et Bordeaux.

video

Source : dailymotion.com